lundi 21 mai 2018

Contrairement à la France islamisée, les manifestations pro-Hamas sont illégales au Bahreïn....


Le gouvernement modéré à Manama, la capitale du Bahreïn, ne veut pas que les rues paisibles du Royaume soient souillées par les hooligans islamistes pro-Hamas. Ici ce n’est pas la France de la permissivité qui se laisse défoncer par les bandits maghrébins.

Bahreïn a été au cours des trois derniers jours le théâtre de manifestations en soutien aux terroristes Palestiniens de Gaza.
À al-Juffair, un quartier de banlieue de Manama, de jeunes chiites bahreïnis ont défilé dans les rues menant à la base militaire américaine et y ont allumé des feux.
Les policiers bahreïnis ont sévèrement réprimé ces émeutiers, en faisant usage de gaz lacrymogène et de chevrotines contre les gangs chiites en lien avec l’Iran.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Les forces de sécurité ont imposé la loi, le jeudi 17 mai 2018, dans plusieurs autres villes à Sitra, à Shakhura, à al-Diya et à Abu Saiba avant d’interpeller un certain nombre d’émeutiers sympathisants du Hamas. Ils ont même fermés une mosquée extrémiste qui prône le djihadau nom maudit de la Palestine.
Les forces de la police ont aussi interpellé deux femmes habitant dans la région d’al-Nuwaidrat, au nord de la raffinerie de pétrole de Bahreïn (BAPCO), qui voulaient mettre le feu dans des magasins au nom en solidarité avec les Palestiniens.
Des affrontements ont également eu lieu entre des hooligans islamistes bahreïnis et les forces de Manama dans la même région.
Les forces bahreïnis ont aussi interdit, ce vendredi 18 mai , un début d’une  manifestion qui d’après la Police  locale aurait pu être violente baptisée « vendredi de fidélité aux martyrs et blessés  Palestiniens ». Les autorités ont dispersé  les sympathisants du Hamas à coup de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc.

Au Bahreïn, il y a deux camps qui s’opposent :un camp chiite accusant mensongèrement Israël d’avoir tué des innocents qui manifestaient pacifiquement – même s’ils ont vu des activistes palestiniens de Gaza lancer des cocktails Molotov, attaquer les soldats juifs à coup de pierre avec des frondes, brûler des pneus pour aveugler l’armée israélienne, et tenter d’arracher la barrière de sécurité.
L’autre camp, sunnite, rappelle que le Hamas est une organisation terroriste, et affirme que les morts étaient des terroristes qui tentaient de détruire la barrière de sécurité pour ouvrir la voie à un carnage.
Bahreïn fait partie du premier pays du Golfe ayant pris position en faveur d’Israël. Le Bahreïn reconnaît le droit d’Israël à se défendre contre le Hamas, l’Iran ou le Hezbollah.
Le Ministre des affaires étrangères du Royaume de Bahreïn Khalid bin Ahmed a dit sur Tweeter, le 10 mai dernier, suite à une attaque défensive de Tsahal en Syrie :
« Tant que l’Iran a bouleversé la situation dans la région avec ses forces et ses missiles, tout pays de la région, y compris Israël, a le droit de se défendre en détruisant les sources de la menace ».
Bahreïn et les Émirats arabes unis ont participé à une course cycliste organisée par Israël le 14 mai dernier à l’occasion du 70e anniversaire de l’Indépendance.
Bahreïn, proche allié de l’Arabie saoudite et des Etats-Unis, accuse régulièrement l’Iran de fomenter des troubles dans le royaume, ce que Téhéran dément. La question palestinienne est utilisée par les chiites comme prétexte idéal pour créer des troubles.
Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, est secoué par des troubles sporadiques depuis 2011. Les  chiites réclamant la chute de la dynastie sunnite. Des mouvements pro-iraniens ont été dissous et des dizaines de terroristes chiites ont été emprisonnés.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Bahreïn a puni 115 terroristes qui ont formé une organisation affiliée aux Gardiens de la révolution

Un tribunal de Bahreïn a condamné, le 15 mai 2018,  115 Bahreïnis à des peines de prisonallant jusqu’à la perpétuité et les a déchus de leur nationalité lors d’un procès de masse pour « complot terroriste » impliquant les Gardiens de la révolution iraniens, a annoncé le procureur général du royaume.
Ces personnes faisaient partie d’une organisation de 138 personnes appelée « Phalanges Zulfikar » et constituée de Bahreïnis recrutés et entraînés par les Gardiens de la révolution avec l’intention de commettre des attentats à Bahreïn, a ajouté le procureur dans un communiqué.
Les accusés ont « constitué des caches d’armes à Bahreïn, engagé des opérations de repérage de cibles et posé des bombes artisanales, dont certaines ont fait des dégâts », sans faire de victimes, a indiqué le communiqué.
Cinquante-trois prévenus ont été condamnés à la prison à vie, trois à 15 ans de prison, un à 10 ans de prison, 15 à sept ans de prison, 37 à 5 ans de prison et six à trois ans de prison. Vingt-trois autres personnes ont été acquittées.
Tous les prévenus sont des chiites, selon une source judiciaire. Le procureur a indiqué que 86 des personnes poursuivies dans le cadre de cette affaire étaient en détention, ce qui implique que les autres sont en fuite.
Enfin, les autorités ont imposé une résidence surveillée sur l’ayatollah cheikh Issa Qassemqui est un symbole local de l’extrémisme chiite et un défenseur farouche des terroristes palestiniens de Gaza.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gap: la publicité à la fillette voilée piétine les principes républicains parAurélien Marq.....

Dans une publicité pour sa gamme « kids », la marque de vêtements Gap montre une petite fille vêtue d’un voile. Or, un voile islamique ...