samedi 28 mai 2016

Loi Travail : «Ma responsabilité, c'est d'aller jusqu'au bout», dit Manuel Valls...


Pas question de mollir ! C’est le message de fermeté qu’a adressé aux lecteurs du « Parisien », qui l’interrogeaient hier, un Premier ministre en plein bras de fer avec la CGT.

Quand il arrive, hier matin, au siège de notre journal, le Premier ministreest tendu. Agacé par la lecture des journaux du matin, où il n’a pas forcément le beau rôle dans cette crise qui s’éternise.
Alors, Manuel Valls a envie d’avoir en face de lui de « vraies personnes ». Pas pour en découdre, mais pour les écouter et expliquer une loi El Khomri qui embrase le pays… sans paraître vraiment connue de tous. Il a besoin aussi de ce contact physique avec les citoyens, si naturel quand il était dans sa ville d’Evry, devenu si rare et compliqué quand on occupe Matignon. Valls écoute attentivement chacun se présenter. Puis, à son tour, comme pour mettre à l’aise ses intervieweurs du jour, il décline son CV : « Je m’appelle Manuel Valls, je suis né en 1962, je suis marié, quatre enfants… »
Après avoir rappelé son parcours d’élu, il termine par le « 31 mars 2014 », date à laquelle il est devenu Premier ministre : « Voilà pour ma fiche ! » Jouant à fond la carte de la proximité, il ajoute : «  Le  Pari- sien, c’est mon journal, je lis l’édition du 9-1 (NDLR  :  Essonne) tous les matins sur ma tablette. »
Après deux heures d’échanges, verre d’eau pétillante en main, Manuel Valls se détend en expliquant à ses interlocuteurs les coulisses de cette rencontre : « On avait pensé faire cela à Matignon. Comme on dit au foot, j’aurais joué à domicile et je trouvais que ce n’était pas très sport. »

Prudence
On lui demande s’il n’a pas été fâché d’avoir été copieusement sifflé la veille au soir avec son épouse lors du concert de Pascal Obispo. Visiblement non. « Cela fait partie de la vie publique. Les politiques qui disent que c’est difficile, il faut qu’ils fassent autre chose. » En pensant à l’Euro qui approche, ce passionné de foot se garde d’émettre un pronostic sur la compétition : « Déjà que l’on m’a accusé de faire l’équipe de France ! » Et de blaguer : « Varane , ce n’est pas ma faute. Et l’orage ce soir non plus ! »  (NDLR  :  le défenseur  forfait pour blessure)

« Je fais très attention aux mots car ils sont tous piégés », a confié le Premier ministre à nos lecteurs. (LP/Matthieu de Martignac)

LOI EL KHOMRI, BLOCAGES, PÉNURIE

SOFIANE CHÉRIFI. Dans le lycée où je travaille, les élèves ont bloqué l’entrée de l’établissement. Ne serait-il pas sage d’ordonner le retrait de la loi El Khomri et d’inviter les partenaires sociaux à élaborer une nouvelle loi ?
 MANUEL VALLS. Mais nous l’avons fait ! Depuis plusieurs mois, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, et moi-même avons réuni les partenaires sociaux. J’ai aussi reçu les organisations de la jeunesse. Nous avons ensuite réuni tout le monde pour en faire la restitution. Certains ont accepté les compromis (CFDT, Unsa, CFE-CGC, Fage…), d’autres ont considéré qu’il fallait un retrait de la loi (CGT, FO). Puis le débat parlementaire a commencé et il y a eu plusieurs centaines d’amendements adoptés. Retirer le texte de loi serait une mauvaise chose pour les salariés. Ma porte est toujours ouverte, je suis toujours prêt à la discussion. Mais quand un texte a été discuté, qu’il a suscité des compromis avec les partenaires sociaux, qu’il a été adopté à l’Assemblée nationale, je considère que ma responsabilité c’est d’aller jusqu’au bout.

