vendredi 3 juin 2016

Israël : Grâce aux services de sécurité, la menace djihadiste est loin de l’ampleur prise en Occident


La répression israélienne contre les citoyens arabes qui tentent de rejoindre l’Etat islamique en Syrie ou en Irak ou de créer des cellules terroriste sur le sol israélien a empêché la menace d’atteindre l’ampleur atteinte en Occident, a déclaré un conseiller du Premier ministre Benyamin Netanyahou dans une interview au magazine Israel Defense.
Eitan Ben-David, chef du Bureau de la lutte contre le terrorisme au sein du cabinet de Netanyahou, a déclaré au magazine que « plusieurs dizaines d’Arabes israéliens avaient rejoint les rangs de l’Etat islamique », et que certains d’entre eux pourrait revenir.
« Ces combattants étrangers peuvent certainement poser un grave danger à leur retour, mais le Shin Bet  et les autres services de sécurité font un très bon travail pour déjouer cette menace, qu’on pourrait comparer à une sorte de propagation du cancer », a déclaré Ben-David.
« A notre grande satisfaction, la situation est raisonnable. Elle n’est semblable à aucun pays européen, ni même à l’Amérique, ou encore des pays comme la Chine ou la Russie, qui ont vu un grand nombre de combattants de l’EI revenir sur leurs territoires », a-t-il dit.
Les défections dans les zones tenues par l’Etat détenus islamiques en Syrie et en Irak, ainsi que la hausse du nombre de citoyens israéliens s’identifiant au groupe djihadiste ont incité le président Reuven Rivlin mettre en garde en janvier dernier contre une « radicalisation considérable » qui se développe au sein de la minorité arabe d’Israël.
Israël a interdit formellement l’Etat islamique en 2014, et a négocié le rapatriement de ses citoyens arabes qui avaient rejoint ou tenté de rejoindre les insurgés via la Turquie ou la Jordanie, pour les juger.
Le gouvernement a durci sa politique l’an dernier après qu’un Arabe israélien a traversé la frontière israélo-syrienne, au-dessus du Golan, en parapente pour rejoindre les rangs de l’État islamique.
Par ailleurs, deux vidéos diffusées sur internet en octobre ont montré des hommes armés, se revendiquant de l’Etat islamique, jurant, en hébreu, qu’ils allaient frapper Israël. Le chef du groupe, Abou Bakr al-Bagdadi, a donné un écho à cette menace dans un enregistrement audio diffusé en décembre.
Mais Ben-David semble circonspect devant cette perspective, citant des dangers potentiellement plus pressants, comme la milice chiite du Hezbollah au sud-Liban ou les terroristes palestiniens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...