jeudi 3 mai 2018

Des centaines de milliers de personnes affluent en Galilée pour Lag BaOmer...


Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées au mont Meron dans le nord de la Galilée dans la nuit de mercredi pour un festival de feux de joie et de prières honorant le rabbin Shimon Bar Yochain, sage et mystique du 2ème siècle.
Les célébrations ont été entachées par la présence d’un éminent rabbin et pédophile condamné. Eliezer Berland, 80 ans, qui a passé cinq mois derrière les barreaux après avoir été condamné à 18 mois alors qu’il avait échappé aux arrestations pendant trois ans, a figuré parmi les 20 rabbins qui ont allumé un feu de joie sur la tombe de Bar Yochai.
Sa participation a été condamnée mercredi soir par le rabbin Shmuel Eliyahu, grand rabbin de Safed, ville située à proximité, et superviseur officiel du site de Meron, qui a qualifié la présence de Berland « d’abomination et de disgrâce » à la mémoire de Bar Yochai. Eliyahu ne disposait toutefois pas de l’autorité nécessaire pour empêcher la participation de Berland.
L’une des victimes du rabbin s’est exprimée contre sa présence et plusieurs groupes auraient tenté de faire interdire sa venue à cet événement financé par des fonds publics.
Quelques heures avant la cérémonie, la députée de l’Union sioniste Ayelet Nahmias-Verbin a vivement recommandé au procureur général d’intervenir pour « protéger le public de ce délinquant dangereux ».
« Il est difficile de comprendre comment il est possible qu’un criminel condamné, qui détient le titre de rabbin et qui a des responsabilités publiques, puisse participer à un événement significatif, financé par l’Etat, qui attirera une vaste foule », a-t-elle dit à Avichai Mandelblit.
Mais le bureau de Mandelblit a répondu qu’il n’avait pas l’autorité d’interdire à quiconque d’assister à l’événement parrainé par le ministère des Affaires religieuses.
Le pèlerinage de Meron, qui se déroule lors de la fête de Lag BaOmer, est l’un des rassemblements publics annuels les plus fréquentés en Israël et attire en majorité des Juifs ultra-orthodoxes.
Des informations parues dans les médias en hébreu ont révélé que plus de 250 000 pèlerins ont participé aux feux de joie. Des dizaines de milliers de visiteurs supplémentaires sont attendus à Meron jeudi, pendant toute la journée.
Des milliers d’agents de police ont été déployés dans toute la ville de Galilée, et les routes entourant Meron ont été fermées aux véhicules privés.
Rabbi Eliezer Berland se couvrant de son talit au tribunal de Jérusalem où il a été condamné pour actes indécents et voies de fait, le 22 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Cette année, les services d’incendie et de secours ont placé des restrictions sur les feux de joie de Lag BaOmer, citant un climat chaud et sec. Le coutume de ces feux pour marquer la journée est une tradition qui n’a aucune base dans la loi religieuse.
Des Juifs ultra-orthodoxes à côté d’un feu de joie durant les célébrations de la fête juive de Lag BOmer dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 25 mai 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un certain nombre de municipalités, dont Haïfa, Nesher, Hadera, Modiin et Tel Aviv ont demandé que les habitants n’allument pas de feux, tandis que le ministère de l’Education a fait savoir aux écoles qu’il n’approuverait aucun événement avec des feux de joie pour célébrer la fête.
Les services d’urgence Magen David Adom ont indiqué que 44 personnes ont été blessées durant tout le pays pendant la nuit autour des feux traditionnels, et quatre ont dû être hospitalisées.
Lag BaOmer est une fête importante dans la tradition mystique juive, qui marquerait la mort de Bar Yohai et qui est également l’anniversaire du jour où il aurait pour la toute première fois transmis le texte fondateur de la mystique juive, le Zohar.
Signifiant littéralement le « 33ème jour de la période de l’Omer », la fête a lieu pendant les sept semaines qui séparent Pessah de Shavouot et elle est considérée comme un moment de semi-deuil pour les disciples du rabbin Akiva, le professeur de Bar Yohai, qui, selon la tradition, sont morts de la peste pendant cette période. Les périodes précédant et suivant Lag BaOmer sont donc, selon la tradition, des périodes où les célébrations publiques sont évitées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LE CARDINAL SARAH AUX 12.000 PÈLERINS DE CHARTRES : TERRE DE FRANCE, RÉVEILLE-TOI !

Peuple de France, retourne à tes racines ! On peut décider de ne pas en parler. C’est, d’ailleurs, le choix d’une grande partie de la...