vendredi 18 novembre 2016

Y a t-il Minyan dans le 1er cercle de Trump? ©


Ivanka Trump, Jason Greenblatt, Boris Epshteyn et Steven Mnuchin (Trump photo: Chip Somodevilla/Getty Images; Greenblatt photo: Uriel Heilman; Epshteyn photo: Ilya S. Savenok/Getty Images for SiriusXM; Mnuchin photo: Andrew H. Walker/Getty Images for City Harvest)
(JTA) —Le Président élu a une histoire compliquée avec les Juifs. D’un côté, sa fille a rejoint la tribu du Judaïsme orthodoxe avant d’épouser Jared Kushner et il parle avec passion d’avoir des petits-enfants Juifs.
De l’autre côté, certains partisans de Trump s’identifient avec des éléments antisémites du mouvement de l’Alt-Right (extrême-droite) et c’était le favori du Suprématiste Blanc David Duke. Dimanche, Trump a désign » Stephen Bannon, l’ancien directeur de Breitbart News, un site qui cultive ses liens avec l’alt-right – comme son principal stratège, dans un geste qui a déclenché de vives critiques de la part de la Ligue contre la Diffamation.
Mais encore, le cercle des conseillers de Trump est loin d’être à court de membres Juifs. Alors que le magnat de l’immobilier et vedette de la Télé-réalité ne va probablement pas nommer des membres de sa famille au sein du Cabinet à cause des règles fédérales contre le népotisme, voici un petit coup d’oeil sur le cercle de ses conseillers Juifs, leur vision et de possibles rôles qu’ils pourraient tenir au sein de son Administration.
Jason Greenblatt
Greenblatt would be thrust into the post of presidential adviser on Israel if Trump wins the White House. (Uriel Heilman)
Jason Greenblatt (Uriel Heilman)
Greenblatt a travaillé en tant qu’avocat immobilier pour Trump durant 19 ans, et il est l’un des deux avocats juifs que Trump a dit qu’il nommerait en tant que ses conseillers aux questions concernant Israëk. Juif Orthodoxe et diplômé de l’Université de la Yeshiva, Greenblatt a étudié dans une Yeshiva de Judée-Samarie au milieu des années 1980 et y a même tenu le rôle de gardien de sécurité armé. 
Père de six enfants à Teaneck, dans le New-Jersey, il n’a aucune expérience politique préalable. Greenblatt dit avoir parlé avec des gens impliqué au sein du gouvernement israélien, mais qu’il n’a parlé à aucun Palestinien depuis l’époque de sdes études en Yeshiva. Il a cité la Commission des Affaires Publicques Américaino-Israéliennes (AIPAC) comme l’une de ses pribcipales sources afin de demeurer informé sur les problèmes courants de l’Etat Juif et il a contribué à écrire le projet de discours de Donald Trump devant l’Assemblée de la Conférence annuelle du groupe de Lobbying en mars 2016.
Greenblatt qui dit soutenir la solution à Deux-Etats, a sous-entendu que Trump adopterait une approche avec plus de laisser-faire dans le processus devant déboucher sur la paix.
« Il ne va pas imposer de solution à Israël », a déclaré Greenblatt à Galei Tsahal, la radio de l’armée israélienne, lasemaine dernière. Il a aussi dit que Trump « ne perçoit pas que les implantations puissent représenter un « obstacle » à la paix », à  la grande différence d’Obama qui a mené huit ans de pressions sur ce seul sujet, en vain.
David Friedman
David Friedman (Screenshot from YouTube)
David Friedman (Screenshot from YouTube)
Aux côtés de Grenblatt,Trump a nommé Friedman, 57 ans, en tant que conseiller pour Israël, un juriste expert des situations de faillite et partenaire du Cabinet d’avocats Kasowitz à New-York, c’est l’avocat personnel du Président élu depuis longtemps. Fils d’un Rabbin conservative (libéral) ayant déjà une histoire de liens avec les candidats républicains à la Présidentielle – sa famille a accueilli Ronald Reagan lors d’un Shabbat en 1984, l’année où il a remporté les élections – Friedman vit à Wood mere, New York et possède une maison dans le quartier de Talbiyeh à Jérusalem, selon Haaretz. 