DANIEL-YVES LACROIX. Avez-vous les moyens de surmonter l’opposition de la CGT ?
Je respecte tous les syndicats, et je respecte la CGT. L’histoire de la CGT se confond avec l’histoire de France depuis un siècle, elle a permis des conquêtes sociales, elle a participé à la Résistance, à la reconstruction de notre pays après la guerre. C’est un grand syndicat. Je n’ai pas un problème avec la CGT, ni avec Philippe Martinez. Mais la CGT demande le retrait du texte, elle a fait le choix d’une stratégie très dure et de l’impasse. Bien qu’elle signe beaucoup d’accords dans les entreprises… Ce que je n’accepte pas, ce sont les blocages des ports, des raffineries, des dépôts qui portent atteinte à la libre circulation, gênent les salariés ou ceux qui sont à la recherche d’un emploi, en général les plus modestes qui pâtissent de cette situation. Surtout au moment où la reprise de notre économie est là. S.C. Il n’y aura donc pas de retrait ? Il n’y aura pas de retrait du texte, pas de retrait de l’article 2 qui vise à décentraliser le dialogue social parce que c’est le coeur de ce texte de loi. Je respecte le droit de manifester et le droit de grève qui sont des droits constitutionnels. Vous vous rendez compte qu’on peut manifester alors que nous sommes en état d’urgence ! Que nous faisons face au terrorisme. C’est ça la force d’une démocratie. Mais ça ne veut pas dire que c’est la CGT qui fait la loi de la République et impose sa ligne. Il faut que la négociation se fasse au plus près de l’entreprise. Par exemple sur les heures supplémentaires : il y a la possibilité de faire évoluer la majoration. Mais cela ne peut se faire sans l’accord des syndicats. Ils doivent représenter au moins 50 % des salariés. Par conséquent, les syndicats auront un réel contrôle et n’accepteront ce type de souplesses qu’en contrepartie d’autres avantages que l’entreprise devra leur concéder : sur les congés, sur l’organisation du travail, l’intéressement… C’est cela, la négociation.

Mais ni retrait ni aménagement de l’article 2 ?
La loi a été adoptée après avoir engagé la responsabilité du gouvernement. La motion de censure a été rejetée. Maintenant, la loi part au Sénat, elle va être totalement dénaturée, puisque la droite y est majoritaire. Puis elle reviendra fin juin à l’Assemblée. Il y aura forcément des modifications. Mais sur les trois points fondamentaux — lever les freins à l’embauche des PME, dialogue social dans l’entreprise et nouveaux droits des salariés —, là non, il n’y aura pas de changement. Nous avons construit un compromis solide avec les syndicats réformistes, et tout ce qui remettrait en cause le dialogue social dans l’entreprise mettrait fin à cet accord.

 YVES DANIEL. Mais si le blocage s’amplifie, que restera-t-il comme solution ? Votre démission ?
(Rire.) Je ne pense pas que le mouvement va s’amplifier, mais je reste prudent car je ne fais pas la météo sociale. Cependant, la violence m’inquiète, il y a de la radicalité dans la société. Si le mouvement continue ainsi, il va être donc dans une impasse. Ma responsabilité comme chef du gouvernement, c’est de faire en sorte que les Français puisent s’approvisionner en essence, que les entreprises ne soient pas pénalisées par des blocages. Donc nous continuerons avec détermination à évacuer.


CHÔMAGE, ÉCONOMIE

VIRGINIE KOWALCZUK. Les politiques déshumanisent le chômage, pour eux ce sont des chiffres. Pensez-vous que les chômeurs, trop souvent stigmatisés, vont supporter leur sort encore longtemps ?
Quand vous êtes maire, ce que j’ai été à Evry pendant plusieurs années, vous avez un contact beaucoup plus facile avec les gens. Mais avec 66 millions de Français, quand vous êtes Premier ministre, forcément, vous êtes dans une salle de commande beaucoup plus grande qui peut se déshumaniser. Je fais très attention aux mots qui stigmatisent. Je n’aime pas qu’on parle de ceux qui « vivent du système » ou d’assistanat. Bien sûr, il peut y avoir des abus. Mais personne n’est au chômage par plaisir. Quand le chômage augmente mois après mois et notamment celui de longue durée, je sais ce que cela peut représenter. La France s’est « habituée » à vivre avec un chômage de masse depuis trente ans. Ça, c’est le mal français. Aujourd’hui, les statistiques vont pour la première fois depuis longtemps dans le bon sens. Depuis le début 2016, i l y a eu 70 000 chômeurs de moins, pour le deuxième mois consécutif, en mars et avril, le chômage a baissé et sur les douze derniers mois, il y a eu une baisse du chômage.

