lundi 6 août 2018

Les origines juives cachées de Bruce Lee ©


Artiste martial mixte : En Découvrant les origines juives cachées de Bruce Lee..

Dans un nouveau livre de l’érudit Matthew Polly, la recherche démontre que la star du film d’action d’origine américaine était un polyglotte d’origines ethniques diverses.

La légende des arts martiaux Bruce Lee avait-il du sang juif?
Bien qu’il soit mort il y a 45 ans à l’âge de 32 ans, Lee reste parmi les plus grands maîtres d’arts martiaux du monde. Ses coups de poing, ses coups de pied et ses prouesses au combat sont immédiatement reconnaissables dans ses films à succès tels que “Opération Dragon”.
Pourtant, un aspect de son arbre généalogique reste obscur : des preuves indiquent qu’il avait un arrière-grand-père juif : Mozes Hartog Bosman.
La lignée juive de Lee fait partie des révélations d’un nouveau livre intitulé “Bruce Lee : Une Vie”, de l’auteur Matthew Polly. Artiste martial lui-même, Polly cherche à dépasser les nombreux mythes entourant Lee et à présenter un portrait plus nuancé du célèbre combattant et star de cinéma.
“Bruce, pour moi, est une personne diverse et intéressante à laquelle on ne pense généralement pas sous cet aspect”, a déclaré Polly. “Même ceux qui connaissent son histoire le considèrent comme chinois. C’était un polyglotte d’origines ethniques différentes. Qu’il puisse avoir été en partie juif indique la diversité de l’individu qu’il était. “
Lee a rapproché l’Est et l’Ouest, en créant un style de combat hybride appelé Jeet Kune Do (La voie du poing intercepteur) et en transformant les arts martiaux asiatiques d’un intérêt à petite échelle aux États-Unis en une vague nationale et mondiale.
Matthew Polly, artiste martial, érudit et auteur du nouveau livre «Bruce Lee : Une Vie». (Courtoisie)
Depuis la sortie des films de Lee, il y a eu plus de 20 millions d’étudiants en arts martiaux en Occident.
L’un d’eux est Polly, qui cite Lee comme une source inspiration. Il s’est formé dans diverses disciplines à travers le monde, étudiant avec les célèbres moines Shaolin en Chine pour apprendre les arts martiaux mixtes plus contemporains (MMA).
Polly décrit ces expériences dans ses deux premiers livres. Son troisième et plus récent travail combine cependant le journalisme et l’érudition.
En plus d’interviewer des membres survivants de la famille de Lee, y compris sa veuve, Linda, et leur fille Shannon (le fils du couple, Brandon, une étoile à part entière, est mort tragiquement lors du tournage du film “The Crow” [Le Corbeau] en 1993). Polly mène aussi une recherche qui contredit les versions établies de la vie de Lee.

