mercredi 1 février 2017

Ivanka Trump : assez juive pour le Rabbinat ?©



Ivanka s’est converti au judaïsme aux Etats-Unis par l’intermédiaire d’un rabbin orthodoxe. Mais le rabbinat israélien a la préséance de ne pas accepter de conversions venant de lui, au motif qu’il ne serait  «pas assez rigoureux » selon le Rabbinat qui a décrêté que : ‘La conversion d’Ivanka nécessite des contrôles supplémentaires ».

L’été dernier, les autorités religieuses israéliennes avaient rendu une décision mettant en doute la qualité de sa conversion au judaïsme. Mais depuis que son père a été élu président, ils ont changé de ton. Ce qui n’a pas manqué d’étonner les militants qui font pression depuis longtemps sur l’establishment rabbinique pour qu’il fasse preuve de plus de tolérance envers les convertis. 
La fille du président Donald Trump s’est convertie au judaïsme sous la houlette d’un célèbre rabbin orthodoxe à Manhattan avant son mariage en 2009 avec Jared Kushner, un juif observant.
Mais en juillet dernier, le tribunal rabbinique du gouvernement israélien a rejeté la légitimité d’une autre conversion accordée par le même rabbin. Bien que cela n’ait pas eu d’incidence directe sur Ivanka Trump, il importait de savoir si le puissant establishment religieux d’Israël allait la reconnaître comme juive. Ou pas.
Mais au début du mois de décembre, quelques semaines après la victoire électorale de Trump, les principaux rabbins d’Israël ont déclaré qu’ils allaient modifier les règles de reconnaissance des conversions effectuées à l’étranger, et ils ont choisi de commencer par… Ivanka Trump.
« Selon les nouvelles règles proposées … sa conversion sera certifiée sans avoir besoin de contrôles supplémentaires », a déclaré le rabbinat.
Les activistes israéliens sont convaincus qu’il s’agit d’une mesure opportuniste et que ce subit changement de politique semble être une opération de charme pour obtenir les faveurs du nouveau président des États-Unis. Le mari d’Ivanka Trump a été nommé conseiller principal de Trump et devrait se concentrer sur les efforts de paix israélo-palestiniens.
Un comité rabbinique israélien s’est déjà réuni à plusieurs reprises pour discuter de cette « nouvelle politique  » en matière de conversions, à un rythme plus intense que d’habitude, selon les activistes.
Le moment choisi pour une réforme est certainement suspect et probablement opportuniste, s’inquiète le rabbin Seth Farber, directeur de l’ITIM, une organisation qui représente les convertis qui cherchent à obtenir la reconnaissance de leur conversion par le rabbinat d’Israël.  « Ma plus grande crainte est que le rabbinat trouvera un moyen de trouver Mme Trump casher, reconnaîtra sa conversion, tout en ignorant les cas des milliers d’autres convertis auxquels ils refusent la certification, au motif qu’ils ne sont pas assez Juifs pour eux ».
« La Semaine juive », un journal new-yorkais, a cité une source anonyme liée à l’équipe de transition présidentielle de Trump, selon laquelle les hauts gradés avaient exprimé leur inquiétude concernant la légitimité de la conversion d’Ivanka Trump et que les efforts israéliens pour reconnaître sa conversion, favoriseraient des liens plus étroits entre la famille Trump et Israël.
Un porte-parole de Trump n’a pas adressé de demande de confirmation, et le Rabbi Levi Shemtov, un rabbin de Washington, qui est proche d’Ivanka Trump, a refusé de commenter.

Ivanka and family

Un porte-parole de l’un des principaux rabbins d’Israël a déclaré que les changements proposés seraient mis en place sur le long temps et ne sont pas une quelconque conséquence  directe de l’élection de Trump.
« Même avant Ivanka Trump, on en parlait », a déclaré le porte-parole du Rabbinat Pinchas Tennenbaum, ajoutant que l’attention des médias sur le sujet rendaient toute l’affaire encore plus problématique, « et nous prenons la question très à cœur. »
Dans la mesure où Ivanka Trump ne vit pas en Israël, pour elle, cette reconnaissance est pour elle d’une importance toute relative. Mais pour les convertis qui vivent en Israël, la décision du rabbinat affecte leur vie quotidienne. S’ils ne sont pas reconnus comme juifs, ils ne sont pas autorisés à se marier en Israël, et ils ne peuvent pas bénéficier d’une sépulture religieuse.
L’establishment orthodoxe israélien ne reconnaît pas les conversions effectuées par les courants libéraux et conservateurs du judaïsme, auxquels appartiennent la plupart des juifs américains. Et ils jugent lertains courants orthodoxes pas assez « casher ». Mais les fonctionnaires de l’immigration adoptent des directives plus tolérantes et permettent même aux réformistes et aux convertis conservateurs d’obtenir la citoyenneté en Israël en tant que juifs.
De nos jours, de nombreux Israéliens rejettent l’autorité du rabbinat, jugée trop rigide et obsolète. Beaucoup d’Israéliens choisissent pour leur mariage d’avoir recourt à des cérémonies civiles à l’étranger, afin d’éviter d’avoir à faire au rabbinat. D’un autre côté  de nombreux juifs ultra-orthodoxes rejettent la certification de cashrout du rabbinat, qu’ils jugent trop laxiste. Certains Israéliens perçoivent le rabbinat comme corrompu. L’ancien grand rabbin d’Israël, Yona Metzger, a été condamné à trois ans et demi de prison cette semaine, suite à des accusations de corruption. (NDLR Il aurait notamment grassement monnayé des conversions.)