LUCIE DE PERTHUIS. C’est la fameuse inversion de la courbe ?
Je fais très attention aux mots car ils sont tous piégés. En tout cas, chaque citoyen qui retrouve un emploi est une bonne nouvelle.

 V.K. Que pensez-vous de la proposition d’Angela Merkel de créer des contrats pour les migrants à 1 € de l’heure ?
Je suis contre toute précarisation de l’emploi. Avec l’Allemagne, ce sont deux modèles différents. Le nôtre qui a « préféré un chômage » bien indemnisé et d’autres pays qui ont fait la préférence du chômage partiel et des minijobs. C’est vrai en Grande- Bretagne et en Allemagne, avec comme corollaires, la précarité et les travailleurs pauvres. Mais nous avons aussi nos travailleurs pauvres et précaires. Je suis convaincu d’une chose, c’est que pour faire baisser le chômage, il faut des entreprises compétitives. Je le répète, je suis contre toute précarisation de l’emploi, c’est d’ailleurs le but de la loi El Khomri.

LAURENCE GAILLARD. Chef d’entreprise dans le domaine du recrutement, je suis confrontée à une pénurie énorme de candidats. Je suis obligée de refuser des missions de mes clients. Que faire ?
Il doit y avoir entre 300 000 et 500 000 postes non pourvus, parfois dans des secteurs inattendus. Prenez l’aéronautique. A Toulouse, Airbus et tous les sous-traitants autour, ce sont plusieurs milliers d’heures de travail à pourvoir. Il y a pourtant un lycée spécialisé dans l’aéronautique à côté. Mais ils me disent qu’ils ont des problèmes de qualification, dans beaucoup de secteurs : ingénierie, chaudronnerie… Il y a un problème entre l’offre et la demande de formation, de qualification, d’adaptation. Et c’est ce lien entre ce qu’attendent les entreprises et ce qu’offre le système de formation qu’il faut retisser. On a plusieurs dizaines de milliers de décrocheurs qui s’inscrivent à Pôle emploi, des gamins qui sortent du système scolaire à 16 ans sans qualification et sans diplôme. C’est cela qui nourrit les statistiques du chômage. Mais vous ne pourrez pas leur proposer un travail puisqu’ils ne pourront pas répondre à la demande. La loi Travail répond à cela.

 L.D.P. Vous dites que les choses vont mieux. Concrètement, qu’est-ce qui va mieux ?
Il y a des signes positifs : la croissance, l’investissement des entreprises, la consommation des ménages repartent et le chômage commence à baisser… Mais je ne dirais pas que la situation des Français qui sont en difficulté s’est améliorée. Je reconnais que le monde dans lequel nous vivons est difficile, angoissant, pour votre génération notamment. Avec les attentats terroristes, la crise migratoire qui est la conséquence de guerres terribles, il y a de la peur. Et nous, Français, nous vivons une forme de dépression nationale ou plutôt d’absence de confiance en nous qui accentue ces craintes. Il y a parfois trop de pessimisme dans notre société. Un sentiment de déclin, d’une France qui perd sa place dans le monde. Mais je suis patriote, et je n’y crois pas du tout : notre beau pays a de magnifiques atouts.

