mercredi 2 mai 2018

L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai 1° . 2° partie et 3° partie !


  • L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai 1ere partie
    L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai
    la Hiloula de  Rabbi Chimone Bar Yo’haï z.t.l.
    Rabbi CHIMON fait partie de la seconde génération qui a vécu après la destruction du second Temple et qui fut une période de souffrance pour les bnés-Israel, brimés par les décrets de l’empire romain.
    Rabbi Chimon était un disciple de Rabbi AKIBA. Au cours d’une épidémie, 24.000 élèves de Rabbi AKIBA périrent. Rabbi AKIBA transmit alors à cinq de ses élèves et ce sont eux qui rétablirent la Thora :
    1. Rabbi YEHOUDA –
    2. Rabbi MEÏR –
    3. Rabbi CHIMON –
    4. Rabbi YOSSEI –
    5. Rabbi HANINA BEN HAKHINAÏ.
    Rabbi CHIMON fut le chef spirituel de groupe qu’on appelle dans le zohar dont les membres étaient : Rabbi CHIMON – Son fils Rabbi ELAZAR – Rabbi ABBA – Rabbi YEHOUDA – Rabbi YOSSI BAR YAKOV – Rabbi ITSHAK – Rabbi HIZKIA BAR YAKOV – Rabbi HIYA – Rabbi YOSSEÏ .
    Rabbi CHIMON a quitté ce monde le 18 IYAR, le 33° jour du OMER. Ce jour est pour tous les juifs un jour de HILLOULA ; de nombreux pèlerins viennent se recueillir sur sa tombe à MERONE. Rabbi CHIMON disait que l’étude du zohar active la venue du MACHIAH.
    1ere partie

    Yohaï le père de Rabbi Chimon était un membre important de la tribu de Yehouda. Son épouse, (la mère de Rabbi Chimon). Sarah, descendait de la prestigieuse lignée des princes du Peuple juif et, en particulier, de Hillel Hazaken (l’Ancien).
    Durant de nombreuses années, Sarah resta stérile et Yohaï finit par envisager de se séparer de Sarah et d’épouser une femme qui lui donnerait des enfants. Sarah jeûna, donna la Tsedaka et pria avec ferveur, en suppliant Hachem de lui permettre d’avoir un enfant.
    La nuit de Roch Hachana, Yohaï fit un rêve : il se trouvait debout dans une vaste forêt dont certains arbres étaient pleins de fruits et d’autres secs. Yohaï s’appuya contre un arbre sec et aperçut un Juif impressionnant qui portait une cruche pleine d’eau sur son épaule et qui arrosait certains arbres secs. En approchant de Yohaï, l’homme s’arrêta, prit une petite fiole d’eau pure et arrosa son arbre en lui prodiguant de nombreuses bénédictions. Yohaï s’aperçut alors que cette toute petite quantité d’eau était bénie: elle s’éleva et arrosa tout ce qui se trouvait près de son arbre qui se mit à produire immédiatement des grosses pommes juteuses, sucrées et entourées de feuilles fraîches. L’arbre continua de fleurir, de produire de nouvelles branches, de nouvelles racines et des fruits dont l’arôme parfumait toute la forêt.
    Ces larmes, ont changé son destin
    Yohaï se réveilla heureux et s’empressa de raconter son rêve à son épouse. Pour lui, l’interprétation était évidente. Les arbres représentaient les femmes : certaines avaient des enfants, d’autres étaient stériles. A Roch Hachana, Hachem décrète quelles seraient celles qui mettront au monde des enfants : son épouse vertueuse en faisait partie puisque son arbre avait bénéficié d’une bénédiction extraordinaire. Cependant, il ne comprenait pas pourquoi cet homme à l’aspect majestueux avait utilisé une petite fiole qui n’avait servi que pour son arbre et pour aucun autre ?
    Ravie, mais étonnée, sa femme proposa : «Allons en parler à Rabbi Akiva !» Celui-ci compléta l’interprétation donnée par Yohaï : «Sachez que Sarah était destinée à être stérile : elle n’aurait jamais dû avoir d’enfant. Ce n’est que grâce à ses prières et ses larmes, qu’elle a mérité de changer son destin et d’enfanter. La fiole qui arrosait son arbre, avait recueilli ses larmes. Ce sont ses larmes qui ont arrosé l’arbre qui la représente et seulement celui-ci !»
    Et Rabbi Akiva ajouta : «Sarah ! Cette année vous donnerez naissance à un fils qui illuminera le Peuple d’Israël tout au long des générations par sa sagesse et ses actions !»
  •  L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai 2ème partie
    L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai
    2ème partie
    Cette année-là, à Chavouot, le jour où la Torah fut donnée au Peuple juif sur le Mont Sinaï, Sarah mit au monde un fils qui rayonnait d’un éclat particulier. Tous ceux qui le voyaient, reconnaissaient qu’il était certainement béni et qu’il diffuserait une grande lumière autour de lui. Ses parents remercièrent Hachem et appelèrent l’enfant ‘Shimon’, car Hachem avait entendu (‘Shama’) les prières de ses parents et les pleurs de sa mère.
    L’enfant fut élevé dans la plus grande pureté et dans la plus grande sainteté. Dès l’âge de cinq ans, il fut confié à Rabban Gamliel qui dirigeait une Yéchiva à Jérusalem. Il était semblable à une source en perpétuelle ébullition : encore enfant, il posait des questions pertinentes à ses Maîtres, Rabbi Yéochoua ben ‘Hanina et Rabban Gamliel.
    Il étudia dans la Yéchiva de Rabbi Yohanan Ben Zakaï et eut pour Maître, Rabbi Akiva qui le considérait comme son fils.

