jeudi 12 janvier 2017

"Le BDS ne parvient pas à peser sur Israël" (F. Encel à i24NEWS)


"Israël est rentré dans le top 20 des économies mondiales grâce au domaine de la high tech" a-t-il rappelé
Selon le géopolitologue Frederic Encel, le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) ne parvient pas à avoir de répercussion économique sur l'Etat hébreu malgré le recours de la lutte palestinienne vers les sociétés internationales.
Interrogé dans le Mag "Orient" sur les éventuelles pressions de la "solidarité mondiale avec la cause palestinienne", M. Encel a assuré qu'Israël demeure un acteur économique "incontournable grâce à son savoir-faire technologique."
"Israël est rentré dans le Top 20 des économies mondiales. Non pas sur une base rentière pétrolière ou gazière comme d'autres pays de la région [...] mais grâce au domaine de la high tech," a-t-il déclaré.
"En Asie, des pays comme l'Inde dépassent très largement les considérations politiques et diplomatiques et font beaucoup de business avec Israël dans le civil et dans le militaire," a-t-il ajouté.
D'après le professeur de relations internationales, "il n y a pas assez de solidarité et de puissances économiques concrètes parmi les pays arabes et l'Autorité palestinienne pour que ça puisse peser. Nous ne sommes plus dans les années 70 et 80", a-t-il lancé.
"Le monde arabe est fragmenté et même si l'AP détient des partenaires économiques importants comme le Brésil, ils ne peuvent pas aujourd'hui concrètement influer sur Israël," a-t-il expliqué.

Des effets psychologiques et politiques

Malgré l'absence d'effet économique, il existe des effets "politiques et psychologiques" dans plusieurs pays d'Occident comme la France où des campagnes ont eu lieu. Mais la justice des pays démocratiques estime que le boycott du BDS est illégal et par conséquent illégitime dans une démocratie," a-t-il rappelé.
L'ONG Monitor, l'organisation qui fournit des informations en langue française sur la pratique des ONG relative au traitement du conflit arabo-israélien, a fait part cette semaine du soutien du gouvernement français aux organisations non gouvernementales qui soutiennent des campagnes discriminatoires de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) contre Israël et qui ont des liens présumés avec des groupes terroristes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Netanyahu à Bruxelles : Reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël « rend la paix possible »

BRUXELLES – En visite au siège de l’Union européenne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué lundi que la majorité des p...