dimanche 30 octobre 2016

EL HOCEIMA : L’Etat Marocain BROIE le peuple Rifain......


MOHSEN Fikri, un Rifain, 31 ans, vendeur grossiste en poissons est mort écrasé par le presse hydraulique d’un camion-ordure dans le soir du vendredi au samedi lorsqu’il a tenté de sauvé sa marchandise saisie par les services de sécurités marocaines sous prétexte  qu’elle n’était pas au norme, et que les autorités entendaient la détruire sous ses yeux.
Les faits remontent au soir de vendredi 28 octobre 2016, lorsque  MOHSEN Fikri a été surpris par le débarquement des autorités locales qui l’ont arrêtés. 
En cause une quantité de poisson, Espadons en l’occurrence , que le défunt aurait acheté en gros en toute légalité dans le port d’EL Hoceima, le commissaire qui a mené l’opération  de saisie sur ordre du parquet général, a justifié  son opération par le fait que l’espèce est interdite de pêche actuellement, ce dernier a tout de suite réclamé la présence d’un camion-ordure pour détruire les caissons de poisson, voyant cela  MOHSEN a tenté de protester contre cette  décision injuste,  et il a sauté même dans la benne du camion, et le commissaire a ordonné au chauffeur d’exécuter la manœuvre de la presse hydraulique  qui comprime, et fragmente les ordures, c’est alors que le drame s’est produit et MOHSEN est mort écrasé sous la presse, tentant vainement de récupérer coûte que coûte ses caisses de poissons  achetées à la sueur de son  front.
Cet homicide a suscité un grand émoi dans le RIF et au-delà. Des rassemblements de protestation ont eu lieu sur les lieux du drames pour réclamer des explications et dénoncer  le pouvoir assassin  dans le RIF.
Une photo de la victime coincé sous la presse hydraulique circule sur les réseaux   Facebook,  suscitant une vague d’indignation et de solidarité.
Craignant l’effet Bouazizi  le déclencheur de la « révolution tunisienne », les autorités makhzeniennes ont  de suite publié un communiqué annonçant  l’ouverture d’une « enquête  transparente et impartiale »  à ce sujet , mais  connaissant cet Etat et pouvoir « fourbes », le peuple rifain se méfie de cet effet d’annonce  comme c’est le cas depuis des siècles, car de tout temps il n’a jamais honoré ce qu’il annonce. 
Nous avons tous en tête le cas des cinq jeunes de el hoceima le 20 février 2011, Kamel EL HASSANI, Kamel LCHKAR, RIFINOX,  et les deux jeunes rifains assassinés criblés de 40 balles par la marine marocaine au large de Melilla,  depuis des années leurs dossiers ne sont pas élucidés.

1 commentaire:

  1. Pire qu'un crime individuel et plus grande qu'un question politique ordinaire, cette affaire sordide est, essentiellement, une démonstration de force mafieuse, une jouissance bestiale de supériorité et de domination. Elle est un exemple de pouvoir brut et d'autorité absolue, une image d'impunité certaine et une folie sadique causée par ce qu'on appelle un jeu d'hommes ou une parade de virilité.
    Il n'y a pas, donc, une solution politique miracle et immédiate à cette situation. C'est une affaire culturelle. Il y a là une pathologie mentale collective ancestrale et épidémique dont le véritable remède radical est la rationalisation de l'enseignement avec, d'une part, l'interdiction des pratiques éducatives traditionnelles, et d'autre part, l'apprentissage théorique et pratique des deux principales bases fondamentales du rationalisme: premièrement: la méthodologie scientifique, deuxièmement: la philosophie de l'éthique.

    RépondreSupprimer

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...