    Lorsque les Romains ordonnèrent la fermeture de toutes les institutions religieuses et interdirent l’enseignement de la Torah, Rabbi Akiva ne céda pas et continua d’enseigner. Rabbi Shimon ne le quitta pas, jusqu’à son arrestation. Par la suite, Rabbi Akiva fut condamné et mourut en martyr, en sanctifiant le nom d’Hachem.

    Afin de sauver le judaïsme, malgré les décrets de l’Empereur romain, un conseil de cinq Sages fut désigné. Parmi eux, figuraient Rabbi Shimon Bar Yohaï et Rabbi Méïr Baal Haness. Ils furent poursuivis par les Romains jusqu’à la mort de l’empereur qui mit fin aux décrets cruels envers les Juifs.

    Les Sages se réunirent à Yavné pour se concerter et trouver les moyens de rétablir la vie juive. Rabbi Yéhouda proposa de se montrer amical à l’égard des Romains. Rabbi Yossé ne donna pas son avis et Rabbi Shimon se déclara déterminé à résister aux Romains par tous les moyens. Un ancien élève de Rabbi Shimon, Yéhouda ben Guerim, espion au service des Romains, leur rapporta la discussion et Rabbi Shimon fut condamné à mort.

    Rabbi Shimon prit la fuite avec son fils Rabbi Eléazar. Ils se cachèrent dans une grotte à l’entrée de laquelle Hachem fit pousser un caroubier et fit jaillir une source d’eau fraîche. Pendant douze ans Rabbi Shimon bar Yohaï et son fils restèrent dans cette grotte, se nourrissant de caroubes et d’eau et passèrent leur temps à étudier et à prier.

    Douze ans plus tard, le prophète Elie leur annonça la fin des persécutions romaines. Ils quittèrent alors leur cachette et virent un homme qui labourait et semait. Ils s’écrièrent : «Ils ont abandonné la vie spirituelle et se sont plongés dans la vie matérielle !» Toutes les choses sur lesquelles ils posaient leur regard, prenaient immédiatement feu. Un écho céleste les interpella : «Etes-vous sortis de votre grotte pour détruire Mon monde ? Retournez-y !»

