lundi 5 décembre 2016

Le Vatican dénonce la résolution de l’Unesco sur Jérusalem.....


Le Vatican a saisi l’occasion d’une rencontre avec le grand rabbinat d’Israël pour mettre en garde contre « la négation politique et polémique de l’histoire biblique ».
À l’occasion de la rencontre à Rome, du 28 au 30 novembre, de la commission bilatérale du grand rabbinat d’Israël et du Saint-Siège, juifs et catholiques se sont inquiétés de la récente résolution de l’Unesco sur Jérusalem, ignorant les liens historiques entre le judaïsme et la ville sainte, mettant en garde contre « la négation politique et polémique de l’histoire biblique ».
« Le principe du respect universel pour les lieux saints de chaque religion a été affirmé, en étant attentifs aux tentatives de nier l’attachement historique du peuple juif à son lieu le plus saint »,
souligne le communiqué final signé par le cardinal Peter Turkson, président du conseil pontifical Justice et paix, et le grand rabbin Rasson Arussi, membre du conseil du grand rabbinat d’Israël.

« Sobriété » diplomatique

« La commission bilatérale a pris position avec force contre la négation politique et polémique de l’histoire biblique, exhortant toutes les nations et les religions à respecter ce lien historique et religieux », ajoute le communiqué final de cette rencontre consacrée à la promotion de paix dans un contexte de violence au nom des religions.
Des sources vaticanes citées par le Corriere della sera soulignent que c’est par « sobriété » diplomatique que le communiqué ne cite pas explicitement l’Unesco.
Le 18 octobre dernier, le conseil exécutif de l’Unesco avait adopté (25 voix pour, 6 contre, 26 absentions) une résolution portée par les pays arabes semblant minimiser le lien entre Israël et Jérusalem.
Ce texte déclaratoire et non contraignant reconnaissait en effet le caractère sacré de Jérusalem pour les trois monothéismes mais ne faisait référence à l’esplanade des mosquées, 3e lieu saint de l’Islam, (le Mont du Temple, selon la tradition judéo-chrétienne) que sous son nom arabe Haram el-Sharif.
Il désignait par ailleurs le Mur Occidental d’abord sous son nom arabe de place Al-Buraq (du nom du mythologique cheval ailé du prophète Mohammed), puis entre guillemets par les termes « Mur des Lamentations », impliquant ainsi son caractère non officiel.
Si le Saint-Siège n’avait pas encore officiellement réagi à cette résolution, certains de ses médias avaient repris le courrier adressé à la directrice de l’Unesco Irina Bokova par Mgr Vincent Jordy, évêque de Saint-Claude et président du Conseil pour l’unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme des évêques de France, manifestant leur désapprobation concernant cette résolution.
http://jforum.fr/le-vatican-denonce-la-resolution-de-lunesco-sur-jerusalem.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Israel : Les premières naissances à l’hôpital Assuta ont eu lieu ce matin !

Pour la première fois depuis la création de l’hôpital Assuta, à Ashdod, les deux premieres naissances ont eu lieu à la maternité, qui a...