lundi 2 janvier 2017

Dégoût pour ce que la France devient PAR GUY MILLIÈRE....


Je vis désormais à dix mille kilomètres de la France, dans une grande ville de l’Ouest américain. C’est un choix.

J’ai eu un peu d’inquiétude en voyant qu’Hillary Clinton avait une chance d’être élue, mais mon inquiétude s’est vite dissipée. Etre dans le pays dont Donald Trump va être le President dans trois semaines me donne un sentiment d’espoir pour le futur du monde et me conforte dans ma décision.
Je ressens si peu le besoin de revenir vers la France que lorsque l’occasion m’en a été donnée au cours des derniers mois, je l’ai refusé l’occasion. Il faudrait désormais un cataclysme dans ma vie personnelle pour que je retourne en arrière. Je ressens si peu la nécessité d’avoir des nouvelles de France que je n’ai pris aucun des abonnements proposés à des chaînes de télévision françaises : regarder quelques minutes d’un journal télévisé français suffit à me donner la nausée.

Les journalistes encore dignes de ce nom en France en 2016 se comptent sur les doigts d’une main amputée de plusieurs doigts

J’ai visionné l’émission Enquête exclusive consacrée à Jérusalem : je l’ai trouvée répugnante, mais je n’ai pas été surpris.
La falsification de l’histoire est si omniprésente en France que la propagande a désormais totalement remplacé l’histoire dans des domaines tels que l’histoire d’Israël. Je ne pense même pas que les journalistes français qui ont réalisé l’émission sont malhonnêtes, je pense juste que ce sont des journalistes français en 2016. Les journalistes encore dignes de ce nom en France en 2016 se comptent sur les doigts d’une main amputée de plusieurs doigts. Les autres sont juste des journalistes français en 2016.
Parce que ces derniers jours, Obama et Kerry se sont conduits de manière particulièrement ignoble vis-à-vis d’Israël et que le sujet a empli les chaînes d’information américaines, et suscite l’indignation jusqu’au sein du parti démocrate, j’ai tenté d’observer comment le sujet était traité sur les chaînes d’information françaises : si je recevais al-Manar, la chaîne du Hezbollah au Liban, je pense qu’al-Manar serait moins biaisée et moins malhonnête, et j’exagère à peine.
Je me suis tourné vers la presse écrite française : pas un seul journal, pas un seul hebdomadaire, sinon partiellement Valeurs Actuelles, n’a été plus honnête que les chaînes d’information française. Les politiciens français qui ont fait entendre une voix différente ont eux-mêmes été extrêmement rares et ne comptent aucun candidat à l’élection présidentielle, où le choix qui s’offrira sera équivalent au tristement célèbre choix entre la peste et le choléra.
Devoir me dire que la chaîne de télévision américaine la plus à gauche, MSNBC, bien qu’elle profère des ignominies grotesques dignes de la télévision française, laisse passer davantage d’information que toutes les chaînes françaises réunies, et que le Washington Post, qui est devenu un véritable torchon sale, laisse lui-même passer davantage d’information que la quasi-totalité de la presse française prise comme un ensemble, pourrait me donner envie de rire ou de pleurer. J’ai tendance à en rire parce que je suis loin. Quand je pense aux Français non lobotomisés qui, eux, ne peuvent pas être loin, j’aurais plutôt envie de pleurer.
J’éprouve, en tout cas, un dégoût immense pour ce que la France devient.

J’ai voulu et je veux continuer à faire un travail intellectuel honnête ; c’est devenu impossible en France