    Ils y retournèrent et y restèrent douze mois de plus, au terme desquels une voix céleste se fit de nouveau entendre en les invitant à sortir.

    Désormais, Rabbi Shimon réparait tout ce que Rabbi Eléazar détruisait de son regard.

Calendrier sur le site avec le compte du Omer

Télécharger le compte du Omer (Beth Habad) fichier PDF

Par le mérite des Tsadikim, qu’Hachem protège tout le Âm Israël, Amen

  •  Hiloulot 16 Iyar
    Le 16 Iyar. Dans le désert de Sine, la manne commence à tomber (lire Rachi sur Chémote chapitre 16 verset 1).Rabbi Mordekhaï Sebbag z.t.l. de Marrakech
    ��Rabbi Yitshak Haï Taïeb Lo Met z.t.l. né le 19 Kislev 1743 à Tunis et décédé le 16 Iyar 1836, inhumé au cimetière du Borgel de Tunis. On célebre sa Hilloula le jour de sa naissance le 19 Kislev car il n’est pas mort « Lo Met » Dès ses 18 ans il avait une réputation de saint ainsi qu’un renom d’expert en Kabbale. Le ‘Hida Rabbi David Azoulay z.t.l. témoigne dans son livre « Maâgal Tov » que dans ses voyages, il a rencontré près de 300 talmidé Hakhamim à Tunis, qui comptaient des jeunes de 14 ans d’un extraordinaire discernement. Parmi ces jeunes, il y avait Rabbi Yitshak ‘Haï Taïeb z.t.l. , qui était alors agé de 13 ans, et était déjà connu comme un talmid Hakham hors pair, une citerne qui ne perd pas une seule goutte de son étude. Il aurait écrit plus de 40 ouvrages entre ses 18 et 40 ans, malheureusement tous ces écrits on été brulés, le peut qui restait a été imprimé en 1896 dont le Hélev Hitim.
    ��Rabbi Tsvi Hirch Rozenbaum z.t.l.,  Admour de Kratchnif, décédé en 2005.
    ��Rabbi Yé’hiel Mickall Feinstein z.t.l., Fils du Rav Abraham Yits’hak, né le 4 Tamouz à Ousda, en Lituanie né en 1906, décédé en 2003, Rav Moshe Feinstein z.t.l. avait convoqué Rav Yechiel Michel pour servir à ses côtés en tant que chef de la Yeshiva Tiferet Yerushalayim à New York. Il y passera 60 ans. Lors d’un bref voyage à Eretz Yisrael en 1946, il a épousa une fille du Rabbi de Brisker e.t.l, Lifsha. [le 17 Iyar, selon certains]
    ��Rabbi Raphaël Âbou z.t.l., responsable du Beth Din de Tel Aviv, décédé en 1983.
    ��Rabbi Meïr Rosenthal z.t.l., auteur de « Guichmé HaTal »
    ��Rabbi ‘Haïm Dov Lechinsky z.t.l., auteur de « Chochanat Yaâkov », décédé en 1991.
    ��Rabbi Meïr ben Gédaliah z.t.l.,  de Lublin, ‘auteur du Maharam de Lubline sur le Talmoud, aussi connu sous le nom de Meïr Ené Hakhamin, rabbin à Lublin il y créa une Yéchiva, né en 1558, décédé en 1616.
    ��Rabbi Yossef Cohen z.t.l. de Tétouan
    ��Eli Cohen z.t.l., décédé  le 18 mai 1965, Eli Cohen, qui avait communiqué à Israël des informations précieuses et vitales sur l’armée syrienne, a été exécuté à Damas.
    *Allumez une bougie et par le mérite des Tsadikim, qu’Hachem protège tout le Âm Israël Amen*

