jeudi 17 novembre 2016

Pourquoi Léa Salamé a été écartée du troisième débat de la primaire de la droite et du centre.....


TÉLÉVISION - France Inter n’a pas souhaité que sa journaliste intervienne sur Europe 1 à la présentation du rendez-vous politique de jeudi soir, également retransmis par France 2.

Jeudi soir sur France 2 et Europe 1, David Pujadas et Jean-Pierre Elkabbach animeront le troisième et dernier débat entre les sept candidats de la primaire et du centre. Nouvelle star de la chaîne du service public, Léa Salamé n’est pas conviée à ce rendez-vous. Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2, a été préférée pour intervenir dans l’émission. Pourquoi? Le Parisien lève le voile sur cette absence.
En fait, il s’agit tout bonnement d’une guerre entre les principales radios. À la tête de l’interview politique de 7h50 sur France Inter chaque matin, Léa Salamé n’était pas la meilleure option pour Europe 1. Celle qui a été formée par Jean-Pierre Elkabbach a donc été écartée. «Ni France Inter ni Europe 1 ne souhaitaient que la présentatrice de l’interview de 7h50 d’Inter soit dans une émission diffusée sur Europe 1», atteste un proche de l’animatrice du magazine culturel Stupéfiant!. D’autant plus que France Inter ne digérerait toujours pas le partenariat France Télévisions / Europe 1.
Rue François Ier, une autre bataille s’est jouée en coulisses: avec Thomas Sotto, cette fois-ci. L’animateur de la matinale avait très envie de participer à cette émission événement. Mais face à Jean-Pierre Elkabbach, taulier en la matière, le dilemme était rapidement résolu. «On a fait le choix de la légitimité en privilégiant notre intervieweur politique (de la matinale, Ndlr.)», explique Fabien Namias, le patron d’Europe 1, à nos confrères. Toujours est-il que le casting journalistique de la soirée ne plaît pas aux principaux acteurs, à savoir les politiques. D’après le quotidien, les candidats auraient «préféré des journalistes plus jeunes».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire