lundi 18 juillet 2016

COMMENT ISRAËL EST DEVENU LA RÉFÉRENCE DANS LA LUTTE ANTITERRORISTE....


Depuis sa création, l’Etat hébreu a su s’adapter en permanence à la menace terroriste.

« Le Maire de Cannes a fait appel aux services d’un ancien brigadier général de l’armée israélienne pour aider les autorités locales à se préparer à une éventuelle attaque »
Par Nathalie Hamou, publiée dans les Echos le 17 juillet 2016
 
Grâce à un modèle dynamique dont les clefs de voûte sont le renseignement, et l’implication de la société civile.
 
Au lendemain du carnage de Nice comme dans la foulée des attentats du 13 novembre, le scénario se répète : « l'exemple israélien », où la menace terroriste fait partie de la vie quotidienne, est mis en avant. Les experts militaires sollicités sur les plateaux de télévision à Tel-Aviv ont beau se montrer modestes, voire éviter toute référence à un « modèle israélien de lutte antiterroriste », il n'empêche. L'Etat hébreu, dont la population a connu sept guerres et deux Intifada depuis sa création, est bel est bien devenu un cas d'école, dans sa façon de gérer une situation d'insécurité permanente. Une expertise dans la mire des décideurs européens.
 
Signe qui ne trompe pas : dans la foulée des attentats du 13 novembre, le maire de Cannes, David Lisnard, a fait appel aux services d'un ancien brigadier général de l'armée israélienne, Nitzan Nuriel, pour aider les autorités locales et les équipes d'intervention d'urgence à se préparer à une éventuelle attaque lors du Festival phare de la Croisette.
 
En avril dernier, cet ancien chef du bureau de lutte contre le terrorisme en Israël (entre 2007 et 2012) avait notamment dirigé une attaque terroriste simulée au Palais des festivals pour tester les mesures de sécurité renforcées dans la ville. Auparavant, il avait mené un audit, en s'inspirant des leçons tirées des attentats menés contre des palaces à Bombay et dans les gares de Madrid, les deux scénarios catastrophes les plus retenus par les professionnels.
 
L'une de ses préconisations : « la sécurisation du front de mer » ainsi qu'un contrôle renforcé de tous les accès de la ville de Cannes, y compris maritimes. Interrogé sur l'attentat de Nice, il confiait ce week-end aux « Echos » : « J'ai le sentiment que la France n'était pas vraiment prête à envisager ce scénario catastrophe. »
 
Ben Gourion, l'aéroport le plus sûr du monde
 
En fait, cela fait dix-huit mois maintenant que les délégations de dirigeants de pays frappés par la menace djihadiste débarquent en nombre à l'aéroport international de Ben Gourion, considéré comme le plus sûr du monde, pour prendre la mesure du système de lutte antiterroriste en vigueur sur le sol israélien. Un pays où la sécurité intérieure relève non pas de l'armée, mais des services de renseignement et de la police.
 
En février, l'ancien maire de Nice, Christian Estrosi, s'est par exemple rendu en Israël, où il a rencontré notamment le PDG de la société Eagle Security and Defense, Giora Eiland, par ailleurs ex-directeur du Conseil de sécurité nationale israélien. Lors de cette visite, Christian Estrosi avait insisté sur la nécessité « d'être à la pointe de la lutte par le renseignement contre la cybercriminalité lorsqu'on sait que la radicalisation se fait par le biais des réseaux sociaux ». Un domaine dans lequel l'Etat hébreu excelle puisqu'il se classe dans le Top 5 des cyberpuissances, aux côtés des Etats-Unis, de la Chine, de la Russie et du Royaume-Uni... Lire l'intégralité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Netanyahu à Bruxelles : Reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël « rend la paix possible »

BRUXELLES – En visite au siège de l’Union européenne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué lundi que la majorité des p...