Refoua Chelema et Réusite

  • Toutes les Halakhot sont dédiées à la protection et à la Réfoua Chéléma de tout le peuple d’Israël Amen et en particulier
    • mon épouse Sarah bat Fortuné,
    • Rabbi Haïm Chalom ben Bedra Chlita,
    • Haim Eliézer Ben Tilah
    • Anael bat Chlomo
    • Eli Eliyahou Ben Victorine
    • Noam Yéhouda ben Yéhoudit
    Amen

Léilouy Nichmat

  • De tous les défunts du âm Israël et en particulier
    • Sarah Bat Rosa z.t.l.
    • Georges Yitshak Ben Hénéna ouben Chlomo z.t.l.
    • Gérard Guerchon Ben Yitshak
    • Fortuné Bat Camille Camouna
    • Rabbi Yossef Haïm Sitruk Chlita ben Emma, z.t.l.
    • Léon Yéhouda ben Rahel véElichä z.t.l
    • Lidia Soufir z.l.
    • Ephraim ben yehouda et Alice
    • Tsipora bat Esther
  • Soutenir la diffusion de la Torah en France, au  Canada et en Israël.

    Merci grâce a vous des milliers de personnes lisent ces halakhot, Merci.

    Vous pouvez dédier des Halakhot

    • A une personne chère
    • A la guérison
    • A l’élévation de l’âme
    • A la protection des enfants
    • A la réussite Matériel
    • A une aide pour trouver son conjoint

    �� Sympa les amis �� de faire un don ��

    Merci !!!


 L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai 3ème et dernière partie
L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai

3ème et dernière partie

Rabbi Chimon s’établit dans la ville de Tékoa où il fonda une grande Yéchiva. Les plus illustres savants de l’époque se rendaient auprès de lui pour recevoir ses instructions. Parmi eux se trouvait Rabbi Yehouda Hanassi (le Prince), le compilateur de la Michna.

 

Les Romains reprirent leurs persécutions à l’égard des Juifs, leur interdisant d’observer le Chabbat, la cacherout et bien d’autres règles qui leur étaient chères. Les Sages décidèrent alors d’envoyer une délégation à Rome et choisirent Rabbi Shimon bar Yohaï pour la conduire.

En arrivant à Rome, ils apprirent que la fille de l’Empereur romain était atteinte d’une maladie et que personne n’avait réussi à la guérir. Rabbi Shimon se rendit au palais et demanda la permission de soigner la malade. Au bout de quelques jours, la princesse était guérie ! L’Empereur désirant lui exprimer sa reconnaissance, lui laissa le choix de choisir sa récompense. Rabbi Shimon demanda d’annuler les décrets contre les Juifs.

Rabbi Shimon bar Yohaï a quitté ce monde à Lag Baomer et est enterré à Meron, un petit village situé près de Safed, en Israël. Ce jour-là, il révéla à ses disciples des secrets de la Kabbale et s’assura que ce jour serait une fête célébrée par le Peuple juif tout au long des générations.

Rabbi Shimon bar Yohaï est l’auteur du Zohar (qui signifie «éclat») livre sacré qui contient des interprétations mystiques de la Torah et qui est la source principale de la Kabbale.

 

Je vous souhaite en ce jour de la Hilloula de Rabbi Chimon Bar Yohai Zékouto Taguen Baadénou (que son mérite puisse nous protéger) qu’avec l’aide d’Hachem, que tous vos désirs et que tous vos vœux soient exhaussés, Amen.

Surtout n’oubliez pas d’allumer une bougie en l’honneur du Tsadik Z.T.K.L et faites un vœu et par son mérite, Hachem l’acceptera, Amen.

