lundi 4 juillet 2016

Shuki Gilboa, le garde de sécurité, grièvement blessé lors de l’attentat qui a tué la jeune adolescente de 13 ans, raconte….


Shuki Gilboa, un garde de la sécurité volontaire, du village de Kiryat Arba, grièvement blessé dans l’attentat terroriste qui a tué Hallel-Yaffa Ariel s’est confié ce matin (lundi) à Galei Tsahal, la radio de l’armée. Il est revenu en détail sur l’attentat et la manière dont il a été blessé…

« Ma femme venait de rentrer de son travail quand j’ai reçu une alerte disant qu’un terroriste avait violé la clôture de sécurité. Sans hésitation, nous nous sommes rendu en deux minutes sur les lieux et la sécurité civile de Kiryat Arba étaient déjà là mais personne ne s’est rendu compte que le terroriste était à l’intérieur de la maison. Je suis entré dans la maison avec le père de Hallel Yaffa qui venait, lui aussi, d’arriver sur les lieux et un autre membre de l’équipe de sécurité et quand  nous sommes arrivés à la chambre à coucher, j’ai entendu le cri du père et j’ai aperçu quelqu’un mais en moins d’une seconde, j’étais parterre » a expliqué Shuki Gilboa.
«Mon collège a du très vite décider de ce qu’il devait faire, car le terroriste allait me poignarder de nouveau, alors il a tiré au risque me blesser. Le terroriste est mort et je m’en suis sorti vivant mais une balle a traversé le haut de ma tête au-dessus de l’oreille gauche et est sorti dans la zone de l’œil  » a ajoute ce héros.
«Je suis entouré du peuple juif tout entier, en Israël, et partout dans le monde» a déclaré Shuki Gilboa.
« Même les médecins considèrent comme miraculeux que je sois encore en vie. Je veux regarder  le verre à moitié plein. Miriam Peretz m’a rendu visite vendredi et a réconforté ma femme . Elle m’a dit:« Shuki, vous n’avez plus vos deux yeux , mais il vous reste vos mains pour embrasser vos enfants, et vos pieds pour danser avec eux, et tout de même un autre œil pour les voir « .
Shulamit, la femme de Shuki, a ajouté: «Avec l’aide de Dieu, nous allons récupérer, nous et les enfants. Nous avons une famille merveilleuse : l’ensemble de la nation juive et c’est cela qui nous donne de la force « .
Petit rappel de qui est Miriam Peretz
Avant 1998, la vie de Miriam Peretz était plutôt ordinaire. Elle et son mari vivaient dans la banlieue de Jérusalem à Givat Ze’ev. Elle était directrice d’une école primaire et leurs six enfants allaient et venaient au rythme de leurs vies scolaires jusqu’à ce que  la vie de la famille Peretz s’écroule tout lo coup, quand on frappe à leur porte annonçant la mort de leur fils  Uriel, age de 21 ans, tué au combat au Liban.
Près de 12 ans plus tard, le destin terrible frappe encore  à nouveau, cette fois c’est  leur fils cadet Eliraz, 32 ans, major des Forces de défense israéliennes (IDF) de la brigade Golani  et père de quatre enfants, qui est tué dans une embuscade du Hamas près la frontière de Gaza. Le mari de Miriam a également trouvé la mort à 56 ans. Pour cette mère endeuillée, la seule façon de faire face à sa douleur est de quitter l’éducation des jeunes enfants et de commencer à enseigner aux soldats, lo soutenir les familles endeuillées, les parents des soldats de Tsahal morts, et les Juifs partout dans le monde. «Je sais que mes fils ne sont pas morts en vain, ils sont tombés pour que d’ autres enfants puissent vivre dans la paix, Ils considéraient le service militaire comme une mitsva et un privilège, pas une obligation  » a déclaré Miriam Peretz aux journalistes. 
Pour son courage et sa résilience et pour l’amour qu’elle porte à la terre et au peuple d’Israël, Miriam Peretz a reçu le prix prestigieux Menachem Begin et en 2014,  elle a eu l’honneur national d’allumer la torche le jour de l’indépendance d’Israël.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gros couic sur le petit-déj........

Le repas le plus important de la journée ? Fini, oublié. C’est mort. Le miel sera bientôt au prix du caviar, le cours du beurre a presq...