dimanche 1 janvier 2017

Voyage d'Estrosi en Israël : la subvention de la discorde......


Cristian Estrosi avait déjà essuyé une volée de critiques pour un voyage en Israël, durant lequel il a apporté son soutien au premier ministre Benjamin Netanyahu après la résolution de l'Onu condamnant la politique de colonisation.
Le président LR de la métropole niçoise a expliqué partir en Israël pour "témoigner son soutien" à Benyamin Netanyahou après le vote d'une résolution "dangereuse qui attaque la seule démocratie de la région". L'avant-veille, le Conseil de sécurité des Nations unies avait réclamé, pour la première fois depuis 1979, l'arrêt de la colonisation dans les territoires palestiniens.

50.000 euros de la région PACA au KKL

La polémique aurait pu s'arrêter là mais il s'avère que le président de la région PACA a aussi annoncé le versement d'une subvention de 50.000 euros à une organisation paragouvernementale qui soutient la colonisation des territoires occupés.
Avec le soutien de ma majorité régionale, une subvention de 50.000 euros sera versée au courant du premier trimestre au KKL par la région Provence-Alpes-Côte d'Azur pour contribuer au reboisement de la forêt détruite", a déclaré Christian Estrosi à Jérusalem.
Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
86 oliviers seront plantés à Jérusalem à l'initiative des autorités israéliennes en mémoire des 86 victimes de l' du 14 juillet
Or, le KKL (Keren Kayemeth Lesrael, ou Fonds national juif) se présente comme "le bras exécutif du peuple juif pour la rédemption et le développement de la terre d'Israël". Cette organisation est régulièrement critiquée pour son soutien à la colonisation...
Pour Christophe Castaner, chef de file socialiste lors des dernières régionales en Paca, il s'agit de "clientélisme pur" :
Non seulement le contribuable paie le déplacement mais on apprend qu'il engage la région pour acheter une clientèle", a-t-il dénoncé.
"Sans se prononcer sur le fond", Christophe Castaner regrette que Christian Estrosi "conteste l'existence de la Palestine" quand la France porte "la position de l'équilibre". La France et les États-Unis préconisent la solution des deux États, Israël et Palestine, vivant "côte à côte en paix et en sécurité".

En mars, Christian Estrosi s'était déjà inscrit en faux par rapport aux positions diplomatiques de la France et de ses partenaires, en recevant le maire de Yalta, ville de la péninsule ukrainienne de Crimée annexée par la Russie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Netanyahu à Bruxelles : Reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël « rend la paix possible »

BRUXELLES – En visite au siège de l’Union européenne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué lundi que la majorité des p...