 

UNE PETITE HISTOIRE
Rabbi Yehouda, Rabbi Yossi et Rabbi Chimon se trouvaient un jour à Kerem de Yavné (le nom de kerem (vigne) vient de ce que les sages étaient assis en rangées, rappelant le vignoble) et Juda fils de guerim (proselite) se tenait près d’eux. Rabbi Yehoudah fit observer : Les travaux de ces romains sont admirables ; ils ont tracé des routes, construit des ponts , bâti des thermes ; Rabbi Yossi garda le silence, mais Rabbi Chimon répliqua : Tout ce qu’ils ont fait, ils l’ont fait pour eux mêmes ; les rues pour les prostituées, les thermes pour leurs corps ; les ponts pour lever des péages. Le fils de prosélyte rapporta les paroles ; elles parvinrent aux oreilles des autorités ; Rabbi Chimon fut condamné à mort.

Il alla se cacher avec son fils à la maison d’étude; sa femme lui apportait du pain et une jarre d’eau; mais les recherches se firent plus poussées et il dit à son fils: Les femmes risque d’être mise à la torture et de nous exposer au danger. Ils allèrent se cacher dans une caverne; or il advint un miracle: Un caroubier et une source d’eau furent créés dans la grotte à leur intention; tous les jours ils étudiaient; ils demeurèrent 12 ans dans la caverne. Un jour, le prophète ELIE (de mémoire bénie) s’avança à l’entrée de la grotte et s’écria : Qui apprendra au fils de Yohaï la mort de l’empereur et de l’abolition du décret. En entendant ces mots, Rabbi Chimon et son fils Elazar sortirent de la grotte.

Or, ils virent un homme qui labourait et qui semait; ils s’écrièrent: Ils abandonnent la vie éternelle pour se consacrer au temporel. Et tout ce que rencontrèrent leurs regards fut aussitôt réduit en cendre. Il s’éleva alors un écho du ciel « n’êtes vous sortis que pour détruire mon monde? Retournez à la caverne » Ils y retournèrent et y passèrent encore 12 mois, car le séjour en enfer ne dure pas plus qu’une année. L’écho céleste descendit alors à nouveau : Sortez de la caverne, et ils sortirent. Tout ce que le regard de Rabbi Elazar blessait , le regard de Rabbi Chimon le guerissait.

La veille de Chabbat, ils virent un vieillard avec deux bouquets de myrte qui rentrait chez lui. Ils lui demandèrent: Pourquoi ces bouquets de myrte? C’est en l’honneur du Chabbat répondit le vieil homme. Sentir et Bénir. Si c’est pour sentir un seul bouquet ne suffirait-il pas? Questionna Rabbi Chimon. Le premier bouquet c’est pour ZAKHOR (souviens toi du Chabbat) et l’autre c’est pour CHAMOR (respecte le jour du Chabbat). Apaisés par ces réponses, Rabbi Elazar cessa d’être rigoureux avec ses semblables.

Rabbi Chimon disait: Malheur à l’homme qui considère la Thora comme un assemblage de contes et d’histoires banales.

Pour les cabalistes, les histoires de la Thora sont des enveloppes qui cachent des mystères. Ces histoires ne sont que des « vêtements » suivant les 4 degrés d’explication et de compréhension du P.R.D.S:

P le Pshat (sens premier) –

R le Remez (allusion)
D Drouch (Midrash) –

S le Sod (secret). Ces quatre niveaux ne se contredisent pas et sont intimement liés.
Quelqu’un qui perçoit des concepts transcendants, sa compréhension peut en souffrir et il peut même en périr.

Quatre personnes se plongèrent dans les profondeurs de la Thora :

Ben Azzaï en mourut;
Ben Zouma en perdit la raison;
Elisha ben Abouya perdit la foi ;
seul Rabbi Akiba en sortit intact:
Lorsqu’il arriva au point qui marquait la limite de sa compréhension, il se retint et ne chercha pas à voir plus loin. Une phrase nous éclaire sur les difficultés: Quand vous arriverez au « marbre étincelant »
Ne criez pas « eau, eau ». Rabbi Akiba sut éviter l’illusion et le danger que représente la montée de l’âme.