Racines enterrées

Dans les notes de bas de page du livre, Polly fait référence à des “affirmations incorrectes” qui ont conduit à supposer que l’arrière-grand-père maternel de Lee était catholique allemand. Polly a trouvé des preuves que cet arrière-grand-père, Mozes Hartog Bosman, était issu d’une famille juive néerlandaise d’origine allemande.
Bosman est né à Rotterdam en 1839 de parents encore adolescents Hartog Mozes Bosman et Anna de Vries. Son père était un boucher juif casher.
“[Mozes] n’a pas voulu reprendre les affaires de son père”, a déclaré Polly. Lorsqu’il était adolescent, Bosman a rejoint la Dutch East Asia Company (compagnie hollandaise de l’Est asiatique) et “a sauté sur un bateau vers l’autre bout du monde pour se retrouver à Hong Kong”.
“Cétait l’un de ces garçons qui cherchaient l’aventure”, a déclaré Polly. “Il aurait très facilement pu trouver la mort à n’importe quel moment du voyage.”
L’arrière-grand-père juif néerlandais de Bruce Lee, Mozes Hartog Bosman, vers 1880. (Avec l’autorisation de Matthew Polly)
Au lieu de cela, en 1866, il est devenu le consul néerlandais de Hong Kong, où il laissa un héritage compliqué. Il acheta une concubine chinoise appelée Sze Tai et eut six enfants avec elle ; tous ont grandi pour devenir “extrêmement riches, les plus riches de Hong Kong”, a déclaré Polly.
L’un de leurs fils, Ho Kom-tong, avait une femme, 13 concubines et une maîtresse britannique. Avec sa maîtresse, il a eu son 30e enfant – une fille, Grace Ho, qui est devenue la mère de Bruce Lee.
À cette époque, Bosman était parti. Il a participé à ce qu’on appelait le commerce des coolies, dans lequel lui-même et d’autres négociants de Hong Kong ont signé des contrats d’exploitation avec des ouvriers chinois pour qu’ils travaillent dans les chemins de fer américains, a déclaré Polly.
Mais Bosman a fait faillite et a abandonné sa famille pour la Californie, en devenant Charles Henri Maurice Bosman. “Il ne reverra plus jamais ses fils”, selon Polly.
Bosman a fondé une famille séparée après avoir épousé la fille d’un riche homme d’affaires impliqué dans le commerce avec la Chine. Ils ont déménagé en Angleterre, où il a été enterré dans un cimetière chrétien.
“Il s’est peut-être converti plus tard au cours de sa vie”, spécule Polly.
Polly pense que l’histoire du juif hollandais “aurait pu faire un bon film”, mais il ya un autre rebondissement – certains doutent que le grand-père de Bruce Lee, Ho Kom-tong, était en réalité le fils biologique de Bosman.
Parmi les six enfants chinois de Bosman, Polly a déclaré: «Tous avaient l’air différent», alors que Ho Kom-tong était «le plus chinois de tous ses fils».
“Il y a des rumeurs selon lesquelles la concubine aurait peut-être eu une liaison avec un Chinois à côté – que Mozes était le père officiel mais pas le père biologique”, a déclaré Polly. “Si c’est vrai, il n’y a pas de lignage de sang juif.”
Mais Polly a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve qui soutienne cette affaire. “Les enfants eurasiens sont souvent différents de leurs frères et sœurs. Bruce avait l’air beaucoup plus chinois que ses frères Robert et Peter. “
Les frères et sœurs Peter, Agnes, Grace, Phoebe, Robert et Bruce Lee, vers 1956. (Avec l’autorisation de Matthew Lee)
Polly s’est également demandé “si une concubine chinoise dans les années 1860 à Hong Kong, mariée à un commerçant européen, oserait tricher.” Et, at-il noté, “Ho Kom-tong a officiellement annoncé à tout le monde que Mozes était son père sur sa carte d’identité.”
“Selon moi, Mozes Hartog Bosman était le père de Ho Kom-tong”, a déclaré Polly.
L’histoire de la généalogie juive de Bruce Lee a donné lieu à une vidéo réalisée par le producteur de documentaire éducatif BimBam.

“Je l’aime”, a déclaré Polly. “C’est vrai. Il trouve une ligne équilibrée, entre traiter le sujet avec légèreté tout en permettant cette histoire fascinante dont personne n’a jamais entendu parler – l’histoire de la vie de Mozes Hartog qui a mené à Bruce Lee, le plus grand artiste martial chinois de kung-fu de tous les temps. “

