mercredi 13 juillet 2016

Quand le diable s’habille en Pravda !



Eric Mettout, bobardier de son état (accessoirement – rédacteur en chef du site web de l’hebdomadaire L’Express.fr et directeur adjoint de la rédaction de L’Express), est bien connu pour la haine qu’il voue à Israël, ses désinformations, ses photos et positions bidouillées se voulant salir l’Etat juif et sa conception plus qu’étrange de la « liberté d’expression » accordée aux lecteurs de son « canard laquais » qui ne se rallient pas aveuglément à sa canne blanche. 
J’ai bien failli intituler cet article « Mots à Mettout : le lavage de cerveaux ! », voire « Mohamed ou le lavage de cerveaux ! » mais j’ai préféré titrer « Quand le diable s’habille en Pravda ! » afin de lui tailler un costard… car le rapprochement premier aurait laissé le (dit) Prophète sans voix et même l’aphone  éthique ne se pourrait, sans déchoir, partager le thé avec ce « journaliste ».
Quand je dis « journaliste », c’est d’ailleurs un mot surfait (« Journaliste, journaliste, tout de suite les grands mots ! Il s’agit du directeur adjoint de la direction de L’Express… » – Éric Fassin, 16 janvier 2015) car, comme il l’affirme lui-même (« Et là, je dis non : parce que nous n’avons heureusement les moyens de censurer personne, c’est un privilège de politique, voire de patron de presse, ça, pas de journaliste » – Éric Mettout, blog Nouvelle Formule / L’Express, janvier 2013), le privilège de censurer n’appartient pas aux journalistes… et la censure, lui, il en abuse à foison à l’égard de ses contradicteurs, métamorphosant ainsi 
L’Express.fr en une sorte de Pravda francophone aux articles orientés, propagandistes, écartant d’un ciseau rageur toutes opinions, et même toutes preuves avérées, un tant soit peu contraires à la ligne du Parti…pris (« Positions de Racolage Inacceptables maisSocialistes »).
Oh ! Ne tenant pas à aggraver ses troubles obsessionnels, je n’irai pas jusqu’à dire qu’il souffre de schizophrénie et préférerai supposer que ses monomanies ne proviennent que d’un lavage de cerveau exercé sur lui lors de son premier emploi à SOS Racisme qui, on le sait, est très restrictif dans ses combats (l’antisémitisme n’en faisant pas vraiment partie !)… Toujours est-il que Eric Mettout verrait de l’islamophobie même dans les igloos de Laponie, de l’homophobie jusque sur les îles désertes, de l’agressivité au fil des pages du Petit Prince, des « insultes personnelles et fascistes » dans les écrits de Zola quant aux crimes commis par les socialistes d’aujourd’hui. 
Lui, par contre, peut étaler à longueur d’articles son israélophobie, cracher sur la fidélité conjugale hétérosexuelle, encourager l’arrivée de djihadistes en Europe, participer en connaissance de cause à la diffusion et à l’élargissement de l’audience de sites négationnistes turcs du génocide arménien, considérer comme un héros national le frère de Ségolène Royal qui a fait sauter le Rainbow Warrior en causant la mort d’un pacifiste.