UNE AUTRE  PETITE HISTOIRE
Un des élèves de Rabbi Chimon qui sortit d’Israël et en revient « riche ». Les autres élèves en furent jaloux. Rabbi Chimon les fit sortir à coté de MEIRONE, formula des prières et une crevasse se remplit de pièces d’or; il leur dit: « Prenez, seulement sachez que celui qui prend maintenant, consomme en même temps sa part du monde futur.

Quelques enseignements de Rabbi CHIMON:
Un homme doit se laisser jeter au feu plutôt que de faire honte en public à son prochain. D’où apprend on cela? De TAMAR qui n’avait pas fait honte à JUDA.

Le respect que l’on doit à ses parents est très important. En effet, il est dit honore D’ avec tes richesses ; mais pour les parents il n’est pas dit avec tes richesses mais simplement: HONORE TON PERE ET TA MERE.

Rabbi YOHANAN rapporte au nom de Rabbi CHIMON : LE SAINT BENI SOIT IL a promit à ISRAEL que même s’il récitait le CHEMA matin et soir, IL le protègerait.

Rabbi CHIMON disait: Quiconque chemine tout en étudiant et s’interrompt dans son étude pour s’exclamer: Comme cet arbre est beau, que ce sillon est bien tracé ! met son âme en danger.

Rabbi CHIMON disait: Toutes les mitsvot que les juifs ont accompli au péril de leur vie, ils continuent de les pratiquer comme il se doit.

De même: Réprimande ton prochain, quand il est prêt à l’accepter, de même il ne convient pas de le réprimander si l’on sait qu’il n’en tiendra pas compte.

Rabbi ELAZAR FILS DE Rabbi CHIMON dit: Celui qui pratique la charité et la justice , la THORA considère que c’est comme s’il avait apporté des sacrifices car il est dit:. . ..est plus agréable à D’ que le sacrifice.

On doit s’occuper de son fils (pour l’éduquer et l’habituer aux mitsvot) jusqu’à l’âge de 13 ans. Après cela se dire: Loué soit celui qui m’a débarrassé du châtiment de cet enfant.

Rabbi SIMLAÏ rapporte au nom de Rabbi ELAZAR:
Le descendant de DAVID (le MACHIAH) ne viendra que lorsque tous les mauvais juges et préfets auront été écartés d’ISRAEL; après avoir nettoyé et éliminé ces mauvais juges et t’avoir purifié de ces alliages, JE RAMENERAI DE VERITABLE JUGE COMME AUTREFOIS.

Calendrier sur le site avec le compte du Omer
Télécharger le compte du Omer (Beth Habad) fichier PDF
Par le mérite des Tsadikim, qu’Hachem protège tout le Âm Israël, Amen
 Hiloulot 17 Iyar
Le 17 Iyar, le serpent perduade ‘Hava (Eve) de manger du fruit de l’arbre de la connaissance.

��Rabbi Chabtaï Bou’hbout z.t.l.  Av Beth Din de Beyrouth. Décédé en 1948.

��Rabbi Chlomo Haïm Alter Perlov z.t.l. 

��Rabbi Moché Haïm Éphraïm de Sadlikov z.t.l. Ukraine, petit-fils du Baal Chem Tov z.t.l, auteur du Déguel Ma’hané Éphraïm et Toledot Yaâkov Yossef. Après la disparition du Baal Chem Tov z.t.l, Rabbi Moché Haïm Éphraïm z.t.l. a étudié avec le Maguid de Mezritch z.t.l et le Rabbi Yaâkov Yossef  z.t.lde Polnoye, né en 1748, décédé en 1800.

��Rabbi Moché Yéhezkiel Dangour z.t.l.  Roch Yéchiva de Minhat Yéhouda.

