mardi 17 janvier 2017

La conférence : Tous… sauf Bibi et Trump ! Avraham Azoulay....


C’est comme ça qu’on fait la paix ? On a invité tous les copains, tous, sauf Bibi bien sûr et surtout avant que la lumière ne s’allume le 20 janvier, avec l’arrivée de Trump. Encore quelques jours à supporter ce genre de dîners de collègues, avec en toile de fond un Kotel occupé par les Juifs !
Hollande aura surpris la France, durant tout son mandat, par un comportement souvent immature, par une approche totalement biaisée des problèmes autant intérieurs que ceux concernant la Lybie ou la Syrie. Ses comportements souvent irresponsables pour un président de la République, ont entrainé une sorte d’autodénigrement de nombreux politiciens et medias français, qui ont tourné le dos à leurs valeurs, à leur culture et se sont mis du côté des migrants. Ils ont ainsi facilité cette montée anti hexagonale de plus en plus violente, opposée à toute bonne intégration.
Hollande, ne sachant comment gérer ses problèmes internes liés à un Islam pur et dur, veut briller avant son départ : il a organisé un grand cocktail, aux frais de la République, comme une grande fête d’adieu du grand médiateur de l’occident.
Du jamais vu, sauf dans les bandes dessinées, et encore !
Certains auraient bien voulu qu’on organise ce genre de réflexion unique sur leur sort: les Chrétiens du Liban, d’Afrique, d’Egypte, de Syrie ou les Yezidis abandonnés à leur sort, victimes de l’horreur absolue, entre les mains de Daech.
La France, encore majoritairement chrétienne hors  » certains territoires perdus », aurait eu au moins ce mérite de tendre la main aux êtres humains de sa confession, en y conviant aussi le Pape.
Mais non, on préfère pointer du doigt cet absent qui a tous les torts.
Georges Bensoussan, historien et spécialiste de la Shoah, en visite en Israël, nous éclaire soudain par une explication surprenante : l’Europe n’en a pas fini avec sa question juive, celle-ci se transforme en agressivité anti israélienne. On se défausse sur le confit israélo-arabe des maux de la société française, avec le développement d’une contre-société formée par les Maghrébins de deuxième et troisième génération, qui rejettent violement leur terre d’accueil : ‘’Ils s’identifient aux Palestiniens opprimés et donc traduisent leur rejet, par la violence‘’.
Les mauvais perdants, français comme américains, effectuent leur dernière marche arrière, peu soucieux de la réalité sur le terrain. La France se veut avant-gardiste avec des formules et pensées obsolètes sur une histoire qu’ils n’ont jamais ni admise, ni comprise.
Une dernière réflexion reçue sur mon whatsapp : 70 nations ont donc participé à la conférence parisienne ! La Torah nous dit, qu’en dehors d’Israël, le monde est composé de 70 nations. Or Gog ou Magog équivaut aussi en valeur numérique à 70 …étrange hasard, non ?
Allez, on passe à un nouveau livre ce shabbat, avec l’arrivée du sauveur, Moshé !

1 commentaire:

En Israël, « Le sens de la fête » devient « C’est la vie »

Eric Toledano et Olivier Nakache se sont rencontrés en colonie de vacances et pendant 20 ans ils ont été successivement pensionnaires, ...