– Le titre : « Israël soupçonné d’avoir espionné le téléphone de Manuel Valls »… Soupçonné par qui ? Bon, la suite de l’article me le dira peut-être !
– La date : Publié le 5 JUILLET alors que la visite a eu lieu le 23 MAI ! Cependant,  plus d’un mois et demi après, « les investigations se poursuivent ». Pas très rapides, il me semble, l’Anssi… il semble bien que cet organisme n’a donc rien trouvé !
– Le mot « confisqué » : Il est de règle, DANS TOUTES LES ZONES SECURISEES DU MONDE CIVILISE, de ne pas prendre avec soi son portable quand il y a des discussions secrètes. Même fermé, les spécialistes peuvent, à distance, écouter ce qui se dit et même, s’il y a une caméra incorporée, voir ce qui se trouve dans le champ… Les téléphones n’ont donc pas été « confisqués » mais « gardé à l’extérieur de la pièce » !
– « le Premier ministre et ses collaborateurs ont été alertés par l’état de leurs téléphones portables qui leur avaient été confisqués au préalable » Ah, bon ! « des signes d’anomalie » ? Lesquels ? Prend-t-on les « services » israéliens pour des incapables qui ne sont même pas capables de bidouiller un téléphone portable sans que cela se remarque ? Eux qui sont, à maintes reprises, parvenus à placer des bombes miniaturisées dans celui de chefs terroristes ayant du sang sur les mains !
– « l’ami d’Israël », mis entre guillemets, est une méchanceté gratuite et insidieuse qui dénote la tendance du « journaliste » ayant pondu cet article ; A noter que là, ils « ont dû laisser leur téléphone sécurisé » et que ceux-ci n’ont donc pas été « confisqués ».
– « L’un des téléphone est tombé en panne »… Un seul ? C’est le genre de chose qui arrive dans les meilleures familles !
– « Nous ne faisons jamais de commentaires sur la victime d’une attaque potentielle, indique l’Anssi » Donc, d’abord le « scoop » n’est pas confirmé, ensuite il ne s’agit que – on parle de « la » pas de « les » – D’UNE SEULE VICTIME (Celle dont le portable est tombé en panne ? C’est ce qui semble confirmé par Matignon : « Matignon reconnaît qu’un portable est bien tombé en panne durant cette visite. L’entourage du chef du gouvernement ajoute que « l’enquête en cours fait partie de la PROCEDURE HABITUELLE »)
Devant le ridicule flagrant de cette bafouille,  j’ai voulu simplement la traiter par le rire et, prenant ma plus belle plume trempée au picrate, me suis fendu de quelques lignes au « Courrier des lecteurs » de L’Express.fr… en y signalant, mine de rien, que – si essai d’espionnage il y avait eu – les « services » français devraient regarder la poutre dans leur œil avant de critiquer la paille dans celle du Mossad :
Au moins, avec Hilary Clinton, il n’y avait pas de problème…elle donnait toutes ses conversations secrètes sur son mobile non sécurisé ! Cette accusation contre les services de renseignements israéliens est stupide… non pas par le fait que le Mossad aurait essayé de « piéger » le téléphone de Valls mais par le fait que les Français insultent les Israéliens en affirmant que – si cela s’est fait – c’était visible ! …En plus, le Mossad ne fait pas sauter les bateaux de Greenpeace dans un port australien comme l’a fait le frère de Ségolène Royal avec le Rainbow Warrior !
Surprise ! Le Sieur Eric Mettout m’a répondu (« Modéré » veut, bien sûr, dire « Censuré »… notez que son adresse mail est – Cela ne s’invente pas ! – « émet tout ») :
Bonjour,
Votre message a été modéré.
Nous vous ouvrons les pages de notre site.
Merci de ne pas les utiliser pour nous insulter.
Vous n’êtes plus autorisé à publier sur notre site.
Bien à vous,
Pour plus d’informations sur notre politique de modération, vous pouvez lire notre charte des commentaires.
Eric Mettout
Rédacteur en chef LEXPRESS.fr
01 75 55 14 66
emettout@lexpress.fr

L’aveu ! Il semble donc, d’après ce qu’écrit le susnommé (qui a bien dit : « NOUS insulter »), que l’accusation contre Israël, que je qualifiais de « stupide », vien drait de la rédaction de l’Express.fr à fins de propagande anti-israélienne… puisqu’il considère cela comme une insulte personnelle. 
En effet, le fait que le frère de Ségolène Royal était impliqué dans le sabotage du Rainbow Warrior (voire même aurait posé lui-même la bombe entrainant mort d’homme) a été publié – entre autres – dans les colonnes de son média (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/royal-son-frere-et-le-i-rainbow-warrior-i_460414.html ) et il ne peut donc s’agir de cela, à moins, bien sûr, que Monsieur Mettout ne souffre d’Alzheimer sélectif !? Il est étrange qu’un « responsable de la filière multimédia et enseignant au Centre de formation des journalistes » ne connaisse pas la déontologie journalistique et lance des accusations graves, nuisibles aux relations internationales, sans pouvoir les étayer et sans avoir recoupé ses sources.
Quand on voit l’acabit de certains de leurs professeurs, il ne faut donc plus s’étonner si tant de détenteurs d’une carte de presse s’approchent plus, dans leurs écrits et reportages, d’un Jean Hérold-Paquis (fusillé pour collaboration le 11 octobre 1945), voire d’une Valérie Bemeriki (condamnée à perpétuité, au Rwanda, pour ses appels au génocide sur Radio mille collines) que d’un Joseph Kessel qui, lui, faisait honneur à la profession !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire