lundi 17 juillet 2017

Macron fait des progrès.....Guy Millière !


Ses propos sur l’islam il y a quelques semaines à peine étaient marqués par le sceau de l’apaisement et colportaient l’illusion qu’il est possible de créer un “islam français” distinct de l’islam dans le reste du monde, ce qui est une ineptie. L’accueil qu’il a fait à Mahmoud Abbas était honteux, et avoir qualifié un chef terroriste d’homme de paix et d’apôtre de la non violence tout en incriminant Israël était indigne. L’attitude initiale d’Emmanuel Macron vis-à-vis de Donald Trump était arrogante et à la limite du grotesque.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Néanmoins, quels que soient les motifs sous-jacents (je les ai décrits dans un précédent article), l’accueil fait par Emmanuel Macron à Donald Trump à Paris a été digne et positif. Le simple fait d’avoir rappelé aux Français ce qu’ils doivent aux Etats-Unis et d’avoir rompu avec l’antiaméricanisme ambiant en France a été une bonne chose. La vue de troupes américaines sur les Champs Elysées a du provoquer des grincements de dents à la gauche de la gauche, et c’est très bien ainsi. Le discours anti-Trump des journalistes français a été pris à contrepied, et cela s’est vu. Il est bel et bon que ce discours soit pris à contrepied. Si les Français pouvaient enfin être informés de ce que fait Trump, de ce qu’il accomplit, de ce qu’est la doctrine Trump, ce serait encore mieux (j’ai fait envoyer par l’éditeur mon livre sur la révolution Trump aux principaux commentateurs). Mais il ne faut pas en demander trop. Emmanuel Macron semble avoir tourné le dos à l’arrogance et au grotesque vis-à-vis des Etats-Unis, et il a, pour l’heure, tourné la page de la fatuité du couple Chirac-Villepin il y a une quinzaine d’années. Cette page n’est pas nécessairement tournée pour toujours, mais qu’elle le soit pour l’instant est à noter.
Lors de la cérémonie pour les victimes, à Nice, Emmanuel Macron n’a pas prononcé les mots “terrorisme islamique”. Il a attribué le terrorisme à la misère, ce qui relève d’une analyse fausse, mais vaut mieux que l’attribuer au “changement climatique”. Et bien que cela ait été une cérémonie plus compulsionnelle que mobilisatrice face aux dangers qui planent toujours sur le pays, cela a été une cérémonie digne.

je dois dire que là, Emmanuel Macron a été globalement impeccable

Il y a eu, enfin, la cérémonie de commémoration de la Rafle du Vélodrome d’hiver. Et je dois dire que là, Emmanuel Macron a été globalement impeccable. Il a reconnu la responsabilité de la France dans la rafle, la déportation qui a suivi et les morts qui en ont résulté, et avoir énoncé cette reconnaissance l’honore. Oui, il y a eu une France collaboratrice, pétainiste et antisémite, et ce fut un moment honteux de l’histoire de ce pays dont il faut absolument se souvenir.
Emmanuel Macron a dit aussi, ce qu’aucun Président français n’avait fait avant lui, que l’antisionisme est une forme d’antisémitisme, ce qui est exact.
Et il est important que cela soit dit par un Président français. Sauf si cela m’a échappé, Emmanuel Macron n’a pas parlé de l’antisémitisme islamique, mais il l’a néanmoins effleuré par périphrases et a dit souhaiter que toute la lumière soit faite sur l’assassinat de Sarah Halimi, ce qui est très bien dans un contexte où une juge pusillanime n’a pas retenu l’antisémitisme dans l’assassinat d’une femme tuée parce que juive, par un antisemite islamique. Il a également cité le nom de tous les Juifs assassinés par des antisémites islamiques depuis le temps de l’assassinat d’Ilan Halimi. Ce qui, dans le contexte français actuel est noble et courageux. Il a enfin, invité Binyamin Netanyahu, ce qui est tout aussi noble et courageux. Et il a souligné l’amitié qui lie la France à Israël. Cela n’efface pas l’accueil à Mahmoud Abbas, mais si c’est un changement de cap, c’est un excellent changement de cap. Les grincements de dents à la gauche de la gauche ont dû se faire intenses. Le discours de Binyamin Netanyahu a été d’une intelligence remarquable, comme toujours, et il a été commencé en français, ce qui a montre que Binyamin Netanyahu était sur une ligne d’ouverture.
Lors de la conférence de presse qui a suivi, Emmanuel Macron, tout en souhaitant une collaboration économique et entrepreneuriale plus intense entre Israël et la France, a rappelé la ligne du Quai d’Orsay, ce qui montre qu’il n’a pas autant bougé qu’on pourrait le souhaiter, et repris le discours de la solution à deux Etats avec Jérusalem pour capitale d’un Etat palestinien. Binyamin Netanyahu a répondu que l’Autorité Palestinienne ne reconnaissait toujours pas Israël comme Etat du peule juif, et donc ne reconnaissait pas Israël, et il lui était inutile d’en dire plus pour que soit compris que la solution à deux Etats était lettre morte.
Je reste d’un scepticisme immense face à Emmanuel Macron. Si, comme je crains que ce soit le cas, il reparle d’ »islam français”, de Mahmoud Abbas homme de paix, de terrorisme venu de la misère ou du climat, s’il abandonne le dossier Sarah Halimi, et s’il continue à suivre concernant Israël, la ligne scandaleuse du Quai d’Orsay, cela confirmera mon scepticisme.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Mais l’honnêteté impliquait que je dise ce qui précède.
Si Emmanuel Macron insiste et persiste dans la ligne qu’il a tracé ces derniers jours, s’il va un peu plus loin, s’il prend des decisions économiques indispensables, je le reconnaitrai et je le dirai. Si la ligne qu’il a tracé ces derniers jours n’est qu’un accident de parcours et s’il revient à ses attitudes antécédentes, je le dirai aussitôt.
Macron semble faire des progrès. Sont-ce des progrès? Telle est la question.
© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire