dimanche 18 décembre 2016

Ces "bus des anges" qui transfèrent les enfants syriens blessés en Israël...


I24News a rencontré Moti Kahana à l'origine d'un projet pour venir en aide aux civils syriens
I24news a rencontré Moti Kahana, à l'origine du projet, et qui depuis plusieurs années, multiplie les initiatives pour venir en aide aux civils syriens.
Dans un entretien qui sera diffusé dimanche soir dans l'émission "L'Hebdo", Kahana explique que l'idée du projet est née suite à des échanges avec des responsables israéliens. Selon eux, le plus important était d'apporter une aide médicale aux civils.
Pour y parvenir, il a toutefois fallu convaincre le gouvernement israélien d'autoriser l'entrée de citoyens syriens sur son territoire, ce qui a mis deux ans. Selon Kahana, c'est la terrible réalité du terrain qui a fini par persuader les autorités de répondre positivement à sa requête.
Le chef du projet reconnaît la modestie de sa contribution. Jusqu'à présent, seulement trois autobus ont été défrayés.
"Nous avons mis en place un programme pilote pour voir comment ça marche, et ça a particulièrement bien fonctionné. Les réactions ont été très positives. Notre objectif est de faire venir pour 2017 plus de 10.000 femmes et enfants pour des soins en Israël. Il s’agit de soins journaliers. Les personnes arrivent et repartent chez elles à la fin de la journée. Tout est financé par notre organisation. C’est à dire que les Israéliens ne payent pas pour ça. C'est le monde qui paie, via des dons. Ça montre qu'il y a encore de l'espoir", s'émeut Kahana.
Cet Israélien de 48 ans, qui a consacré sa vie à l’humanitaire espère également que lorsque les enfants syriens soignés en Israël deviendront adultes, "ils se souviendront, qui étaient leurs ennemis, et surtout qui étaient leurs amis...".
Fondateur d'Amaliah
Fondateur d'Amaliah
"Moti Kahana"

Mais ce sont les leçons de l'Histoire qui ont surtout inspiré Kahana. Dans l'entretien, celui-ci rappelle le célèbre poème du pasteur Martin Niemöller sur la lâcheté des intellectuels allemands au moment de l'accession des nazis au pouvoir, qui a été gravé sur un mur du musée de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem.
"Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai rien dit, je n'étais pas juif. Puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait personne pour protester...".
"Si nous (les Juifs) croyons que nous allons regarder ce qui se passe sans nous engager, et laisser Alep tomber, souvenons-nous du poème de Yad Vashem: ils viendront pour nous. Et je vous le dis : ils viendront. Parce que leur but est de s’emparer de tout le Moyen-Orient. Et ils s’y attèlent, pas à pas", prévient-il.
Et cet idéaliste de conclure sur une note positive : "Je ne crois plus au pouvoir des politiciens, mais je n’ai pas perdu foi en l’humanité (...). Nous le peuple, nous pouvons faire cesser la guerre en Syrie". Puisse-t-il dire vrai.

http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/132934-161218-ces-bus-des-anges-qui-transferent-les-enfants-syriens-blesses-en-israel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Netanyahu à Bruxelles : Reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël « rend la paix possible »

BRUXELLES – En visite au siège de l’Union européenne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué lundi que la majorité des p...