HOLLANDE, LA PRIMAIRE… ET MACRON

SOFIANE CHÉRIFI. Pensez-vous qu’il serait décent pour Hollande de se représenter en 2017 ?
 Ce n’est pas une question de décence mais de responsabilité. Il y a depuis 1965 et l’élection au suffrage universel direct un lien particulier entre le président de la République et les Français. Si François Hollande pense qu’il peut encore apporter quelque chose au pays, à condition d’avoir un projet, il prendra cette décision. Ce sera alors aux Français de juger.
« Le Parisien, c’est mon journal, je le lis tous les matins », a confié Manuel Valls. (LP/Matthieu de Martignac)

 S.C. Et vous-même, pourriez-vous vous présenter l’année prochaine à la présidentielle ?
Moi, je suis Premier ministre, marqué par les événements de l’année 2015. Ma mission, c’est d’aller jusqu’au bout. J’ai déjà dit que si François Hollande était candidat — je l’incite à l’être — je le soutiendrai. Par loyauté, car je ne conçois pas mon travail autrement. On n’est pas candidat comme ça, au détour d’une question ou en se réveillant le matin.

VIRGINIE KOWALCZUK. C’est par loyauté ou par conviction ?
 Les deux ! Je suis loyal parce que je pense que le Premier ministre doit être loyal vis-à-vis du président de la République. Il y a suffisamment de narcissisme et de jeu personnel dans la vie politique pour que je ne rentre pas là-dedans. Vous vous rendez compte si, dans la période troublée que nous traversons, le Premier ministre était uniquement obsédé par un autre agenda ? Cela mettrait en cause le fonctionnement de nos institutions. De plus, en plein conflit social, au moment où je dois incarner l’autorité du gouvernement, si je me dispersais sur d’autres sujets, je ne serais pas à la hauteur de ma mission. Car il y a quelque chose qui m’obsède, c’est garder le sens de l’intérêt général et le sens de l’Etat, même si les Français peuvent avoir une opinion négative sur l’action du gouvernement. Je n’oublie pas non plus que c’est François Hollande qui m’a nommé. Il y a une relation personnelle, c’est aussi cela la loyauté. Cela ne veut pas dire que nous avons la même personnalité. J’ai mes propres idées : je suis pour un service civique obligatoire, je pense qu’il faut faire encore plus dans l’enseignement supérieur et dans la recherche, soutenir davantage nos entreprises, aller plus loin dans la lutte contre les discriminations.

 LAURENCE GAILLARD. Etes-vous favorable à une primaire au PS ?
A partir du moment où je considère que le président sortant doit se représenter, je n’y suis pas favorable.

LUCIE DE PERTHUIS. Vous êtes loyal à l’égard de François Hollande. Est-ce qu’Emmanuel Macron l’est aussi ?
Emmanuel Macron, je le connais… Il est bien évidemment loyal à l’égard du président. Je vais essayer de ne pas faire de la langue de bois : il a un talent réel. Beaucoup voient en lui une forme de régénérescence de la vie publique. Mais quand on est ministre, il faut être uniquement à cette tâche. Une équipe gouvernementale doit être cohérente et soudée. Dans une équipe de football, un sport que j’adore, il faut des talents, de très bons joueurs à tous les postes. Mais il y a un collectif, un capitaine, une stratégie. On ne prend d’ailleurs pas toujours les meilleurs à tous les postes. Regardez ce que fait Didier Deschamps (NDLR  :  l’entraîneur de l’équipe de France). Il prend ceux qui seront les meilleurs collectivement. La loyauté, c’est la cohérence et la cohésion d’une équipe. C’est comme cela que je conçois ma tâche.

Et le fait que Macron lance le porte-à-porte de son mouvement En marche ! ?
C’est bien de faire du porte-à-porte. Que tout le monde fasse du porte-à porte… mais dans les heures où on n’est pas ministre !

