mardi 12 juin 2018

Lettre ouverte à monsieur Serge Moati...Par Yehuda Djaoui !


A l’occasion de la naissance de votre nouveau documentaire : Il était une fois Israel, permettez-moi de m’adresser à vous, fraternellement. Par Yehouda Djaoui

Monsieur Moati, comme vous, je suis né à Tunis, j’ai été au Lycée Carnot puis je suis venu en France où j’ai reçu un enseignement républicain. Bien que reconnaissant à la France qui a formé notre personnalité, nous sommes aussi, tous les deux imprégnés de notre identité juive, celle d’un juif sépharade ouvert et attentif à l’autre.
Cependant, alors que vous continuez à vivre en exil, j’ai décidé, il y a trois décennies de venir vivre en Israel, car j’ai voulu que mes enfants et petits-enfants retrouvent leur pays d’origine, le pays de nos ancêtres et celui de notre avenir.
Pour vous, la laïcité demeure l’idéal, celui d’un homme attaché au siècle des Lumières. L’idée qu’un dieu s’insinuerait dans les affaires des hommes vous est intolérable, bien que vous vous disiez croyant et attaché à Israël.
En venant en Israël, j’ai eu le bonheur d’étudier les textes hébraïques avec des sages de la Thora qui m’ont appris l’universalité du judaïsme bien au-delà de la spécificité de son message. Pour moi, l’étude de la Thora n’est pas une aliénation à la seule pratique religieuse, mais au contraire, une libération des carcans de la matérialité de l’homme. Je ne confonds pas les signes extérieurs de religiosité et le comportement morale que la Thora exige de l’homme. Je ne confonds pas, non plus, l’habitus avec le message qui transcende l’homme.
Au lieu de puiser dans les ténèbres de la seule raison humaine, je me suis engagé dans le chemin qui mène à la source de l’âme humaine.

Étudiez avec un guide éclairé

Monsieur Moati, je vous engage à étudier avec un guide éclairé, nos sources hébraïques et vous y découvrirez les sentiers qui vous sortiront du labyrinthe de la culture grecque mortifère.
Alors que les religions chrétiennes et islamiques ont débuté avec un fondateur unique, un homme sans doute éclairé, le judaïsme, lui commence par le Créateur de l’homme dans sa plénitude, par Adam et Eve ces êtres primordiaux détenteurs des potentialités de toute l’humanité.
Souvenez-vous, vous comme moi, nous étions réduits à l’esclavage en Egypte, Mitzraim en hébreu ce qui veut dire l’étroitesse. Nous sommes sortis de cette aliénation physique et après des pérégrinations dans le désert, vous comme moi, nous avons reçu la Thora. Cette lumière n’a pas été donnée à un unique privilégié, mais a tout le peuple qui a entendu et vu ces Paroles.
La Thora du Sinaï constitue dès lors la patrie spirituelle de tout juif comme le dit si bien Abraham Livni.  Cette Thora du Sinaï n’est pas une fin mais un moyen d’arriver à la Thora de Sion ; ce qui nécessite la conquête de cette Terre Promise. La finalité de la sortie d’Egypte n’est pas de vivre à titre individuel la Thora dans le désert mais de la vivre ensemble à Sion.
   La Thora du Sinaï n’est qu’a l’état de semence, elle a besoin de germer et de se développer sur la terre d’Israel. La Thora du Sinaï descend du ciel vers la terre, la Thora de Sion est la même Thora lorsqu’elle remonte de la terre vers le ciel.[1]

Monsieur Moati, ne tombez pas dans le piège des Palestiniens

Cher Monsieur Moati, relisez l’épisode des Explorateurs, ces hommes considérables parmi les fils d’Israël qui ont dédaigné le pays de la Promesse et qui ont eu peur d’affronter les difficultés de sa conquête.
Nos textes ne nous pas cachent l’apparition de nombreux ennemis qui sont sur notre chemin, pour retarder notre retour et en s’attaquant lâchement aux traînards.
Monsieur Moati, libre à vous d’être en retard avec l’histoire de votre Peuple, de votre terre et de la Thora de Sion mais, de grâce, ne réduisez pas ce retour à sa dimension politique politicienne, Au lieu d’être amputé de votre droite, retrouvez l’entièreté de votre corps et libérez votre esprit.
Ne tombez pas dans le piège des Palestiniens, ce peuple inventé pour gêner notre retour. Il n‘y a jamais eu de peuple palestinien, jamais de culture palestinienne, jamais de capitale palestinienne. La Palestine était uniquement une province négligée de l’empire ottoman et Jerusalem n’est jamais cité dans le Coran. Souvenez-vous, aussi du jugement du roi Salomon. N’est-ce pas la fausse mère qui préférait voir l’enfant coupé en deux plutôt que le voir revenir à sa véritable mère ?
Monsieur Moati, ne vous trompez pas, nous sommes en guerre avec des ennemis qui préfèrent la mort a la vie. Relisez les écrits de Mahomet et vous verrez que pour l’Islam la paix ne peut se faire qu’après la reddition totale de leurs ennemis ! Transmettez ce message à l’Europe sur la voie de son islamisation.
Monsieur Moati, revoyez votre jugement a la lumière de la réalité sur le terrain et non pas a l’aune de votre humanisme tolérant mais aventureux.
Monsieur Moati, bravo pour votre cri du cœur et votre amour d’Israel mais, hélas l’enfer est pavé de bonnes intentions.
[1] Abraham LIVNI Le retour d’Israel et l’esperance du monde. Editions du Rocher.
Par Yehuda Djaoui

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Turquie : crise de doutes pour Erdogan.....

Le chef de l’Etat, homme fort du pays depuis quinze ans, se voit pour la première fois menacé lors des élections générales anticipées q...