dimanche 6 mai 2018

Nidal Naïssa : Pourquoi je hais Allah akbar, le dieu des musulmans ?


Nidal Naïssa est un journaliste syrien libéral. Il s’est surtout libéré de l’islam qu’il qualifie de « disgrâce » et de source de misère pour ses adeptes comme pour les pays qui se disent musulmans. Depuis plusieurs années, il exprime sa révolte dans les médias audio-visuels, y compris sur la chaîne qatarie « Aljazeera ». Il publie régulièrement sur son blog personnel des articles poignants pour dénoncer les conséquences désastreuses dans les pays qui sont envahis par l’islam ou soumis à des législations islamiques. Dans l’un de ses derniers articles publié le 5 avril 2018 sur le site ahewar.org, il énumère les raisons qui l’incitent à haïr le dieu Allah akbar (Allah est le plus grand), qu’adorent les musulmans et qu’il a lui-même adoré par le fait de sa naissance dans un milieu islamisé. Il nous montre bien que nul ne peut comprendre l’islam et son impact calamiteux sur l’être humain sans avoir vécu au sein de cette croyance et être imprégné de ses enseignements.


De quelle race de dieux es-tu ? Toi qu’on appelle Allah akbar, « le plus grand », dieu du coran des musulmans ! Tu n’es qu’un meurtrier, un criminel sadique, un obsédé par la mort et la destruction !

L’auteur du Coran avoue et se vante avec insolence, sans honte ni respect des sentiments humains, que ce dieu est celui qui tue les gens. Il s’affiche comme seul responsable de la vie et de la mort. C’est lui qui fixe à l’avance les âges des personnes et décide la durée de leur vie. C’est lui qui aime et qui hait qui il veut, qui guide et qui égare qui il veut, selon une humeur pathologique injustifiée qui incarne des intentions perverses.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Ce dieu des musulmans avoue publiquement qu’il dispose d’un agent particulier chargé de faire périr les gens. Son nom est « Izrâ’îl », le roi ou l’ange de la mort. Sa mission consiste à extirper la vie aux êtres humains, à les faire souffrir, à les priver de leurs proches les plus chers.
Ce dieu, une crapule criminelle, décide de leur mort, les expose à la maladie, à la souffrance, aux douleurs, à des misères diverses, telles la paralysie, l’aveuglement et l’impuissance. Il gronde et menace, par le biais de ses messagers, qu’il va torturer les mortels, les brûler et les transformer en carburant pour alimenter le grand centre de torture qu’il a institué pour les humains, un lieu dit la géhenne ou l’enfer.
En tant que criminel d’une grande bassesse, il manifeste son amorphisme à l’égard des sentiments humains. Rien ne l’intéresse que de satisfaire sa gloriole, son narcissisme, son orgueil et sa capacité d’opprimer ses adorateurs par la mort, comme le prétendent, en son nom, ses adeptes les criminels. C’est ce qu’on appelle vilenie, haine et criminalité.
Dans son prétendu livre sacré, il enjoint ses disciples et ceux qui croient en lui et en ses actes pervers de tuer celui qui hait ses actions et ne croit pas en ses crimes. Et le comble c’est que ses adeptes prétendent que l’auteur de ces actes est un grand créateur, qu’il est clément, miséricordieux et seigneur du monde. D’autant plus que c’est lui qui ordonne à ceux qui l’adorent et suivent son chemin de torturer les gens, « de les terroriser avec leurs mains pour guérir l’angoisse dans leurs cœurs » (Coran 7,43). Il les enjoint également à déshonorer ceux qui ne l’adorent pas, à prendre leurs femmes comme captives, à les réduire en esclaves, à procéder à l’effusion de leur sang, à confisquer leurs biens, à détruire leur vie.
Il leur dit : « Combattez ceux qui ne croient pas en moi, et tuez-les là où vous les retrouverez ! Capturez-les ! Assiégez-les ! Dressez-leur des embuscades » (Coran 9,5).
C’est Allah akbar, le dieu de l’islam, qui tue les jeunes enfants, les fait souffrir d’un cancer, d’une anémie, d’une leucémie. C’est lui qui les prive de leurs mères et leurs pères, les rend orphelins, les expose à la famine, à la pauvreté et à toutes les privations. Nul être humain, sain d’esprit, ne peut croire en un tel dieu, criminel, vilain, impitoyable, et sanctifier ses crimes, ses massacres et ses génocides. C’est lui, selon son coran, qui provoque les tremblements de terre, les foudres, les inondations, les épidémies. Satan n’agit pas ainsi et ne reconnaît aucun des crimes commis par ce prétendu dieu meurtrier.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Même l’adultère, le harcèlement sexuel, la prostitution et la décadence morale figurent largement dans la biographie du dieu des musulmans. Ces perversions ne sont pas loin de lui ni de ses pratiques. Il dispose dans son lieu de résidence d’un grand bordel, un hyper lupanar, réservé exclusivement à ses adeptes pour pouvoir pratiquer en permanence la fornication et toute perversion sexuelle avec des houris et même avec des éphèbes. Ce délit n’est-il pas considéré par la législation internationale comme une agression contre mineurs, un crime passible de poursuite devant la justice, car c’est une violation flagrante de l’enfance et de ses droits ?
C’est ce dieu de l’islam qui a poussé son prophète à épouser sa belle-fille Zaynab après l’avoir extraite de l’alcôve de son mari. « Lorsque Zayd eut cessé toute relation avec Zaynab, nous te la donnâmes comme épouse » (Coran 33,34). Tel acte n’est-il pas aussi un crime de proxénétisme indécent qu’aucun être rationnel ayant un grain de moralité ne pense à commettre ?
Ce même dieu de l’islam a également envoyé son esprit pour souffler dans le vagin de Marie (Coran 21,91) et lui causer une grossesse suspecte et confuse.
C’est lui aussi qui réclame (Coran 8,41) le cinquième du butin (vol, rançon, appropriation forcée des biens, occupation des propriétés des mécréants), que les soldats du califat, ces envahisseurs criminels (les dawa’ich de la Mecque et de Médine) pratiquaient autrefois. Nul ne sait pourquoi il a réclamé qu’on lui réserve le cinquième de tout butin de guerre et comment sa part est gérée. Il a exigé tout cela dans son livre, dit saint, comme il a imposé la jizya à ceux qui ne croient pas en lui.
Nous n’évoquons pas son soutien aux meurtriers, aux voyous, aux dirigeants des ténèbres, aux régimes politiques dissolues et dictatoriaux, aux bourreaux, notamment au Moyen-Orient, son lieu de travail et d’activité principale. En plus, il leur promet le paradis puisqu’ils règnent en son nom et défendent sa religion.

La biographie du dieu des musulmans est truffée d’une multitude de raisons qui incitent à le vomir, à le mépriser, à l’incriminer, à le rejeter.

Toutes ces violations des lois universelles, ces atteintes à la dignité humaine et ces crimes de guerre sont commis par celui qu’on appelle Allah akbar. Il faut qu’il soit traduit d’urgence devant la Cour Internationale de Justice et incarcéré rapidement, afin qu’il cesse d’inciter au meurtre, de faire mourir les êtres humains, de les maltraiter, de leur inoculer les maladies, de les affamer, de les opprimer et de les horrifier.
Il est temps de mettre un terme à l’action de ce prétendu dieu, ce meurtrier, ce criminel sadique, cet obsédé par la mort et la destruction.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Maurice Saliba pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La France est en guerre avec Israël. Par Guy Millière...

Peut-on le dire ? La France est en guerre contre Israël. La guerre qu’elle livre n’est pas une guerre militaire directe. L’Armée frança...