« Le rabbinat est une institution fossile qui ne parvient pas à répondre aux besoins et aux défis contemporains « , a déclaré Nahum Barnea, chroniqueur du Yedioth Ahronoth. « La plupart des Israéliens considèrent la question de la validité de la conversion au judaïsme d’Ivanka Trump, ou pas, comme une blague. »
Dans le cadre de la réforme proposée, le rabbinat établirait un cahier des charges clair qui définirait quels seraient les rabbins à l’étranger qui seraient jugés aptes à effectuer des conversions. Ce qui viendrait en remplacement de  la pratique actuelle qui consiste traiter de la question au cas par cas, et à évaluer chaque converti individuellement.
Tous les juifs nés à l’étranger qui cherchent à se marier en Israël doivent bord pouvoir produire un certificat de judéité en bonne et due forme par le rabbinat, qui cherche à s’assurer qu’ils sont bien Juifs. Entre 2013 et 2015, quelque 5 000 personnes ont demandé au rabbinat de les reconnaître comme juifs, selon les chiffres du rabbinats.

Les critiques disent que les tribunaux rabbiniques israéliens refusent de reconnaître comme Juifs des dizaines de convertis chaque année, au motif que leurs conversions orthodoxes ne seraient pas assez strictes et, dans certains cas, remettent en question leurs motivations et leurs niveaux d’observance.
La question a atteint fait les manchettes, l’année dernière,quand un tribunal rabbinique israélien a refusé de reconnaître la conversion d’une américaine de 31 ans, Nicole Zeitler.
Tout en travaillant à New York, elle s’était convertie au judaïsme u terme d’une année et demie d’étude qui comprenait des leçons d’hébreu, un questionnaire hebdomadaire sur des sujets juifs et des réunions deux fois par semaine avec le rabbin Haskel Lookstein, rabbin phare de la communauté orthodoxe américaine et qui a également supervisé la conversion d’Ivanka Trump. » C’était très intensif » a déclaré Zeitler.Puis elle a fait son alya en Israël, s’est fiancée à un Israélien, mais un tribunal rabbinique lui a refusé le mariage, rejetant la conversion accordée par Lookstein.
Cette affaire a provoqué un tollé en Israël. Le président du parlement israélien et chef du parti travailliste d’Israël, qui connaît personnellement Lookstein, a demandé au rabbinat de reconsidérer sa décision. Finallement la cour suprême rabbinique a persuadé Zeitler de refaire une conversion en accéléré et de réciter une profession de foi spéciale, plutôt que de reconnaître la conversion de Lookstein.
« L’establishment rabbinique israélien est un établissement ultra-conservateur. Le rabbin Lookstein est considéré comme un rabbin orthodoxe plus ouvert », a déclaré Farber. « Il appuie là où ça fait mal de façon maladroite, ce qui provoque les autorités rabbiniques de la mauvaise façon. » Lookstein a refusé de commenter et a remercier Farber de ne pas parler en son nom.



Elad Kaplan, un avocat de ITIM qui a représenté Zeitler au tribunal rabbinique, estime que la promesse du rabbinat de résoudre la controverse qui règne au sujet des conversions est directement liée à l’élection de Trump.
« Ce serait certainement gênant pour l’état d’Israël et le rabbinat si la famille d’Ivanka Trump en visite en Israël n’était pas reconnue comme une famille juive par les autorités israéliennes officielles en Israël « , a déclaré Kaplan.
En ce qui concerne Zeitler, elle a reconnu que le fait que les  rabbins décident soudainement de changer les règles sur les conversions justement maintenant, c’était « un peu lourd ».
« D’autre part, je suis heureuse que Trump soit président, et si ça peut changer les choses dans le système, tant mieux « , a-t-elle dit. « De toutes façons c’est en général comme cela ça se  passe dans le monde, pour que les choses changent, non ? Quelqu’un de super célèbre et important doit être juif, et tout à coup les choses évoluent enfin dans le bon sens.
Associated Press sur YNET traduction JForum
http://jforum.fr/ivana-trump-est-elle-assez-juive-pour-le-rabbinat-disrael.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire