mardi 8 novembre 2016

"Double ration de frites" à l'école: Sarkozy prône l'excommunication des enfants musulmans.Vidéo...


LE PLUS. À Neuilly, le candidat à la primaire de droite a réaffirmé son opposition aux menus de substitution dans les cantines scolaires. Il préconise, pour les enfants qui ne mangent pas de porc, de se servir une "double ration de frites". Pour Madjid Messaoudene, élu de Saint-Denis (93), il s'agit surtout d'une "double peine" pour les enfants musulmans des quartiers populaires.

Édité par Louise Auvitu 

En meeting à Neuilly le 8 novembre dernier, Nicolas Sarkozy nous a concocté une sortie dont il a décidément le secret. Il a abordé l’une des préoccupations majeures dans le pays. Chômage ? École ? Non, repas de substitution dans les cantines. 

Oui, en écho aux dizaines de milliers de manifestants dans les rues qui manifestent chaque jour aux cris de "non aux repas de substitution, c’est pas une solution."

Plus sérieusement, la référence à ces repas de substitution n’est pas une surprise, elle est récurrente, particulièrement à droite. Et dans la bouche de Nicolas Sarkozy, elle est une attaque contre la laïcité et vise principalement les enfants musulmans.

De quoi s’agit-il ? De la pause méridienne, un moment clé dans la journée de l’enfant à l’école, qui permet lui aussi la socialisation mais pas seulement.

Une laïcité détournée

Dans les quartiers populaires, à Saint-Denis et ailleurs, la pause méridienne est pour beaucoup d’enfants le seul repas véritablement équilibré de la journée.

Les propos tenus par Nicolas Sarkozy sur l’attitude à avoir face aux enfants qui ne mangent pas de porc sont insoutenables. Il dit qu’il ne veut pas de tables qui sépareraient les enfants selon qu’ils seraient juifs ou musulmans. C’est marrant que Nicolas Sarkozy qui passe son temps à monter les uns contre les autres, se fasse le chantre de la lutte contre la ségrégation…

Evidemment qu’il ne s’agit pas de séparer les enfants selon leurs habitudes alimentaires et/ou confession. Il s’agit juste de faire preuve de bon sens. La laïcité est souvent proclamée à tort et à travers, et Nicolas Sarkozy n’échappe pas à cette règle. La loi de 1905 n’interdit pas les menus de substitution, elle interdit simplement les repas confessionnels. 

La laïcité, celle de 1905, pas celle que beaucoup fantasment, permet la coexistence de toutes et tous dans la République, avec nos différences confessionnelles, dont découlent des habitudes alimentaires, forcément différentes, et qu’il faut respecter.

La laïcité est ici non seulement détournée, mais qui plus est, uniquement en direction des enfants de confession musulmane. D’une part ils sont beaucoup plus nombreux que les enfants de confession juive. Et ces derniers ne sont scolarisés que pour un tiers dans l’école publique.

Double peine

Proportionnellement il y a moins d'écoles confessionnelles musulmanes, les enfants de confession musulmane sont très majoritairement scolarisés dans le public. Si on peut s'en féliciter, encore faut-il qu’ils ne soient pas méprisés.

La "double ration de frites" n’est pas le problème, ce serait la même chose s’il avait parlé de purée ou de petits pois. Le fond de la question est qu’il ne souhaite pas tenir compte des différences et prône l'excommunication des enfants musulmans.

Une double peine dans les quartiers populaires, où les enfants musulmans de familles modestes seraient mises au ban.

Repas végétarien, une bonne solution

Alors oui, il faut faire preuve d’intelligence dans la mise en place de ce service public communal. Oui, il faut que les enfants puissent manger correctement quelles que soient les habitudes alimentaires ou leurs confessions : végétarien, juif, musulman, chrétien, athée….

Le menu végétarien est une bonne solution, elle permet d’offrir un repas équilibré à tous les enfants et n’est pas discriminant.

Il est déjà insupportable que l’islam et les musulmans soient la variable d’ajustement de candidats en manque d'extrême droite, c'est pire encore quand on s'en prend aux enfants.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En Israël, « Le sens de la fête » devient « C’est la vie »

Eric Toledano et Olivier Nakache se sont rencontrés en colonie de vacances et pendant 20 ans ils ont été successivement pensionnaires, ...