Friedman a exprimé des doutes concernant l’avenir de la Solution à deux Etats, qui reste traditionnellement un pilier de la politique bipartisane américaine dans la région. Avant que le parti Républicain ne vote un programme qui a omis certaines références à la solution à deux-Etats, il a déclaré qu’il peut être temps pour le parti de rejeter ce concept et d’en proposer un autre.
« La solution à deux-Etats peut être une réponse possible, mais je ne pense pas que cela soit la seule » a t-il dit en juillet.
Friedman a aussi déclaré que l’annexion de la Judée-Samarie ne porterait pas préjudice au statut d’Israël en tant qu’Etat Juif.
Jared Kushner
Jared Kushner attending the premiere of "A Film Unfinished" at MOMA - Celeste Bartos Theater in New York City, Aug. 11, 2010. (Jason Kempin/Getty Images)
Jared Kushner assistant à la premiere de “A Film Unfinished” au Théâtre MOMA-Celeste Bartos de New York City, le 11 Août 2010. (Jason Kempin/Getty Images)
Kushner, l’héritier, âgé de 35 ans, de l’une des plus importantes familles de l’immobilier et, depuis 2009, le mari de la fille de Trump, Ivanka – a joué un rôle crucial dans la campagne du Président élu, en particulier en ce qui concerne Israël. Il a travaillé sur le discours de Trump lors de la conférence annuelle de politique générale à l’AIPAC, qui a valu à Trump une ovation-debout et il a contribué à organiser un séjour pour son beau-père den Israël l’an dernier ( Trump a annulé ce séjour à la suite de la condamnation formelle de Binyamin Netanyahu de son appel à interdire tout Musulman à entrer aux Etats-Unis. Ce solide prétexte a aussi permis à Netanyahu à ne pas arrêter de position officielle dans la campagne, en cas de passage de Clinton, bien que son ami personnel Adelson, détenteur d’Israel Hayom- ait financé la campagne de Trump).
Trump apparaît très lié à son gendre Kushner, faisant fréquemment référence à son « fantastique » beau-fils, tout en vantant ses lettres de créance pro-israéliennes. Kushner, Juif Orthodoxe qui vit avec son épouse et leurs trois enfants sur le Côté Est chic de Manhattan (Upper East Side) peut être devenu plus familier au cours de la campagne, mais il n’est pas étranger aux feux de la rampe. En 2006, il a acheté à 25 ans, le journal l’Observer. Deux ans plus tard, il est devenu PDG de l’entreprise de son père, Les Propriétés Kushner, quatre ans après que son père ait été envoyé en prison pour évasion fiscale, campagne illégale de dons et subordination de témoin. En 2015, Fortune a désigné Kushner dans sa liste des 40 sous les 40 ans, « son classement annuel des jeunes gens les plus influents dans le monde des affaires ».
Ivanka Trump
Ivanka Trump waving to the crowd as she walks on stage to deliver a speech at the Republican National Convention at the Quicken Loans Arena in Cleveland, July 21, 2016. (Chip Somodevilla/Getty Images)
Ivanka Trump saluant la foule, alors qu’elle traverse la scène pour prononcer un discours à la Convention Nationale Républicaine, à Quicken Loans Arena de Cleveland, le 21 juillet 2016. (Chip Somodevilla/Getty Images)
La fille de Trump, Ivanka,35 ans, Juive Orthodoxe et épouse de Jared Kushner, a joué le rôle du visage policé et le plus doux de la campagne de son père. Femme d’Affaires ayant bien réussi, dont la marque est axée sur une clientèle de femmes actives et émancipées, elle s’est tenue à ses côtés quand des enregistrements ont été diffusés qui prétendent que le Président élu aurait agressé sexuellement des femmes.
Ivanka aurait, dit-on, tenté – pas toujours avec succès – d’influer auprès de lui pour que son père baisse en tonalité ou répudie certaines de ses remarques les plus incendiaires, dont le fait d’avoir traité les migrants mexicains de violeurs, selon le Magazine de New York.
