mardi 18 octobre 2016

Pourquoi il faut lire Aude Lancelin....


"Le Monde libre" est une véritable charge contre la gauche socialiste. La journaliste, licenciée de "L'Obs", met en lumière bien des postures et des hypocrisies.


Il y a du Jean Cau chez Aude Lancelin. Jean Cau était écrivain et, dans les années 1960, le secrétaire particulier de Jean-Paul Sartre, un point de vue idéal. Il était de cette gauche qui portait la canadienne sartrienne et se jurait de changer le monde au nom de la défense des opprimés, des colonisés et des exploités. Mais, très vite, l'intellectuel gascon a déchanté, vu la supercherie et les postures, l'hypocrisie et le mépris. Il a quitté son « église », disait-il, pour en rallier une autre, réactionnaire et brutale. Si Aude Lancelin, auteur d'un brûlot sur la gauche et ses années à L'Obs,n'a pas rallié la Nouvelle Droite, elle a, en revanche, vu la même chose. Elle a vu de près, comme elle l'écrit, des comportements, des attitudes, des trahisons, si peu en adéquation avec l'idée que l'on se fait de la gauche, et elle témoigne.

« La gauche de droite »

Le Monde libre* mérite donc qu'on s'y intéresse tant il met en lumière des travers de notre temps. Ce livre n'est pas seulement, comme d'aucuns l'affirment pour mieux le disqualifier, un essai suintant la haine ou la vengeance. Les règlements de comptes y sont certes réels, parfois pesants ou microcosmiques, mais ils ne doivent pas occulter l'essentiel. Licenciée de L'Obs en mai pour, selon elle, des raisons d'ordre politique, Lancelin livre des éléments importants sur le fonctionnement de la presse (lire ici son interview) et, peut-être plus instructif, sur la gauche. 
Non celle que la journaliste incarne et qui, selon sa définition, se veut filialement rare, puisqu'elle va chercher ses racines dans le catholicisme social d'un Chesterton ou d'un Pasolinidont on ne voit guère de porte-étendard au sein de la classe politique. La gauche, ou « la gauche de droite » qu'elle fustige et qui lui aurait fait la peau, est celle de Valls (« petit homme colérique aux idées simples ») et de Hollande, des Badinter et de Laurent Joffrin, copains et complices.
La journaliste a pu vérifier, à son échelle, les duperies de cette gauche en observant, par exemple, ce confrère, qu'elle dit proche des Le Pen, se montrer progressiste et ouvert en public et absolument réactionnaire en privé. « À ses yeux, le Front national ne se contentait pas de soulever les bonnes questions (...), il y apportait aussi de bonnes réponses. Ainsi pouvait-il discuter des heures durant, portes fermées, des aides financières indues perçues par les Roms ou prenait-il sur ses loisirs pour se documenter jusque dans les plus invraisemblables détails sur les cruautés de l'abatage rituel musulman. » Elle ajoute, au sujet de L'Obs : 
« Quoique surgi de milieux aisés, ce journal prenait clairement le parti des pauvres et des opprimés, assurait son directeur de la rédaction. Une phrase qu'on ne se lassait pas de relire sans parvenir à trouver un seul exemple concret. »
Reprenant parfois à son compte une terminologie digne de ses confrères deCauseur, Aude Lancelin n'hésite pas à présenter cette gauche comme le « camp du bien ». Précisons que la journaliste était une amie de Philippe Muray, ce que d'aucuns, à L'Obs, jugeront « mal ». Elle raconte, à ce titre, les coulisses de l'écriture de la nécrologie de l'auteur d'Après l'histoire : « Le texte ne faisait pas plus de deux feuillets. (...) Laurent Môquet (en fait, Laurent Joffrin) y avait vu malignité, et m'avait convoquée. Je n'avais pas clairement informé le public de la nature réactionnaire de cette oeuvre. (...) 
Pour conclure, il affirma qu'il était déjà méritoire que nous consacrions de la place à un écrivain qui ne vendait manifestement pas beaucoup de livres. »
Il est bien d'autres passages dans lesquels Lancelin n'hésite pas à pourfendre, à la manière d'intellectuels de gauche critiques de la gauche, tels Jacques Julliard ou Michel Onfray, l'abandon par la gauche, héritière de Mitterrand, de la lutte des classes et du peuple dans sa multi-ethnicité au profit de l'antiracisme associatif : 
« La vérité, c'était que les années SOS Racisme, association de roublards moralisateurs qui fut longtemps garante de l'identité socialiste par-delà l'abandon des luttes sociales, étaient bel et bien achevées. » À l'inverse de Julliard ou d'Onfray, l'auteur considère en revanche que l'antiracisme a laissé place, au sein de la gauche PS, au « ressentiment à l'égard des immigrés ».

Start-up ou Florange ?

Mais les déboires de la journaliste ont véritablement commencé, écrit-elle, lorsqu'elle interviewa le démographe Emmanuel Todd pour la parution de son essaiQui est Charlie ?. Todd, selon elle, ne faisait pas qu'analyser la sociologie et les motivations des marcheurs du 11 janvier. Il « démasquait » aussi « la gauche socialiste » et ses « passions autoritaires et inégalitaires ». La laïcité brandie par Valls et les amis politiques de Charlie Hebdo, comme par son journal, L'Obs, servirait « surtout de tactique aux forces les moins républicaines pour avancer d'inavouables pions xénophobes ». 
Lancelin moque ceux qui se congratulent d'appartenir à « la civilisation des cafés », qui ne renoncera « jamais à écouter du metal rock ni à boire des bocks de bière », sans avoir de pensée solide sur le phénomène djihadiste. Par ailleurs, se démarquant là aussi du petit peuple des journalistes de gauche, l'auteur n'a pas vu dans Soumission, le best-seller de Michel Houellebecq, une oeuvre islamophobe. Le livre, écrit-elle, mêle uniquement « des intuitions puissantes sur l'époque à des provocations destinées à aggraver la situation d'un monde dont l'auteur cherchait constamment à se venger ».
On peut regretter l'excès de certaines formules, le caractère définitif de certains portraits, qui tournent parfois aux procès, mais ce livre est important pour qui veut comprendre les déboires existentiels et identitaires de la gauche. 
Est-elle rigidement laïque ou inclusive ? Elisabeth Badinter ou Alain Badiou ? Identitaire ou multiculturelle ? Libérale ou antilibérale ? Europénne ou souverainiste ? Macron ou Hamon ? Université d'été du Medef ou Nuit debout ? Start-up ou Florange ? L'Obsou Lancelin ?

*Le Monde libre, les liens qui libèrent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire