vendredi 3 février 2017

Geert Wilders au Parlement néerlandais : « Président Donald Trump, quel soulagement ! »

Les djihadistes sont parmi nous ! Bientôt dans nos rues !

Président Donald Trump ! Quel soulagement ! Quel soulagement en comparaison avec la dictature gauchiste de ces lâches leaders, obstinément aveugles, qui règne en Europe et ici aussi dans ce Parlement.

Si les migrants n’étaient pas venus chez nous, de nombreuses innocentes victimes du terrorisme islamique seraient toujours en vie

Il y a de quoi pleurer ! Je vous le dis, enfin l’Amérique a un président digne de ce nom, enfin un pays occidental a un président qui non seulement respecte ses promesses, mais déclare également que la sécurité de ses propres citoyens est et demeure sa principale préoccupation.
Je vous le dis, monsieur le ministre des Affaires étrangères, le président Trump a adopté une politique migratoire de loin bien plus efficace que celle votée par votre ministère depuis qu’il existe. Le Président Trump l’a fait !
Et je vous dis aussi : si nous, aux Pays-Bas et en Europe, avions eu le courage d’agir comme il le fait –notamment fermer les frontières aux migrants en provenance de pays comme la Syrie– alors ces gens, y compris les terroristes, ne seraient pas venus chez nous, et de nombreuses innocentes victimes du terrorisme islamique en Europe seraient toujours en vie aujourd’hui. (Sans oublier toutes les victimes quotidiennes d’agressions violentes de la part de certains réfugiés, qualifiées de «simples incidents même si certaines succombent à leurs blessures et d’autres restent à jamais traumatisées.)Alors, arrêtez vos larmes de crocodile. 

Mon conseil est le suivant : apprenez de Trump et arrêtez de vous dégonfler comme des lâches.

Bert Koenders, ministre des Affaires étrangères :

J’aimerais dire à Mr Wilders que ce qu’il propose est exactement ce qui n’est pas efficace dans la lutte contre le terrorisme, notamment la fameuse règle «diviser pour régner». A savoir :
  • S’assurer que les gens dans votre propre société n’aient plus de droits ;
  • Détourner le regard, quand il s’agit de respecter les droits humains ;
  • Veiller à ce que les Irakiens, aux côtés desquels nos soldats luttent actuellement contre l’EI, n’aient plus de droits ;
  • S’assurer que les pays dont ne sont pas originaires les terroristes soient également sur la liste des pays concernés par le décret d’interdiction.
Le chaos, lors de voyages en avion auquel nous assistons actuellement à travers le monde à cause du décret de Donald Trump ne contribue en rien à améliorer la sécurité de nos citoyens. Au contraire, il déchire les gens.
Je vais vous dire une chose, basée sur mon expérience de ministre des Affaires étrangères, appelé à voyager fréquemment au Moyen-Orient : si vous voulez combattre le terrorisme, la pire des choses que vous puissiez faire est de piétiner les droits humains, mener une politique de «diviser pour régner» contrôler les gens, qu’ils soient chrétiens, juifs ou musulmans, et négliger de voir ce qui peut vraiment nous protéger. Je m’adresse à vous, car nous sommes arrivés à un point crucial aux Pays-Bas et dans le monde et nous devons nous battre ensemble contre le terrorisme. Si nous échouons à le faire ensemble, mais excluons, alors je vous garantis que la lutte contre le terrorisme ne sera pas efficace et que votre prise de position sera celle, qui favorisera l’insécurité.

Geert Wilders :

Beaucoup de paroles, mais aucune substance. Ce que ce ministre, Mrs Merkel et le Premier ministre Rutte ont fait –et c’est écrit en grand sur leur front– c’est d’avoir ouvert toutes grandes nos frontières.
«Venez donc tous, même si vous avez un faux passeport ou si vous ne disposez pas de carte d’identité, venez !»
Et nous avons vu ce qui est arrivé.
Avec le flux de demandeurs d’asile, le tsunami de réfugiés, ce qui est déjà perturbateur en soi, des terroristes arrivent également de pays comme la Syrie, car vous étiez d’accord, car vous refusiez de les contrôler. Ces terroristes qui à travers l’Europe, de Paris à Berlin, ont assassiné des gens innocents.
Alors vous feriez mieux d’arrêter de parler de sécurité ! Arrêtez ! A cause des frontières ouvertes et la migration de gens en provenance de pays islamiques, des attaques terroristes ont été perpétrées en Europe. Arrêtez vos mensonges !

Bert Koenders :

Balivernes Mr Wilders, balivernes !
Vraiment, comment pouvez inventer un tel amalgame ?
Comme si le gouvernement néerlandais était responsable de ces attaques terroristes !
Ce sont les gens qui ont commis ces attaques qui en sont responsables. Ensuite, vous savez très bien, quand il s’agit de la politique d’accueil de réfugiés et du contre-terrorisme, vous mélangez tout, comme s’il n’y avait pas de contrôle, comme si la menace terroriste ne venait que de l’extérieur– souvent, des gens de notre propre société sont impliqués– et comme si le fait de bafouer les droits humains d’importantes minorités n’allait pas nous mener exactement à ce que nous voulons éviter, à savoir la radicalisation et la terreur. Vous prescrivez la mauvaise médecine. Cela ne fonctionnera pas et vous rendrez le pays encore moins sûr.
Bert Koenders, comme d’autres politiciens européens, préfère sacrifier ses compatriotes, mettre en péril leur sécurité, au nom des droits humains de gens venus d’ailleurs, dont les intentions ne sont pas toujours amicales, plutôt que de renoncer à la désastreuse politique migratoire imposée par l’UE.
Prenons l’exemple de l’Allemagne, dont la politique portes ouvertes d’Angela Merkel suscite l’admiration de ses pairs européens et celle d’Obama, le prix Nobel de la Paix.
L’attitude des dirigeants politiques allemands, Merkel en tête, est-elle en fait si louable ? Ces gens se soucient-ils vraiment de la sécurité de leurs concitoyens ? Pas du tout ! Ils mentent comme tous leurs collègues.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.
Source : Geert Wilders : debate in Dutch Parlament about Donald Trump (traduit et adapté par Rosaly)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A l’abri du déluge par Avraham Azoulay....

Il y a à peine un mois, on ne parlait que de rentrée, et on y croyait ! En fait c’était comme on dit, une « fake news » ! Le début c’es...