mardi 15 novembre 2016

Le sellier qui suspend le temps......


C'est la consécration pour Hermès. Fort de ses acquisitions, le célèbre sellier impose ses propres codes dans l'horlogerie.

Hermès réunit désormais l'ensemble des compétences horlogères. Acquises au fil des ans, elles lui ont permis de se hisser au niveau des plus grandes manufactures avec cette excellence qui lui est propre.
Cet intérêt pour les montres n'est pas récent. Dès 1912, Jacqueline, une des quatre sœurs Hermès, porte à son poignet un bracelet en cuir qui enserre sa montre de poche. Entre 1926 et 1978, la maison noue des partenariats avec Jaeger, Patek, Rolex... et lance des montres pour lesquelles elle apporte sa créativité et ses compétences de sellier. 

Mais c'est sous l'impulsion de Jean-Louis Dumas, président d'Hermès de 1978 à 2006, qu'un pas décisif est franchi avec l'installation des activités horlogères à Bienne, en Suisse. « Nous avons été la première société non horlogère à s'installer au cœur de l'arc jurassien, explique Laurent Dordet, directeur général de La Montre Hermès. 

Nous voulions maîtriser le savoir-faire. Une condition indispensable pour nous différencier du marché. »
Les montres étant presque exclusivement masculines, Hermès décide de s'adresser aux femmes en proposant un design en rupture. 

Le groupe fait appel à des talents d'exception comme Henri d'Origny – l'homme des cravates, notamment –, qui dessine la montre Arceau, un best-seller inspiré de l'univers équestre. Puis viennent les lignes Clipper, Cape Cod, Dressage…

Nouvelle étape

En 1989, nouvelle étape, Jean-Louis Dumas nomme son neveu Guillaume de Seynes à la direction de La Montre Hermès pour développer des montres automatiques et élargir la clientèle aux hommes et aux « vrais » amateurs de montres. En 2006, Hermès acquiert une participation dans les mouvements Vaucher et installe un atelier de fabrication de bracelets à Bienne. 

La maison rachète Natéber en 2012, fabricant suisse de cadrans, puis Joseph Erard en 2013, fabricant de boîtes. La boucle est bouclée et les premières montres dotées d'un mouvement maison sortent en 2012. S'ensuivront des montres à complication et surtout la ligne Slim, entièrement manufacturée par le groupe.
La martingale ? « Nous apportons un style singulier inspiré de nos codes et élaboré par des talents qui connaissent bien notre maison, ce qui permet de proposer des produits qui nous ressemblent. Cela donne par exemple le modèle Arceau avec ses chiffres inclinés ou audacieux, l'Arceau Temps suspendu, Dressage l'Heure masquée », explique Laurent Dordet. 

Ou encore des surprises dans les montres métiers d'art. « Avec des techniques anciennes, nous en inventons des nouvelles comme l'émail ombrant cette année. »


Slim, la dernière-née dessinée par Philippe Apeloig, se caractérise par la grande ouverture de son cadran. L’Apple Watch Hermès, l’alliance de l’innovation et de l’héritage artisanal de la maison. Le dernier modèle : la Manchette double boucle.
Mais le coup le plus audacieux a été le partenariat avec Apple et la sortie d'une Apple Watch Hermès smart. Une alliance qui s'enrichit d'un nouveau modèle : la Manchette double boucle en veau Swift ou veau Epsom, inspirée d'une sandale emblématique dessinée par Pierre Hardy, directeur de création des chaussures et des bijoux d'Hermès. 

Le groupe entame l'ultime défi : entrer dans le cercle fermé de la haute horlogerie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Jérusalem enfin capitale d’Israël (CLAUDE GOASGUEN) Par Shmouel - ....

M. Claude Goasguen est député de la ville de Paris et ancien ministre. Personne de bonne foi ne peut critiquer la décision des États-...