lundi 12 février 2018

En envoyant un drone sur Israël, l’Iran a fait un très mauvais calcul....


L’Iran, la Syrie et le Hezbollah ont outrageusement tenté de faire croire que les frappes aériennes massives d’Israël constituaient une agression non provoquée, alimentant même des rumeurs selon lesquelles aucun drone n’aurait véritablement été intercepté.
En réalité, la chronologie parle d’elle-même.
À la suite de l’envoi provocateur et mal conçu du drone, les avions israéliens ont pilonné une base aérienne contrôlée par l’Iran à l’extérieur de la ville syrienne de Palmyra, qui, selon Israël, a été utilisée pour lancer le drone. 
Les forces syriennes ont alors lancé des missiles anti-aériens, ce qui aurait forcé un pilote israélien F-16 à abandonner son jet et obligé les communautés du nord d’Israël à se réfugier dans des abris anti-aériens.
Israël a, à son tour, envoyé des bombardiers en Syrie pour cibler une série d’importantes installations militaires syriennes et Iraniennes, ce qui a incité les forces syriennes soutenues par l’Iran à répliquer par des attaques antiaériennes.
L’axe chiite opérationnel au nord d’Israël –formé par l’Iran, la Syrie et le Hezbollah– a présenté comme une victoire l’incident qui a abouti à l’abandon du F-16.
«C’est le début d’une nouvelle ère stratégique qui met fin à la violation de l’espace aérien et du territoire syrien», a déclaré le Hezbollah dans un communiqué publié par l’agence de presse libanaise ANI.
L’armée de l’air israélienne aura en effet besoin d’enquêter sur ce qui a mal tourné et devra se réajuster en conséquence.
Cependant, les célébrations du Hezbollah relèvent davantage d’une posture politique que du constat réaliste et sont plutôt conçues pour masquer l’ampleur des frappes aériennes de représailles de la part d’Israël.
Israël continuera sans aucun doute à frapper en Syrie et au Liban lorsque cela sera nécessaire pour assurer la sécurité de l’État juif.
Les frappes israéliennes en Syrie ont été décrites dans les médias non seulement comme l’engagement le plus sérieux dans ce pays depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, mais aussi comme le coup le plus dévastateur porté aux Syriens– et par extension à leurs suzerains iraniens– depuis peut-être la première guerre du Liban en 1982.
Le ministre israélien du Renseignement, Israel Katz, a déclaré qu’il faudra un certain temps à l’Iran et à la Syrie pour «digérer» l’ampleur des raids israéliens.
«Ils savent, et nous savons, ce que nous avons frappé, et il leur faudra du temps pour digérer, comprendre et se demander comment Israël a pu frapper ces sites», a-t-il dit. «Ce sont des sites secrets et nous avons des agences de renseignement et la capacité de savoir tout ce qui se passe là-bas comme nous l’avons prouvé hier.»
La flotte de drones iraniens est une partie importante de son arsenal de guerre contre Israël. Le Hezbollah a déjà menacé d’envoyer des drones chargés d’explosifs pour cibler les installations nucléaires et les infrastructures civiles d’Israël. La semaine dernière, l’Iran a annoncé l’ouverture d’une usine de fabrication destinée à produire en masse des drones pouvant transporter des munitions «intelligentes» afin d’attaquer diverses cibles.
Il faut aussi rappeler que l’envoi du drone par l’Iran a suivi des semaines d’escalade rhétorique par laquelle le Hezbollah a menacé à plusieurs reprises d’attaquer les plates-formes gazières israéliennes et les troupes de Tsahal opérant le long de la frontière nord, ainsi que d’envoyer des combattants pour prendre d’assaut la frontière israélienne.
En réagissant comme il l’a fait, Israël a montré clairement à l’Iran, la Syrie et au Hezbollah qu’ils souffriront énormément après toute provocation.
L’Axe chiite ferait bien de remiser son arrogance et d’y penser à deux fois avant de jouer ce petit jeu avec Israël.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.
*Aaron Klein est le chef du bureau de Breitbart à Jérusalem et son principal reporter d’investigation. Il est un auteur de best-sellers du New York Times et accueille le populaire programme de radio de la fin de semaine, «Aaron Klein Investigative Radio».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Histoires courtes et sans morale, Michèle Mazel....

Il y a quinze jours un grave accident de la route de la Mer morte a causé la mort de six ouvriers arabes de Jérusalem qui voyageaient d...