 EMMANUELLE EVRARD. Pourquoi n’êtes-vous pas capable de lutter contre les partis extrémistes ? Ce n’est pas ma retraite qui m’angoisse, c’est le FN…
Voir monter les partis populistes et racistes, c’est très inquiétant. Il faut que l’on se reprenne. Il faut un projet européen, car le FN se nourrit du rejet de l’Europe. Et chez nous, il faut des résultats sur le plan économique. Mais ça ne suffit pas. Il faut aussi défendre une certaine idée de la France. Nous avons trop laissé à l’extrême droite l’idée de nation, qui est une vieille idée de gauche. La République, la laïcité, c’est à nous de les défendre. Le sectarisme m’effraie. Je ne suis pas sectaire. J’écoute les gens. On apprend toujours de l’autre. Le spectacle que donne l’Assemblée nationale à l’occasion des questions au gouvernement est une machine à alimenter le rejet politique. Si seulement  sur quelques grands sujets, sans confondre la gauche et la droite, nous étions capables de nous élever un petit peu ! Sinon, le risque, c’est que l’année prochaine, le FN soit au second tour.
(LP/Matthieu de Martignac)

RÉNOVATION DE LA VIE POLITIQUE

LAURENT VIEGNES. Montaigne disait déjà qu’il y a autant de loi dans le reste du monde qu’en France. Quel est votre sentiment sur cette inflation législative ?
Un maquis de textes a rendu l’action illisible. Le temps de fabrication de la loi est aussi beaucoup trop long. Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, confronté à des mouvements sociaux, a dû prendre des mesures extrêmement difficiles. Il a fait passer — et ce n’est pas un 49-3 ! — des milliers de pages de réformes. Il les a fait passer en quelques heures. En France, nous débattons des textes pendant des mois… L’une des grandes réformes institutionnelles à mener, c’est la réduction du temps parlementaire, pour gagner en efficacité.

ARTHUR MANET. Vous avez parlé d’apartheid. Mais qu’avez-vous fait pour lutter contre cela ?
Apartheid social, territorial et ethnique, oui. J’ai une certaine idée de la France, qui est celle de la République. Aujourd’hui, les plus pauvres, souvent d’origine immigrée, sont dans les mêmes quartiers. Et ça arrange tout le monde ! Alors que faisons-nous ? C’est tout l’engagement de la politique de la ville, qui a été heureusement mise en oeuvre depuis trente ans, droite et gauche, et que nous avons confortée. On peut rénover les quartiers, les espaces publics, les écoles… Mais le plus difficile, c’est de s’occuper des gens, parce que personne n’a envie d’aller habiter avec des gens plus pauvres. Dans la loi Egalité et Citoyenneté qui sera bientôt soumise à la discussion, nous continuerons à renforcer les dispositifs qui imposent aux communes réfractaires d’accueillir davantage d’habitats sociaux. L’autre facteur essentiel, c’est la lutte contre les discriminations : la couleur de peau, le quartier d’origine, le sexe… S’il y a quelque chose que je regrette, c’est qu’on ne mette pas davantage le paquet dans cette lutte, qui est aussi une lutte contre le racisme. Mais cette nouvelle loi, là encore, nous aidera à être beaucoup plus efficaces.

LES MANIFESTATIONS, LA VIOLENCE

 LUCIE DE PERTHUIS. J’ai été  témoin de violences  policières lors des manifestations.  Comptez-vous prendre des mesures pour les réduire ?
MANUEL VALLS. Il peut toujours y avoir des dérapages, mais je récuse cette expression de violences policières, car aucun policier ou gendarme ne veut par principe se payer un manifestant . Lors d’une manifestation, les policiers et les gendarmes sont confrontés à des manifestants pacifiques, mais aussi à des casseurs qui eux veulent « se payer » du policier. La police et la gendarmerie sont très contrôlées. D’abord par les citoyens : grâce aux téléphones portables, on filme tout ce qui se passe. Si l’on constatait le moindre dérapage ou non-respect des procédures, des sanctions seraient prises. Et puis il y a la justice. Nos forces de l’ordre sont confrontées à la menace terroriste, au contrôle des flux migratoires, et elles vont devoir assumer leurs responsabilités pendant l’Euro de football ou à l’occasion du Tour de France. Malgré tous les moyens que nous leur avons donnés et les postes créés depuis 2012, elles sont sous tension. Et nous sommes très prudents. On nous dit même parfois : « Vous leur donnez des consignes d’apaisement ou de ne pas poursuivre les casseurs. » Non, jamais. Mais nous leur donnons des consignes de prudence. Car dans ces manifestations, il y a des jeunes, notamment des lycéens. J’ai manifesté moi aussi quand j’étais lycéen. C’était contre quoi ? Ma première manifestation, ça devait être en 1978, contre une réforme concernant le régime des profs de gym. Je ne l’avais pas dit à mes parents. Mais le lendemain, ils l’ont appris parce que j’étais en une du « Matin de Paris » lors d’un sit-in avec les lycéens ! Mais c’était à une époque où les manifestations étaient sans doute mieux encadrées par les organisations syndicales.

