dimanche 29 octobre 2017

Prince Mohammed : l’Iran est le pyromane islamiste ©


Quel crédit lui accorder? Celui de la jeunesse et des bonnes intentions? 

Le Prince héritier Mohammed bin Salman jure d’en (re)venir à l’Islam modéré : « Nous ne savions pas comment traiter la menace de l’incendie déclenché » par la Révolution iranienne



L’Arabie Saoudite reviendra à « Là où nous en étions avant – un pays guidé par l’Islam modéré, qui soit ouvert à toutes les religions et tourné vers le monde », a déclaré le 24 octobre, le Prince héritier Mohammed bin Salman. Il s’agit là de tracer une perspective d’avenir, mais elle reste fondée sur un « âge d’or » mythique d’un Islam qui n’est pas à l’origine de la Maison Royale saoudienne, puisque celle-ci découle de l’alliance entre Al Whahhab et la dynastie, dès 1740.

Le prédicateur et théologien Mohammed ben Abdelwahhab (1703-1792) est considéré comme le fondateur du mouvement vers 1740. Il s’allie avec Mohammed Ibn Saoud, le fondateur de la dynastie saoudienne, vers 1744-1745 pour une alliance, qui perdure encore aujourd’hui entre ses adeptes et la dynastie al-Saoud.


Le Prince saoudien Mohammad s’exprime lors de l’Initiative d’Investissement sur l’Avenir à Riyadh le 24 octobre. / SPA



« Nous ne perdrons pas 30 ans de nos vies à devoir régler leur compte aux idées extrémistes. Nous allons les détruire à partir de ce jour », a déclaré, optimiste, le Prince couronné, au cours de l’inauguration de l’Initiative d’Investissement sur l’Avenir, à Riyad. Le jeune prince et son entourage, des cadres saoudiens de sa génération, fondus de haute-technologie et d’admiration pour les jeunes pays qui réussissent (sans en citer un en particulier), misent en grande partie sur l’inspiration extérieure et un certain sens de l’innovation pour révolutionner le vieux système dont ils sont les héritiers directs. Cette exposition est emblématique des efforts qu’ils mènent, pour lesquels la route est encore longue.

« Ici, ça n’a rien à voir avec notre passé…  Nous mettrons fin à l’extrémisme très bientôt », a t-il ajouté dans ce que les analystes observateurs de la Maison des Saouds décrivent comme les pics les plus acérés de la critique ouverte du Prince héritier contre l’appareil conservateur religieux d’Arabie Saoudite, à cette heure.

L’Arabie Saoudite, qui est une monarchie absolue,est gouvernée par une forme puritaine d’Islam sunnite connue sous le nom doctrinal de Wahhabisme. Les versions extrémistes du Wahhabisme sont, avec l’école des Frères Musulmans égyptiens, les sources d’inspiration directes de mouvements comme Al Qaïda et Daesh.

Dans une interview précédente avec le Guardian britannique, le Prince héritier a déclaré que l’emballement du conservatisme en Arabie Saoudite découle en partie des conséquences proches de la révolution iranienne de 1979, Riyad tachant alors de conserver le leadership du monde musulman, face à l’enthousiasme déclenché par Téhéran.

« Ce qui s’est produit, il y a plus de 30 ans n’est pas né en Arabie Saoudite. Ce qui s’est passé dans la région au cours des trente dernières années ne ressemble pas à ce qu’est l’âme du Moyen-Orient. Après la Révolution de 1979, les gens voulaient copier ce modèle dans les différents pays, dont l’un était l’Arabie Saoudite. Nous ne savions pas comment maîtriser le problème et il s’est propagé à travers le monde entier. A présent, il est grand temps de s’en débarrasser définitivement ».

Egalement au cours de la conférence sur l’Initiative d’Investissement sur l’Avenir, le Prince hérieir a annoncé la création de NEOM, une nouvelle zone économique indépendante d’une valeur de 500 milliards de $, qui sera construite sur la frontière avec la Jordanie et avec l’Egypte -déjà en affaires avec Israël-.

Ce projet dont l’achèvement est prévu en 2025 fonctionnera en utilisant des énergies alternatives et il servira de foyer mondial d’innovation et de nouvelles technologies, a t-il annoncé.

Peut-être bien, mais l’Arabie Saoudite n’échappera pas à l’indispensable introspection pour éradiquer les racines du mal, au cœur même de sa propre fondation.

Par World Tribune le 27 Octobre 2017

 Adaptation : Marc Brzustowski

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La France est en guerre avec Israël. Par Guy Millière...

Peut-on le dire ? La France est en guerre contre Israël. La guerre qu’elle livre n’est pas une guerre militaire directe. L’Armée frança...