vendredi 6 juillet 2018

Le journaliste saoudien Mishal Al-Sudairy reproche aux dirigeants palestiniens les nombreuses occasions manquées de faire la paix...


Dans une interview télévisée du 13 juin 2018, le journaliste saoudien Mishal Al-Sudairy a retracé l’histoire du conflit israélo-palestinien, depuis le mufti Hadj Amin Al-Husseini, qui s’est allié allié avec Hitler durant la Seconde Guerre mondiale, en passant par son successeur Ahmad Al-Shukeiri, qui « a vécu toute sa vie dans des hôtels cinq étoiles et a combattu à travers des microphones », jusqu’à Yasser Arafat qui, contrairement à l’Egypte et à la Jordanie, a rejeté les négociations avec Israël. « La montagne est devenue la taupinière des Accords d’Oslo – un monstre arrivé une fois qu’il était trop tard, et que la Cisjordanie s’était remplie de colonies, alors qu’il [Arafat] avait eu l’occasion – lors des négociations de Mena House [1977] – de récupérer la Cisjordanie sans une seule colonie », a-t-il déclaré, concluant : « Ces personnes ont manqué [plusieurs] occasions. »
Al-Sudairy, qui s’exprimait sur la chaîne télévisée saoudienne MBC, a également évoqué les actes de barbarie commis par le Hamas contre les membres du Fatah à Gaza, demandant : « Comment le monde peut-il avoir un quelconque respect envers la cause [palestinienne] ? » Al-Sudairy est éditorialiste pour le quotidien Asharq Al-Awsat, où il a exprimé des opinions similaires dans un article de mai 2017, Un journaliste saoudien aux dirigeants palestiniens : Vous avez manqué plusieurs fois l’occasion de résoudre le conflit avec Israël ; l’heure de la paix avec Israël est venueExtraits : 
Mishal Al-Sudairy : [La Palestine] n’a pas eu la chance de bénéficier de dirigeants qui assument la responsabilité de la cause. Cela a commencé dans les années 1930, avec [Hadj Amin] Al-Husseini… La Grande-Bretagne avait plus ou moins accepté de donner aux Palestiniens 60 % de la Palestine. Ceci est bien établi. La meilleure preuve en est que les Anglais ont imposé des restrictions sur l’immigration juive [en Palestine]. Quelques années plus tard, la Seconde Guerre mondiale a éclaté. Notre frère dans l’islam [Al-Husseini] a tout gâché, lorsqu’il a plié bagages et s’est rendu à Berlin pour rencontrer Hitler. Il est resté à Berlin plusieurs années durant la guerre, et il prononçait des discours sur radio Berlin. Il attaquait les Alliés, suscitant ainsi la colère de tous : les Etats-Unis, l’Union soviétique et la Grande-Bretagne. Quelques années plus tard, en 1945, au terme de la Seconde Guerre mondiale, l’idée d’un partage de la Palestine a été proposée. C’était en 1947, deux ans seulement après la guerre. Les Palestiniens devaient recevoir 49 % et les Israéliens 51 %. Al-Husseini a également rejeté cela, et a incité les dirigeants et les armées arabes à déclencher la guerre. La guerre est devenue la Naqba de la Palestine. Lorsque notre frère dans l’islam, Al-Husseini, a quitté la scène, il a été remplacé par [Ahmad] Al-Shukeiri, célèbre pour avoir dit qu’il combattait dans les tranchées, et non dans les hôtels. Mais Al-Shukeiri n’a jamais combattu ou même mis le pied dans une tranchée. Il a vécu toute sa vie dans des hôtels cinq étoiles et a combattu à travers des microphones. […]
Arafat, qu’il repose en paix, était encore pire. Que tous reposent en paix… Après la guerre de 1973, il y a eu une tentative pour récupérer les terres occupées par Israël. En ce temps-là, il n’y avait pas une seule colonie [juive] en Cisjordanie. Un siège [à la table des négociations] a été préparé pour la Jordanie, un siège pour la Syrie, un siège pour la Palestine, un siège pour l’Egypte et un siège pour Israël, afin qu’ils puissent parvenir à un accord. La Jordanie et l’Egypte se sont manifestées, mais pas la Syrie et la Palestine.
Après quelque temps, l’Egypte a repris le Sinaï, et la Jordanie a récupéré sa terre par le traité de Wadi Araba. Mais Arafat, au lieu d’essayer de regagner les terres [palestiniennes], s’est rendu au Liban et y a participé à la guerre civile. Elle a pris fin avec Israël occupant, pour la première fois, une [capitale] arabe : Beyrouth. Ils ont fait monter Arafat et son groupe sur un bateau et les ont expédiés en Tunisie. […]
Pire encore, des années plus tard, la montagne est devenue la taupinière des Accords d’Oslo – un monstre arrivé une fois qu’il était trop tard, et que la Cisjordanie s’était remplie de colonies, alors qu’il [Arafat] avait eu l’occasion – aux négociations de Mena House [1977] – de récupérer la Cisjordanie sans une seule colonie. Ainsi, ces personnes ont manqué [plusieurs] occasions. Comment le monde peut-il avoir un quelconque respect envers la cause [palestinienne], si [l’Autorité palestinienne] en Cisjordanie et [le Hamas] à Gaza ne se parlent pas depuis une décennie, et refusent de s’unir ? Comment cette cause, qui est une cause juste selon mon opinion, peut-elle être perdue de la sorte ? Le Hamas, les disciples de Qaradawi et des Frères musulmans, ont attrapé des membres du Fatah – et ceci est arrivé pour la première fois dans l’histoire – et les ont jetés du sommet des toits de hauts immeubles vers l’asphalte, et c’était la méthode de mise à mort la plus clémente qu’ils ont employée. Comment pouvez-vous respecter de telles personnes ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

20 astuces naturelles pour réutiliser mes déchets...

Coquille d'oeuf, écorce de citron, épluchures de pomme de terre...Ne jetez pas ces éléments organiques car ils possèdent bien des v...