VIRGINIE KOWALCZUK. Je suis  choquée par toute cette violence  et l’image qu’une France en quasi- état de guerre civile renvoie  à l’étranger. Comment expliquer  que trois des quatre personnes  interpellées après l’incendie  de la voiture de police aient  été remises en liberté ?
La justice a pris une décision. Une personne est incarcérée, les trois autres ont été libérées sous contrôle judiciaire. Le parquet a fait appel. Ma fonction m’interdit de commenter une décision de justice mais, de manière générale, je considère que la place de quelqu’un qui a voulu tuer un policier est en prison.



Contacté hier soir dans la foulée du « Face aux lecteurs », le Premier ministre a réagi à l’ouverture d’une double enquête après la manifestation parisienne de jeudi, au cours de laquelle un homme de 28 ans a été grièvement blessé (lire page 5). « A ce stade, nous n’avons pas tous les éléments. Mais l’inspection générale de la police nationale a été saisie par la justice et par le ministre de l’Intérieur, confirme Manuel Valls. J’ai pleine confiance en la justice et en Bernard Cazeneuve pour faire toute la lumière sur l’enchaînement précis des faits. Nous pensons bien sûr à ce jeune homme et à sa famille qui sont dans l’épreuve. » 

LA SÉCURITÉ DE L’EURO DE FOOTBALL

DANIEL-YVES LACROIX. Dans  quinze  jours,  les premiers matchs de  l’Euro démarreront. Au regard  des  incidents qui se sont  produits à  l’issue de  la finale de  la Coupe de France de football  qui a eu  lieu  il y a quelques  jours  au Stade de France, avez-vous  renforcé  les mesures de sécurité ?
Cela nous a préoccupés. La responsabilité n’incombe pas à l’Etat mais à la Fédération française de football et aux deux clubs. Il y a eu un défaut de contrôle pour les supporteurs. Pour l’Euro, la méthode et l’organisation prévues n’auront rien à voir. Mais le ministre de l’Intérieur a appelé tout le monde à ses obligations. On ne peut pas imaginer un seul instant qu’à l’occasion de l’Euro de foot et, de façon plus générale, dans un stade, notamment le Stade de France qui a été visé le 13 novembre par les terroristes, il y ait un tel défaut de sécurité.

Les fan-zones seront  maintenues ?
D’abord, la compétition est maintenue. J’insiste sur ce point car après les attentats, certains ont appelé à l’annulation de la COP21. Ce serait reculer face au terrorisme. L’Euro comme le Tour de France seront maintenus. Ce sont 90 000 personnes, dont plus de 77 000 policiers, gendarmes et pompiers et 12 000 agents privés, qui assureront la sécurité des stades et les zones concernées. Mercredi prochain, avec le ministre de l’Intérieur et le ministre des Sports, nous allons faire un point précis avec les responsables des différents groupes parlementaires sur les fanzones qui seront sécurisées comme les stades. Il est évident que si nous avions connaissance d’une menace précise, nous n’hésiterions pas à remettre en cause l’ouverture de telle ou telle zone. Il y a notamment cel le du Champ-de-Mars qui va accueillir des milliers de personnes, avec des concerts, comme celui de The Cure, qui vont drainer beaucoup de monde. Les maires des grandes villes, tout le monde veut que cela soit une belle fête populaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

BRUXELLES :Un livre nazi retiré d’une exposition sur l’islam subventionnée par l’Union européenne.......

La journaliste Marie-Cécile Royen du Vif/l’Express (Bruxelles) a rapporté qu’un livre écrit par une Allemande adepte du nazisme a été p...