mercredi 5 juillet 2017

Le Hezbollah appelle les chi’ites et l’Iran à la guerre contre Israël ©


Dans un discours marquant la journée d’al-Quds [Jérusalem], le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé d’ouvrir les frontières du Liban à des dizaines de milliers de combattants du Yémen, de l’Afghanistan, du Pakistan, de l’Iran et de l’Irak, lors de la prochaine guerre avec Israël.
En effet, Téhéran a reçu une invitation ouverte à combattre Israël avec la «Légion chiite» qui a été créée sous le commandement de Qassem Soleimani, commandant de la Force Quds, des gardiens de la révolution iranienne, qui se bat en Irak et en Syrie.

Israël a confirmé que l’Iran a construit des usines pour fabriquer des composants de roquettes au Liban. Les usines ont été construites à une profondeur de 50 mètres pour les protéger des attaques aériennes. Les industries militaires iraniennes au Liban sont destinées à fonctionner de manière autonome, indépendamment de la situation en Syrie et si l’Iran, vu les difficultés de transférer des missiles au Liban.Le journal libanais Al Nahar a rapporté que « le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a prévenu le Hezbollah qu’Israël étudie « sérieusement » la possibilité de « détruire ces usines d’armes iraniennes ».
L’écrivain, associé principal de recherche au Centre de Jérusalem, a été secrétaire militaire du Premier ministre et chef d’état-major du ministère israélien des Affaires étrangères. (Jerusalem Center for Public Affairs)
Beyrouth – Le député du « Hezbollah » Nawwaf al-Moussawi a créé un tollé au Liban quand il a menacé d’en appeler aux gardiens de la révolution iraniens si une nouvelle guerre éclatait avec Israël. Les réactions à ces remarques ont été limitées. Les membres du gouvernement, ont choisi de les ignorer.
Cela a été interprété comme leur démission. Le «Hezbollah» n’étant plus un acteur local, mais impliqué aussi aux décisions régionales et internationales. Mustafa Alloush du parti Mustaqbal est le seul à avoir exhorté le président Michel Aoun à se prononcer clairement sur cette question.
Moussawi a déclaré que des milliers de combattants de Syrie, du Yémen, de l’Irak, de l’Iran, du Pakistan, de l’Afghanistan, du Liban et de la Palestine étaient prêts à rejoindre les fronts libanais et syriens pour dissuader tout possible assaut israélien. « Le parti a le droit de rassembler ses alliés dans une bataille où l’ennemi rassemblera tous ses alliés. De même que nous avons combattu avec les gardiens de la révolution iraniens en Syrie et les unités de mobilisation populaire en Irak, nous nous battrons ensemble au Liban si l’ennemi nous a attaqués « , a-t-il poursuivi.
image: https://english.aawsat.com/wp-content/uploads/2017/06/MP-Nawwaf-al-Moussawi.-NNA-620x360.jpg
Hezbollah

Mario Aoun a déclaré qu’aucune hypothèse ne devrait pas être tirée de ces déclarations, « qui sont en fin de compte stratégiques plutôt que politiques ». Il a déclaré au journal Asharq Al-Awsat: « Nous aurions souhaité que de telles déclarations alarmantes soient évitées suite au dialogue qui a eu lieu récemment au palais présidentiel « .
(Moussawi aurait  proféré cet appel suite aux critiques israéliennes idrigées contre le dernier discours du chef Hassan Nasrallah « Hezbollah ».
Il a précisé que cette position du «Hezbollah» serait une réponse aux provocations israéliennes, et qu’il espérait que ces menaces ne se traduisent pas en actes.
Pour sa part, Alloush a remis en question l’absence de réaction officielle à cette déclaration de Moussawi en demandant: « Nous ne sommes peut-être pas capables de faire face au  » Hezbollah ‘avec des armes, mais ne pouvons-nous pas y répondre politiquement ? «  » Moussawi ne parle pas au nom du gouvernement ou du Liban, mais au nom de l’Iran « , a-t-il déclaré à Asharq Al-Awsat, ajoutant que ces remarques étaient une forme de «moquerie politique».
« Les combattants dont Nasrallah et Moussawi parlent, ne sont pas des fantômes, et ils ne peuvent se rendre au Liban qu’en traversant la frontière syrienne, qui est contrôlée par la Coalition internationale dirigée par les États-Unis », at-il expliqué. Le chef des forces libanaises Samir Geagea a déclaré que les déclarations «agressives» de Nasrallah contredisent l’atmosphère positive provoquée par l’approbation d’une nouvelle loi électorale parlementaire et de la réunion consultative au palais présidentiel.
Les sources politiques du camp du 14 mars ont demandé pourquoi le «Hezbollah» ne faisait qu’attiser le feu quelques mois seulement après l’arrivée au pouvoir du président, à commencer par le défilé militaire de Qusair et les critiques contre l’Arabie saoudite peu de temps après que le président s’y soit rendu.
Les sources ont déclaré à l’agence de presse Markazia du Liban: « La position de Nasrallah indique qu’il se voit toujours plus grand que l’Etat libanais. La politique de désassociation que le gouvernement a adoptée ne semble pas le concerner. Il se veut le seul à décider d’entrer en guerre ou de faire la paix, sans prendre en compte les intérêts du Liban ou les répercussions que pourraient avoir ses actions. »« Le nouveau mandat présidentiel est la première victime de ces pratiques.  Le président insiste sur le fait que ses principaux objectifs sont de restaurer la dignité perdue de l’État « , ont ajouté les sources. « Cela soulève des questions :  le  « Hezbollah » veut-il vraiment faire de la présidence de Michel Aoun un succès», ont-ils demandé.
Caroline Akoum Aawasat

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire