vendredi 28 octobre 2016

« Tous chômeurs ! Pour sa première course, le camion sans chauffeur d’Uber livre 50 000 cannettes de bière ! » L’édito de Charles SANNAT....


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
Oui, le travail tel que nous le connaissions est en train de disparaître et les comparaisons aux canuts d’autrefois sont totalement ineptes pour la simple et bonne raison que presque rien ne pourra remplacer l’ensemble des postes perdus, et qu’objectivement, « hors antenne », « hors caméra » ou « hors micro », tout le monde le sait bien.
Le problème n’est pas en soi la disparation du travail. Le problème c’est que la répartition de la richesse est basée sur la notion de travail. Sans travail, vous ne percevez point votre quote-part de richesses.
La question devient donc de savoir comment répartir la richesse de façon équitable si ce n’est pas par le travail, d’où l’idée très à la mode actuellement du « revenu universel » qui est, pour l’essentiel de ce qui nous est proposé, du recyclage des aides actuelles « marketées » sous des atours plus sexy. En gros, on remplace « assistanat » par « revenu universel ». Ok. Politiquement c’est plus vendeur, dans la réalité, c’est le même vent ! Pire, on n’aborde pas la véritable question, encore une fois, des modes de répartition de la richesse SANS le travail !
Car la fiscalité elle aussi repose sur le travail (alors qu’elle devrait reposer presque exclusivement sur la consommation, seule façon de taxer directement les importations ET les productions réalisées par des robots qui seront à l’avenir la norme). Ce sont donc tous nos fonctionnements qu’il nous faudra revoir, et vite ! Pas dans 20 ans !
Pour le moment, aucun mamamouchi de droite comme de gauche n’a la moindre idée de comment prendre le problème et encore moins par quel bout ! C’est le vide intersidéral.
Pourtant, le « progrès » est en route ! Et il roule vite…
« Le convoi était « exceptionnel ». La semaine dernière, un camion d’une filiale d’Uber a parcouru 200 km sur une autoroute de l’Ouest des États-Unis, sa remorque pleine (de bière Budweiser) et le siège du conducteur vide, vient d’annoncer le service de covoiturage.
Pour ce premier périple sans assistance humaine, le poids lourd chargé de 50 000 cannettes de mousse a pu compter sur ses caméras, radar et senseurs. Par sécurité, un chauffeur professionnel, qui avait conduit sur une partie du chemin, était également à bord mais il n’a fait ensuite que surveiller l’avancée du camion depuis le siège couchette derrière le fauteuil du conducteur, assure Otto.
« Les chauffeurs peuvent se reposer pendant que le camion leur rapporte de l’argent »
« Cette livraison marque une nouvelle étape vers notre vision d’un avenir sûr et productif sur nos autoroutes », se félicite l’entreprise. « Avec un véhicule équipé par Otto, les chauffeurs de camion auront la possibilité de se reposer pendant que le camion parcourt de longs tronçons d’autoroute et leur rapporte de l’argent. »
J’ai tout de même beaucoup de mal à croire que les chauffeurs soient dans ce monde rêvé par Uber, payé à se « reposer » à l’arrière et lire sans doute un bon livre ! C’est du folklore et de la propagande pour que le bon peuple « accepte » le progrès. Le principal coût d’un camion après son achat c’est évidemment le salaire du chauffeur.....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L’histoire de Mahmoud, terroriste, sauvé par la police…israélienne !

Dimanche 15 octobre, Mahmoud a failli y passer. Il avait décidé avec quelques connaissances d’aller se « défouler » sur les hommes de l...