��Rabbi Mordékhaï (« Mottele ») Twersky z.t.l. Né à Rachmistrivka en 1830, décédé en 1921 et Admour de Rachmistrivka Podlia (Ukraine) Son père, le Rav Yohanan Twerski z.t.l., fils de Rabbi Mottele de Tchernobyl, a été le premier Rabbi de la dynastie Rachmistrivka. Rabbi Mordékhaï a déménagé à Jérusalm de l’Europe en 1908 (ou 1906). Le premier jour de Hol Hamoed Pessah en 1921, le Rav Mordékhaï  z.t.l. a été attaqué par une foule d’Arabes alors qu’il se rendait au Kotel. Il est décédé un mois plus tard, en raison de cette attaque. d’autres pensent le 20 Iyar.

��Rabbi Nissim Loupous z.t.l.  Rabbi Nissim Loupous z.t.l. L’un des grands érudits de la Torah d’Aram Tsova, décédé en 1894.

��Rabbi Pinhas de Ostila Twerski z.t.l.  fils du Rav Mordékhaï de Rachmistrivka. Les deux parents de Rav Pinhas étaient les descendants des talmidim du Baal Shem Tov. En 1923, il est devenu le Rav de Ostilla, et après quelques années, il a déménagé à P’shemish. Rav Pinhas a été déporté dans le camp d’extermination de Belzec le 17 Iyar 1943. Près d’un million de Juifs ont été assassinés à Belzec. On ne sait pas exactement quand Rav Pinhas est décédé, on l’a établi le même jour que celui de son père. (né en 1880 – 17 Iyar 1943).

��Rabbi Tavi Hirsch Rosenbaum z.t.l.  Admour de Kretchnif-Sighet, né en 1921, décédé en 2005.

��Rabbi Yéhezkiel Ségal Landau z.t.l.  Né à Apta, Pologne, auteur du Nodâ BiYéhouda et Dégoul Mérvavah sur le Choul’han Aroukh, ainsi que Doresh Tsiyon et Ahavat Tsiyon. Il a été en mesure de retracer sa lignée de famille à Rachi, né en 1713, décédé en 1793

*Allumez une bougie et par le mérite des Tsadikim, qu’Hachem protège tout le Âm Israël Amen*

 

 

Refoua Chelema et Réusite

Toutes les Halakhot sont dédiées à la protection et à la Réfoua Chéléma de tout le peuple d’Israël Amen et en particulier

mon épouse Sarah bat Fortuné,
Rabbi Haïm Chalom ben Bedra Chlita,
Haim Eliézer Ben Tilah
Anael bat Chlomo
Eli Eliyahou Ben Victorine
Noam Yéhouda ben Yéhoudit
Noah mylene bat Esther katie
Amen

Léilouy Nichmat

De tous les défunts du âm Israël et en particulier

Sarah Bat Rosa z.t.l.
Georges Yitshak Ben Hénéna ouben Chlomo z.t.l.
Gérard Guerchon Ben Yitshak
Fortuné Bat Camille Camouna
Rabbi Yossef Haïm Sitruk Chlita ben Emma, z.t.l.
Léon Yéhouda ben Rahel véElichä z.t.l
Lidia Soufir z.l.
Ephraim ben yehouda et Alice
Tsipora bat Esther
Soutenir la diffusion de la Torah en France, au  Canada et en Israël.
Merci grâce a vous des milliers de personnes lisent ces halakhot, Merci.
Vous pouvez dédier des Halakhot
A une personne chère
A la guérison
A l’élévation de l’âme
A la protection des enfants
A la réussite Matériel
A une aide pour trouver son conjoint
�� Sympa les amis �� de faire un don ��
Merci !!!









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LE CARDINAL SARAH AUX 12.000 PÈLERINS DE CHARTRES : TERRE DE FRANCE, RÉVEILLE-TOI !

Peuple de France, retourne à tes racines ! On peut décider de ne pas en parler. C’est, d’ailleurs, le choix d’une grande partie de la...