jeudi 29 septembre 2016

Pour financer l'audiovisuel public, la redevance augmente de 2 euros.....


Hausse spectaculaire du budget de la culture et de la communication. L'assiette de la redevance n'a pas été élargie aux autres écrans que le téléviseur.


Si vous ne cochez pas la case « aucune de vos résidences (principale ou secondaire) n'est équipée d'un téléviseur » sur votre feuille d'impôts, vous devrez désormais payer une redevance, ou plus exactement « contribution à l'audiovisuel public », de 139 euros en 2017. C'est exactement 2 euros de plus que cette année. « La règle stricte d'indexation sur l'inflation était de 1 euro, mais, pour financer l'audiovisuel public, nous avons décidé d'ajouter un euro supplémentaire », explique-t-on au ministère. Grâce à ces 2 euros, le budget de l'audiovisuel public a pu être bouclé.
Delphine Ernotte Cunci peut se réjouir : France Télévisions, et notamment la chaîne d'information Franceinfo, lancée le 1er septembre, dispose de 38 millions d'euros supplémentaires et Arte, de 10 millions. France Médias Monde, maison mère deFrance 24, hérite de 7 millions supplémentaires. Cette somme servira au lancement, en 2017, de la version espagnole de France 24. Annoncé au démarrage de la « CNN » française, en 2006, ce projet n'avait pas encore pu voir le jour. « Cela contribuera au rayonnement international de la France », s'est réjouie Audrey Azoulay, la ministre de la Culture et de la Communication, mercredi après-midi, lors de la présentation de son premier budget, un budget « historique » (lire encadré).

14 euros de hausse sous Hollande, 9 sous Sarkozy

Finalement, la redevance aura augmenté de 14 euros sous le quinquennat deFrançois Hollande, passant de 125 à 139 euros, face à la hausse de 9 euros durant la présidence de Nicolas Sarkozy (de 116 à 125 euros sur 2007-2012). Certains contribuables râleront peut-être. Pourtant, cette somme, qui sert à financer tant les chaînes (France 2, France 3, Franceinfo, France 4, France 5, Arte, France 24…) que les radios publiques (France Inter, France Culture, RFI…), reste nettement inférieure à celle que doivent acquitter les Suisses : plus de 400 euros par an !
Le plus étonnant est que le gouvernement n'a pas sauté le pas d'élargir l'assiette de la redevance. François Hollande avait évoqué cette hypothèse dès 2014, lors d'un discours devant le Conseil supérieur de l'audiovisuel. « On peut regarder les chaînes du service public sur d'autres instruments que la télévision » et donc imaginer « une assiette plus large et plus juste » pour la redevance, glissait-il alors.  Si huit Français sur dix regardent encore la télévision sur un téléviseur classique, ils le font de plus en plus sur les écrans d'ordinateur, de smartphone et de tablette, note Médiamétrie. Ils étaient ainsi 3 millions à le faire en 2015, que ce soit en direct ou en « replay » (+ 50 %).
Au ministère de la Culture et de la Communication, on estime ce ne fut « pas nécessaire d'élargir l'assiette » de la redevance, car la hausse suffisait à financer les projets de l'audiovisuel public. Mais « c'est une réforme qu'il faudra faire à terme et nous continuons d'y réfléchir », reconnaît-on. Un groupe de travail a été mis en place au mois de septembre par Audrey Azoulay. C'est sûrement l'un des dossiers que devra arbitrer le prochain gouvernement en 2017.
Un budget culture historique
Le sourire est de rigueur dans les salons du ministère de la rue de Valois. La Culture est l'un des ministères les plus privilégiés par la loi de finances pour 2017. Le ministère dirigé par Audrey Azoulay se targue d'une hausse de 5,5 %, ce qui en fait le budget le plus élevé de son histoire, à 3,6 milliards d'euros. Aurélie Filippetti n'avait pas eu cette chance : elle avait dû composer avec une chute de 4 % en 2013, 2 % en 2014. « Cela a été une erreur au cours des deux premières années du quinquennat de François Hollande de baisser le budget de la culture. Cela a été un signe négatif », avait reconnu alors Manuel Valls. En conséquence, avec sa fidèle Fleur Pellerin au ministère, le budget fut stable en 2015, puis en hausse de plus de 2 % en 2016. Concernant le budget communication, l'audiovisuel public est à l'honneur. Ses ressources via les taxes augmentent de 1,6 %, à 3,8 milliards d'euros, en hausse de 62 millions d'euros.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire