jeudi 1 décembre 2016

Gagner 30.000$, voilà qui aiderait à réparer quelques dommages causés par le feu ! Par Bely.....


Voilà qui semble sauter du coq à l’âne, voilà qui parait traiter de deux sujets bien distincts et pourtant…
Il est très naturel et, d’ailleurs, ce ne serait que justice si une bonne étoile faisait que le gagnant de cette somme rondelette soit l’un des sinistrés de ces incendies criminels dont Israël a été victime il y a peu …
 D’autant que la question semble tellement simple : Comment recycler les matières fécales des astronautes ?… Même si elle s’accompagne immédiatement de cet autre questionnement : Comment se fait-il que la Nasa n’ait pas la réponse ? …
Spacepoop* ? Un problème qui met le kilo de caca hors de prix !
Ceci dit, simple bon sens aidant, il ne doit pas être seul, ce quelconque quidam à vouloir tenter l’aventure ! Pour parodier une pub célèbre quand on n’a pas les moyens de réparer ce dont on a été la victime, on doit avoir des idées !
Avec un tel prix à la clé, tous les centres de recherches, israéliens compris se sont eux aussi déjà mis au travail sachant que c’est tout de même un problème de poids auquel on essaye d’apporter une réponse…
Selon la Nasa, en moyenne et sur un an, un astronaute produit pas moins de 80 kg de matière fécale !
Ces évocations pour nauséabondes qu’elles soient, ont tout de même de quoi surprendre : Stockées un temps avec tous les autres déchets, devenues déchets à leur tour les voilà soudain éjectées dans l’atmosphère terrestre, où elles se désintègrent et réapparaissent sous la forme d’ « étoiles filantes »… Sous vos yeux éblouis !
(Insolite également, le sort réservé à l’urine et la sueur de nos voyageurs de l’espace recyclées en quelques 750 litres/an d’eau potable !)
Ceci étant posé, jusqu’à présent, la seule réponse proposée par la Nasa, a été l’emploi de couches … Mais elles représentent une véritable épreuve tant physique que morale pour nos astronautes. Pas besoin de s’appesantir sur le côté moralement gênant de la chose, physiquement, passées 24 heures, les défécations entraînent tous les problèmes liés à la pire des mauvaises hygiènes… Que dire lorsque qu’il est question de six jours dans ces conditions extrêmes !
Bizarre… Faut-il tout de même que la réponse soit compliquée pour qu’à la question : « Comment déféquer en apesanteur dans une capsule sans toilettes ? », la Nasa se sente obligée de lancer un concours ouvert à tous…
Vous, moi, Israël ou tout autre pays, avons jusqu’au 21 décembre pour faire travailler nos neurones avant l’annonce du nom du ou de la gagnante le 1er février 2017…
Quoi que… Là, tout de suite, j’aurais bien une petite idée… Pourquoi ne pas établir un régime très strict accompagné d’une constipation provisoire provoquée ? Même pour six jours ce devrait être possible sans engager le processus vital de ces touristes de l’espace…
 « Spacepoop », en français, « caca dans l’espace »…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire