mardi 14 février 2017

Grosse déception : Theo n’a pas été victime de viol...Vidéo !.


L’heure est grave pour le Camp du bien : Théo, nouvel éphèbe à collusion rectale, n’a pas subi l’affront de la matraque impie dans le sanctuaire. On voit d’ici les pleureuses ranger leurs griffes et regagner leurs pénates.


Les premières conclusions de l'enquête de l'IGPN sur l'interpellation violente de Théo par quatre policiers à Aulnay-sous-Bois, jeudi dernier, privilégient la thèse de l'accident: "Il y a une blessure gravissime pendant cette intervention violente et musclée d'après l'IGPN. Mais néanmoins cette blessure relève d'un accident, c’est-à-dire qu'elle résulte, d'après les enquêteurs de l'IGPN, d'un coup de matraque porté dans le dos sans intention de causer une blessure à l'anus. Cela n'enlève rien à la gravité de la blessure", indique Cécile Danré, journaliste police-justice de BFMTV.

Pourtant, la bien-pensance n’a pas ménagé ses efforts pour ériger une statue à son nouveau héros. C’est peu dire qu’elle est mal récompensée.
Ce n’est pas faute, pour nos chers merdias, de nous avoir répété à longueur de temps que cette pauvre victime était un bouc émissaire de la haine aveugle et expiatoire des sales flics opposés au vivre-ensemble salvateur des chances pour la France.
Ce n’est pas faute, pour sa famille et ses soutiens, d’avoir témoigné en toute bonne foi et avoir exigé la pendaison en place publique pour ces traîtres au Droits de l’Homme, chiant allègrement sur la présomption d’innocence.
Ce n’est pas faute, pour les sociologues fraîchement spécialisés en chirurgie rectale, de nous bassiner avec les sempiternelles complaintes sur les pratiques scandaleuses de la racaille policière dans nos quartiers.
Ce n’est pas faute, pour nos politiciens adeptes de la repentance à dix étages, de nous seriner de belles formules culpabilisantes pour bien nous rappeler que le sort de Théo est bel et bien le résultat du racisme ordinaire, celui que vous tous, Français blancs, gardez au fond de vous comme Pandore le mal au fond de sa boîte noire. Et de demander l’expulsion des policiers plutôt que celle des clandestins.
Ce n’est pas faute, pour notre fromage coulant en chef, de s’être agenouillé au chevet de la nouvelle Blandine, piétinant au passage tous les policiers sur lesquelles la France Black Blanc Beur déverse chaque jour son flot ininterrompu d’amour et de tolérance.
Tous ces efforts, Sisyphe donne-nous ton courage, demeurent lettre morte. Gardons espoir : avec les flambées de violences qui s’abattent sur Aulnay, il reste une chance pour qu’un agent fracture l’ongle d’un sympathique militant thiersmondialiste. C’est que l’actualité est généreuse, bien plus que les gardiens de la paix et tout ce tas de Français racistes qui, ces dernières années, ont une fâcheuse tendance à se tenir tranquilles.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire