vendredi 11 novembre 2016

L’homme qui arrêta Eichmann met en garde l’Europe....


L’Agent du Mossad, Rafi Eitan, âgé aujourd’hui de 89 ans, a kidnappé Adolf Eichmann, organisateur de l’Holocauste, il y a 56 ans en Argentine ; il fut plus tard le conseiller pour la lutte antiterroriste de Menahem Begin, Premier ministre d’Israël. L’ancien espion était lundi à Vienne à l’invitation du FPÖ et il a donné ce conseil aux Autrichiens : « Arrêtez l’immigration ! »
Celui qui fut longtemps le dirigeant du Lakam, ancien service secret israélien, répond lentement et prudemment quand nous lui demandons son opinion sur la situation en matière de sécurité de l’Europe centrale :  » Le monde musulman se différencie nettement de la culture occidentale. 
S’il y a maintenant des musulmans dans chaque pays européen, nous devons nous attendre à de la violence et à du terrorisme. » Il y a « beaucoup d’extrémistes » qui vont essayer « de faire de l’Allemagne ou de l’Autriche un pays musulman », prévient ce grand homme de petite taille lors de notre entrevue.
Eichmann während des Prozesses vor dem Jerusalemer Gericht im April 1961 (Bild: APA/Dpa Archiv)
À la question de savoir comment les chefs d’État d’Europe centrale doivent maintenant agir après les grands flux migratoires des derniers mois, Rafi Eitan déclare : « Trois conseils à ce sujet. Premièrement : Arrêtez immédiatement l’immigration, fermez vos frontières. Deuxièmement : Créez de fortes incitations financières pour que les réfugiés repartent en Syrie ou en Irak. Troisièmement : Occupez-les, ne leur laissez que très peu de temps libre. » […]
Et Michael Kleiner, politicien du Likoud qui accompagne Rafi Eitan dans son voyage en Autriche, conseille ceci : « N’essayez pas de tuer des milliers de moustiques, asséchez le marécage. »[…]
29b7dbf241a5fbe6c2a1eed505f05c07__fullsizerender_jpg-1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Appelez-moi Sioniste. Lisez ce texte, il est sublime !

Appelez-moi Sioniste. Vous nous appeliez Judéens au temps du roi David. Vous nous appeliez Hébreux après notre exil forcé. Vous nous ...