lundi 5 décembre 2016

L’Iran détient 5% de part des sous-marins d’Israël! ©



De hauts-responsables de l’appareil de la Défense ont appelé à une enquête sine die, sur ce contrat entre Israel et ThyssenKrupp, après les fuites et reportages qui ont fait surface, démontrant que le régime iranien détient des parts, dans le capital de cette entreprise, faisant monter l’inquiétude que l’argent israélien – et probablement des informations classifiées top-secrètes- seraient entre les mains de l’Iran, pire ennemi d’Israël ayant juré son éradication de la surface de la planète. 
« L’Etat d’Israël et l’appareil de la Défense aurait dû savoir qu’il y avait un fonds iranien détenant des actions dans cette compagnie d’armateur » a déclaré samedi  l’ancien chef du Mossad Danny Yatom.
Une entreprise iranienne appartenant au régime des Mollahs dispose de parts substantielles d’actions (et a remporté au moins 2 milliards d’Euros de dividendes) dans le Géant des armateurs allemands qui fournit ses sous-marins à la Marine Israélienne, selon un journal israélien.
Les investissements iraniens dans la firme TyssenKrupp ont débutés dans les années 1970 et le régime islamique en a hérités, lorsqu’il a pris le pouvoir durant la révolution de 1979, a révélé le Yedioth Acharonoth, vendredi.
Actuellement, La Compagnie d’Investissements Etrangers d’Iran détient un peu moins de 5% des parts l’armateur allemand, selon ce reportage. Le CIEI détient des parts dans les entreprises de 22 pays, dont British Petroleum, ThyssenKrupp, Adidas et bien d’autres. Il a investi au moins 1, 5 milliards de $ à travers le monde, dont 57% en Europe.
Un porte-parole du Ministère de la Défense a déclaré au journal que le Ministère n’était pas au courant de cette implication iranienne chez TyssenKrupp.
Cette découverte, selon le Yedioth, soulève des inquiétudes quant à d’éventuelles fuites de renseignements et documents classifiés vers l’Iran sur l’un des programmes d’armements les plus avancés d’Israël.
Ces révélations surviennent, alors qu’on se pose des questions quant à de possibles conflits d’intérêt, dans ce contrat entre le Ministère de la Défense et TyssenKrupp den 2011.
Le procureur Général Avichai Mandelblit a ordonné, la semaine dernière, que la Police enquête sur les allégations stipulant que l’avocat personnel du Premier Ministre Binyamin Netanyahu, David Shimron aurait usé de ses relations étroites avec le Premier Ministre pour inciter à l’achat de plusieurs sous-marins à TyssenKrupp, faisant bénéficier cette entreprise d’un contrat pour des navires de la marine, afin de défendre les champs gaziers d’Israël et lui permettre de bâtir un chantier naval en Israël.
Shimron a été représentant de cette compagnie en Israël.
Netanyahu a déclaré le mois dernier qu’il n’était pas au courant des liens entre Shimron et TyssenKrupp. Plusieurs journalistes israéliens soupçonnent Netanyahu d’avoir incité à l’achat de sous-marins à TyssenKrupp, malgré l’opposition de l’appareil de la Défense, bien que les Forces de Défense d’Israël (Tsahal) ait publié un communiqué qui dément complètement ces prétentions journalistiques.
Selon Danny Yatom, ancien chef du Mossad : « Si le Ministère de la Défense a été surpris d’apprendre que les Iraniens avaient des actions, c’est une défaillance qui requiert d’être scrupuleusement examinée. J’espère – et je crois- que toutes les mesures pertinentes ont été prises pour s’assurer qu’aucune information sensible n’a fuité (puor tomber dans l’oreille des Iraniens)… Il est nécessaire qu’ils examinent si l’argent d’Israël -l’argent du budget de Tsahal investi dans les sous-marins- a abouti dans les coffres-forts de l’Iran ».
Selon l’ancien Ministre et officier-traitant des renseignements Rafi Eitan, l’inquiétude que des informations classifiées puissent avoir été transmises à l’Iran est significative. « Si les sous-marins disposent de systèmes secrets développés en Israël, et je suppose qu’il y en a, il y a évidemment un risque que cette information a fuité », a déclaré Eitan.
Il a expliqué que pour une Marine aussi avancée que celle de l’Iran, « une telle information vaut son pesant d’or ».
« S’ils ont obtenu des renseignements, jusque-là secrets, sur la Marine israélienne, il s’agit d’une défaillance majeure qu’Israël doit explorer jusqu’aux ultimes conséquences », conclut Eitan.
L’ancien chef de la Marine, puis du Shin Bet Ami Ayalon souligne que les « Actionnaires d’une entreprise ne devraient normalement pas avoir accès à des informations secrètes. Toutefois, si jamais n’importe quelle information sensible aboutit aux oreilles d’un ennemi de l’Etat d’Israël – il s’agit assurément d’un problème grave ».
Le major-Général de réserve Amos Gilad, Directeur Politique et des Affaires politico-militaires du Ministère de la Défense, a clarifié samedi que : « L’Iran ne vend pas de sous-marins à Israël », mais il a ajouté que l’ampleur de l’implication de Téhéran dans l’entreprise TyssenKrupp doit être examinée à fond.
« At the end of the day, you buy from the shipyard. I wasn’t aware of the Iranian involvement, but it is not a major involvement. If it were up to Iran, we wouldn’t have a single submarine. Its involvement is minor and we need to look into it, » Gilad said.
« Au bout du compte, vous achetez à un armateur. Je n’était pas au courant de la prise de participation iranienne, mais il ne s’agit pas d’une implication majoritaire. En effet, si cela avait tenu à l’Iran, nous n’aurions pas pu disposer d’un seul sous-marin. Son implication est mineure et nous devons y faire attention », a déclaré Gilad.
jpost.comynet et agences.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Catherine Deneuve sur l'affaire Weinstein: "Il y a vraiment un déferlement qui est assez ignoble"

En pleine promotion de son nouveau film Tout nous sépare, l'actrice française a évoqué l'affaire Weinstein, producteur qu'el...