Une star est née

Lee lui-même est né à San Francisco en 1940 avant de retourner à Hong Kong et de vivre sous la domination japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Seulement un tiers de la population de Hong Kong a survécu à la guerre.
“Les atrocités commises par les Japonais contre les Chinois sont stupéfiantes”, a déclaré M. Polly, citant 50 millions de morts. “C’était encore plus misérable qu’on ne pourrait l’imaginer. Ses toutes premières expériences du monde ont consisté à savoir ce que c’était que de vivre en temps de guerre. “
Bruce Lee en 1946. (Domaine public)
Dans l’après-guerre à Hong Kong, Lee est devenu une jeune star de cinéma dans des films qui n’avaient rien à voir avec les arts martiaux. Il s’est aussi entraîné dans les anciens styles de combat, mais a connu une adolescence difficile. Pour changer de décor, il est allé vivre aux États-Unis à 18 ans.
Polly voit des parallèles entre les expériences des nouveaux arrivants chinois et juifs aux États-Unis – y compris la discrimination subie par Lee et les autres immigrants chinois.
“Ce n’est pas unique aux Chinois”, a déclaré Polly. “Les immigrants juifs, italiens et irlandais ont d’abord été accueillis comme une main-d’œuvre bon marché avant qu’un éventuel racisme et la discrimination [ne s’élèvent] contre eux”.
Mais, a-t-il dit, «l’histoire chinoise n’est pas autant racontée que d’autres. Ils ont été le premier groupe d’immigrants à voir adopter une loi les excluant tous, la loi sur l’exclusion chinoise, basée sur le pays d’origine, “adoptée en 1882 et seulement abrogée pendant la Seconde Guerre mondiale.
“Il y a eu des émeutes [anti-chinoises], des pogroms”, déclare Polly. “Ils les chassaient des villes, entassés dans des quartiers chinois – pour ainsi dire, des ghettos. C’était la seule partie à San Francisco où ils étaient autorisés à posséder des biens pour s’assurer qu’ils ne vivraient nulle part ailleurs. Il y avait beaucoup de discrimination semblable à celle des Juifs en Europe et aussi en Amérique. “
Bruce Lee avec son fils blond aux yeux gris Brandon, vers 1966. (Domaine public)
Il y avait aussi des cas d’acceptation. Lorsque Lee a commencé à enseigner les arts martiaux aux États-Unis, son premier étudiant, Jesse Glover, était afro-américain.
“A l’époque, la communauté chinoise et la communauté afro-américaine étaient en désaccord”, a déclaré Polly. “Bruce ne se souciait pas de la race et de l’ethnicité tant que vous étiez sincère. Son premier cours était le groupe d’étudiants le plus diversifié de l’histoire du kung-fu. “
Lee a également été accepté quand il a épousé sa chérie Linda Emery, dont les origines incluent des racines suédoises et allemandes. Selon le livre, Lee a “fièrement raconté à tout le monde” les diverses caractéristiques de son fils nouveau-né, Brandon, le décrivant peut-être comme le seul Chinois aux cheveux blonds et aux yeux gris.

Briser le plafond (de verre) en celluloïd

L’un des endroits où Lee a lutté pour l’inclusion était Hollywood, même après son succès initial en tant que maître d’arts martiaux, Kato, dans l’émission “The Green Hornet” (le Frelon Vert).
“Personne n’avait jamais vu un maître d’arts martiaux asiatiques dans une émission de télévision occidentale”, a déclaré Polly.
Après le dernier épisode, Lee “s’est consacré à devenir une star du cinéma d’arts martiaux, jouant un rôle héroïque encore et encore”, a déclaré Polly. “Hollywood ne pensait pas que le public l’accepterait”.
Finalement, Lee est retourné à Hong Kong, où il a interprété un maître d’arts martiaux dans les films “The Big Boss”, “Fist of Fury” (La Fureur de Vaincre) et “Way of the Dragon” (la Fureur du Dragon).

Ils sont devenus “les plus fortes sensations de l’Asie du Sud-Est au box-office”, a déclaré Polly.
Cela a conduit à “Opération Dragon”, une coproduction établissant un précédent entre Hong Kong et Hollywood. C’était le premier film de kung-fu de langue anglaise au monde. Produit avec un budget de 1 million de dollars, le film a rapporté 90 millions de dollars au box-office.
“J’étais stupéfait que quiconque puisse se battre comme ça”, a déclaré Polly. “Il semblait surhumain.”
Pourtant, lors de la sortie du film le 26 juillet 1973, la tragédie allait se produire. Lee est mort six jours plus tôt dans ce que Polly décrit comme des circonstances mystérieuses.
“En écrivant le livre, je savais que je devais dire quelque chose à ce sujet”, a déclaré Polly. Dans son livre, il présente “une nouvelle théorie de sa mort – il est mort du coup de chaleur”.
Lee a été enterré dans le cimetière Lake View à Seattle, qui comportait deux sections: «une très petite section chinoise et une plus grande section pour les caucasiens», a déclaré Polly. “Ils ont demandé s’il voulait être enterré” avec son peuple. ” Il a choisi d’être enterré dans la section blanche du cimetière. “
À son enterrement, son ancien élève Jess Glover est resté près de sa tombe et a chassé les ouvriers qui la remplissaient en pelletant lui-même jusqu’à la dernière pelletée de terre.
Jesse Glover et Bruce Lee
“Imaginez un homme afro-américain qui remplit une tombe chinoise dans un cimetière blanc à Seattle”, a déclaré Polly. “C’est une expérience typiquement américaine.”
Adaptation : Marc Brzustowski avec l’Interview de Matthew Polly dans bloodyelbow.com






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mahmoud Abbas effondré, Dieudonné en pleurs ,La Nazisphère en deuil après la mort de Faurisson....

Tous les négationnistes sont aujourd’hui en larmes car Faurisson ,leur maitre à hair le juif est mort. Nous n’avons qu’un conseil à d...