Elle est la fondatrice de la Collection Ivanka Trump, une marque de mode et de style de vie et elle tient les fonctions de Vice-Présidente exécutive du développement et des acquisitions de l’Entreprise Trump, celle de son père. Ivanka, qui a mis au monde son troisième enfant en mars, appartient à la Synagogue orthodoxe Kehilath Jeshurun de l’Upper East Side, avec Kushner et décrit sa famille comme « plutôt observante ». Elle a fait partie de la liste des 40 au-dessous de 40 ans, de Fortune, un an avant son mari, en 2014.
Boris Epshteyn
Boris Epshteyn attending SiriusXM's "White in America"special at SiriusXM Studios in New York City, June 30, 2015. (Ilya S. Savenok/Getty Images for SiriusXM)
Boris Epshteyn assistant à la réunion de SiriusXM’s “White in America” aux studios SiriusXM à New York City, le 30 Juin, 2015. (Ilya S. Savenok/Getty Images for SiriusXM)
Epshteyn, 34 ans, est un stratège politique républicain et un fervent défenseur de Trump, qui est apparu comme le suppléant du Président élu sur la plupart des réseaux télévisés importants, enivron 100 fois, selon le New York Times.
Banquier d’investissement et avocat financier à New York, Epshteyn a travaillé comme adjoint à la communication lors de la campagne présidentielle du Sénateur John McCain, en 2008, concentrant tous ses efforts sur la colistière du Sénateur de l’Arizona, La Gouverneure de l’Alaska Sarah Palin, que Trump envisagerait de propulser au poste de secrétaire de l’Intérieur, selon Politico.
Epshteyn, né à Moscou, a émigré aux Etats-Unis en 1993. Parlant couramment le russe et modérant un panel encourageant à investir à Moscou, il peut servir d’atout pour Trump dans le pilotage des relations avec la Russie – Trump ayant exprimé son souhait d’améliorer les relations avec le Président russe Vladimir Poutine.
Toutefois encore, le tempérament d’Epshteyn peut faire de lui un atout à risque pour Trump. Les animateurs TV le décrivent comme « très combatif et agressif », et en 2014, Epshteyn a été accusé de délit pour agression, après son implication dans une bagarre de bar. Cette accusation a été annulée à la suite de l’accord d’Epshteyn pour entreprendre une formation de gestion de la colère et accomplir un travail d’intérêt général (communautaire).
Stephen Miller
Stephen Miller in the lobby of Trump Tower, in New York City, Nov. 11, 2016. (Drew Angerer/Getty Images)
Stephen Miller dans le hall de la Trump Tower à New York City, le 11 Nov. 2016. (Drew Angerer/Getty Images)
Miller, 30 ans, a joué un rôle crucial durant la campagne de Trump, en contribuant à faire monter et chauffer l’ambiance lors des rassemblements de foules et dans les projets de discours, dont le discours d’acceptation de l’investiture du Parti Républicain, lors de la Convention nationale, prononcé par le Président élu.
Miller, qui se décrit comme un « Juif pratiquant », a rejoint la campagne de Trump en janvier, en s’élevant rapidement dans les rangs pour devenir « l’un des personnages les plus importants de la campagne », comme l’a dit le directeur de campagne de Trump au Wall Street Journal. Précédemment, il y a travaillé durant sept ans en tant qu’aide de camp du Sénateur  Jeff Sessions, Républican de l’Alabama, en aidant le député à réunir les documents nécessaire à l’élaboration d’un contre-projet de loi pour combattre un texte du Sénat en vue de la réforme du code de l’immigration. Certains passages de l’argumentaire de Sessions contient des similitudes avec les déclarations âpres et souvent controversées de Trump sur cette question, telles que la construction d’un mur à la frontière mexicaine et l’interdiction de l’immigration musulmane dans le pays.
Bien que Miller ait grandi au sein d’un foyer Juif Libéral du Sud de la Californie, il a été, très tôt, attiré vers les causes conservatrices ou traditionalistes. En tant qu’étudiant au lycée, il a écrit une lettre au rédacteur d’un journal local dans laquelle il fustigeait son école pour fournir des préservatifs aux étudiants et pour faire des annonces aussi bien en anglais qu’en espagnol, entre autres choses.
