dimanche 30 octobre 2016

L'appli qui donne la parole à ceux qui en sont privés......


L'application Proloquo2go permet aux personnes muettes ou qui ont des difficultés d'élocution de s'exprimer. Explication avec son créateur, David Niemeijer.


Il y a un peu moins d'un mois, l'éditeur néerlandais Assistiveware a publié la version française de Proloquo2Go, un outil de communication à base de pictogrammes qui était jusqu'ici disponible seulement en anglais et en espagnol. Il s'agit d'un outil de AAC (Alternative and augmented communication), la technologie qui doit faciliter la vie des personnes qui ont des difficultés d'élocution. Ces dernières peuvent être des autistes, des personnes atteintes du syndrôme de Down, des trisomiques, des personnes qui ont souffert d'un accident vasculaire cérébral ou encore des malades de Parkinson.
En France, selon Handirect.fr, près de 1,3 million de personnes souffrent d'un handicap sensoriel. Concrètement ,avec Proloquo2Go, l'utilisateur appuie sur un dessin, et une voix artificielle dit le mot correspondant. La majorité des utilisateurs de Proloquo2Go a moins de 11 ans. David Niemeijer, créateur en 2000 et PDG d'Assistiveware, explique au Point.fr l'utilité de cette application et comment il a réussi à la rendre disponible en français.
Le Point.fr : Comment avez-vous eu cette idée de vouloir faire parler ceux qui ne le peuvent pas ?
David Niemeijer : Au départ, je pensais effectuer une carrière dans l'agriculture. J'ai un doctorat en sciences de l'environnement et me suis notamment engagé dans différents projets autour de la désertification. Mais ma vie a basculé en 1995, lorsqu'un ami a eu un grave accident de voiture. Il s'est cassé le cou et avait ensuite des problèmes pour accéder à un ordinateur. J'ai alors eu l'idée de Keystrokes, un clavier sur lequel il pouvait se balader pour exprimer ce qu'il ressentait, en utilisant des raccourcis pour des outils comme Photoshop. 
J'ai créé la société AssistiveWare en 2000 et, depuis, je n'ai cessé de développer des logiciels qui permettent de faciliter l'accès à l'informatique à tous. Nous avons en effet enrichi notre gamme avec d'autres logiciels, comme VisioVoice, qui facilite l'usage du Mac OX pour les personnes qui ont des problèmes de vue, ou encore Gjhostreader pour ceux qui ont une vue diminuée.
De qui pensez vous changer la vie avec Prokoquo2Go ?
Nous nous sommes intéressés aux 700 000 personnes francophones qui avaient des problèmes d'élocution en Europe, dont 100 000 enfants. Notre application s'appuie sur des « tiroirs sémantiques » dans lesquels pioche l'utilisateur, qui arrive ainsi à créer des phrases. L'apprentissage est progressif. L'utilisateur doit pouvoir effectuer des demandes urgentes mais aussi prendre son temps pour raconter sa journée, exprimer des sentiments ou encore poser des questions. 
Après l'anglais et l'espagnol, nous sommes maintenant disponibles en français. Nous sommes disponibles sur iPhone, iPad et même l'Apple Watch. Nous ne sommes pas encore dans l'univers Google Play car cet univers-ci est trop morcelé.
Comment vous y êtes-vous pris pour la version française disponible en France autour de 250 euros ?
Nous nous sommes appuyés sur plus de 12 500 heures de recherche sur le traitement de la parole pour le développement de la version française de l'application. Nous ne nous sommes pas contentés de traduire les phases de l'anglais mais nous avons essayé de rechercher les expressions qui collaient au mieux à ce que pensaient les utilisateurs. Nous nous sommes appuyés sur les travaux d'une demi-douzaine d'ergothérapeutes, de linguistes et d'orthophonistes, mais également sur le Centre d'expertise et de ressources nouvelles technologies & communication de l'APF et de ISAAC-Francophone. Certaines formulations étaient délicates à reproduire, comme le passé simple. Puis nous nous sommes intéressés à la prononciation, en faisant répéter les phrases à des acteurs. 
Cela nous a permis de faire soixante synthèses de voix naturelles gratuites, dont certaines d'enfant. Il faut que la voix reflète la personnalité de l'utilisateur pour que ce dernier ait envie de l'utiliser. L'utilisateur peut également personnaliser les boutons qui l'aident à communiquer. Tout est ouvert. À l'avenir, les enfants pourront sans doute dessiner ce qu'ils veulent expliquer. Nous serons heureux quand nous aurons permis à tous de s'exprimer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Catherine Deneuve sur l'affaire Weinstein: "Il y a vraiment un déferlement qui est assez ignoble"

En pleine promotion de son nouveau film Tout nous sépare, l'actrice française a évoqué l'affaire Weinstein, producteur qu'el...