Steven Mnuchin
Steven Mnuchin speaking onstage at City Harvest: An Event Of Practical Magic in New York City, April 24, 2014. (Andrew H. Walker/Getty Images for City Harvest)
Steven Mnuchin s’exprime au City Harvest: Un événement de pratique de la Magieà New York City, le 24 Avril 2014. (Andrew H. Walker/Getty Images for City Harvest)
Mnuchin, ancien directeur de l’exécutif chez Goldman-Sachs, a travaillé en tant que Président de la trésorie et des financements de la campagne nationale, avec l’objectif de lever plus d’1 milliard de $ pourle candidat.
Trump et Mnuchin sont amis depuis plus de 15 ans, et avant d’être en charge des finances de la campafgne de Trump, Mnuchin a joué le rôle de conseiller. Faisant partie de ces fonctions, le New York Times, le décrit comme appartenant à l’une « des familles de l’élite de Manahattan parmi les plus influentes », Mnuchin et son père ont tous deux fait fortune en travaillant pour Goldman Sachs. Mnuchin junior a aussi co-fondé la compagnie de publicité  RatPac-Dune Entertainment, qui a travaillé pour des bonnes affaires d’Hollywood, telles que « Avatar » et « Le Cygne Noir ».
Certains perçoivent comme inhabituel que Trump puisse faire équipe avec Mnuchin, considértant que le magnat de l’immobilier a constamment villipendé Goldman Sachs. Mais cela semble aller bien au-delà d’une simple relation de travail – et Trump envisagerait de placer Mnuchin dans les fonctions de Secrétaire du Trésor, selon Politico.
Lewis Eisenberg
Lewis Eisenberg (Screenshot from YouTube)
Lewis Eisenberg (Capture d’écran sur YouTube)
Eisenberg, le Directeur de la société à Capital privé Granite Capital Internbational Group, occupe le poste de Président financier de la Commission Nationale Républicaine. Il a été un des membres d’un petit groupe du Breau de la Coalition Juive Républicaine qui ne se sont pas enfuis en entandant parler de la candidature de Trump, et il s’est avéré être un contributeur central de groupes qui ont soutenu l’élection de Trump – il n’y a eu que neuf des 55 membres des RJC qui ont donné leur voix à Trump. Aux côtés de Mnuchin, il a beaucoup travaillé pour lever des fonds pour le candidat.
Eisenberg a grandi dans le New Jersey, selon Forward, et il est en  balotage en tant que possible choix comme Secrétaire du Commerce dans l’Administration Trump. Il était Président de l’Autorité portuaire de New York et du New Jersey, à l’époque des attentats terroristes du 11 Septembre contre les Twin Towers du World Trade Center.
Eisenberg a déclaré au JTA être « extrêmement enthousiaste » à l’idée de la Présidence de Trump, le désignant comme un « ferme défenseur d’Israël, un avocat fort pour la Justice et l’ordre ».
Michael Glassner
Michael Glassner (Screenshot from YouTube)
Michael Glassner (Capture d’écran sur YouTube)
Glassner n’avait déjà rien d’un novice des campagnes républicaines pour la Présidence, quand Trump l’a nommé l’an dernier pour qu’il devienne son directeur politique national. Il a travaillé en tant que directeur des opérations du Vice-Président pour la campagne de MacCain en 2008 et il a également dirigé la campagne de George W. Bush dans l’Iowa en 2000. Il a aussi travaillé avec Plin et le Sénateur Bob Dole, ancien candidat présidentiel.
Comme beaucoup de conseillers juifs de Trump, Gassner est intarrissable dans son soutien à Israël. Avant de rejoindre la campagne de Trump, il a travaillé comme directeur politique de la Région Sud-Ouest de l’AIPAC. Glassner a salué le mouvement anti-establishment et il a déclaré au Jewish Insider que son expérience avec Palin et le fait qu’il vit dans le New jersey et pas à Washington DC, a fait de lui un des types qu’il fallait pour véhiculer le message d’outsider de Trump. Il a aussi tenu le rôle de conseiller principal pour Eisenberg, quand celui-ci était directeur de l’Autorité Portuaire de New York.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...