J’ai voulu et je veux continuer à faire un travail intellectuel honnête ; c’est devenu impossible en France. J’ai voulu et je veux continuer à écrire des articles en langue française ; c’est devenu quasiment impossible en France. Dreuz est un site américain. J’écris en langue anglaise pour le Gatestone Institute. J’écris pour des sites et magazines israéliens. J’hésite à continuer à écrire des livres en langue française : je veux écrire des livres dignes de ce nom et ce sera, je le crains, bientôt impossible de publier des livres dignes de ce nom en France.
Jean-François Revel, dans les dernières années de sa vie était devenu un ami, et il partageait mes constats sur ces points. Quand il est mort, aucun hommage national ne lui a été rendu, et aucune émission de télévision ne lui a été consacrée, alors que des soirées entières sont consacrées à de parfaits crétins.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Parfois, des amis français me demandent si je vois des signes d’espoir, je dois leur dire que je n’en vois aucun.
Parfois, ils me demandent en supplément si ce qui se passe en France est évoqué aux Etats-Unis ; je leur réponds qu’on parle rarement aux Etats-Unis de petits pays qui s’enlisent dans la médiocrité et qu’hélas, la France est un petit pays qui s’enlise dans la médiocrité. J’ajoute que les rares fois où on parle de la France, c’est en général pour annoncer un cataclysme : un attentat, une décision abjecte ou inepte. Je précise que ce n’est pas étonnant, car toutes les nouvelles qui émanent de la France annoncent un cataclysme, un attentat, une décision abjecte ou inepte.
Les prochaines nouvelles émanant de la France viendront sans doute le 15 janvier. Il y a cinq cent mille morts en Syrie, l’Irak et la Libye sont à feu et à sang, le Yémen aussi, et j’en passe, mais la France a un pays dans son viseur, Israël, et entend organiser un procès politique d’Israël déguisé en conférence de paix, pour servir les intérêts de son principal allié, semble-t-il, Mahmoud Abbas, le dictateur terroriste chef de la bande d’assassins appelé Autorité Palestinienne.
La France en 2016 est vraiment un pays où il y a des dirigeants lucides, courageux, qui savent avec une lucidité pénétrante quels ennemis choisir, et quels grands personnages récompenser. La France entend faire plaisir à deux grands hommes d’Etat, Barack Obama et John Kerry, que la France couvre des concerts de louanges, et à un troisième grand homme selon la définition française contemporaine des grands hommes, Mahmoud Abbas. François Hollande va vraiment finir son mandat comme un Président français en 2016-2017.
S’il parle de l’intelligence de la France, je ne pourrai m’empêcher de songer à une plaisanterie que m’avait racontée un autre de mes amis disparus, Martin Anderson, principal conseiller de Ronald Reagan à la Maison Blanche.
Martin m’avait dit à peu près ceci :
« Un avion est en perdition au dessus de l’océan. il y a cinq passagers à bord : le Président de la Russie, le Président des Etats-Unis, le Président de la France, le Pape et un routard.
Il n’y a que quatre parachutes.
Le président de la Russie prend le premier parachute et saute, en disant, ‘si le Président américain et moi mourrons dans le même accident, une guerre mondiale peut survenir, je dois être sauvé pour que le monde reste stable’. 
Le Président américain prend le deuxième parachute, et saute. Il dit: ‘si le le Président russe est sauvé, et pas moi, le monde pensera que j’ai été tué par les Russes et une guerre mondiale surviendra, je dois moi aussi être sauvé’.
Le Président français prend le troisième parachute et saute, en clamant : ‘je suis le Président le plus intelligent du monde, et je viens d’un pays qui incarne l’intelligence du monde, je dois être sauvé’.
Le pape propose au routard le dernier parachute en disant qu’il est près de Dieu, et que son âme sera sauvée.
Le routard lui répond : ‘vous pouvez garder votre parachute, car le Président le plus intelligent du monde s’est trompé et et il a sauté avec mon sac de couchage. Il reste donc deux parachutes. Tout va bien’. »
Hollande est en train de sauter en parachute avec un sac de couchage. Une série de sacs de couchage est prête pour ses successeurs.
Parce que la présidence Trump va changer le monde, parce qu’elle va permettre à Israël, qui est, avec les Etats Unis, l’autre pays cher à mon coeur, et parce que, même si les journalistes et les politiciens français ne comprennent et ne comprendront pas, le changement du monde pourra peut-être épargner le pire à la France, je souhaite, malgré tout, une bonne année 2017 à ceux qui me lisent.
Le soleil se lève au moment où j’envoie ce texte. J’envoie donc peu ou prou pour conclure une vision qui est à peu près celle que j’ai de ma fenêtre en cet instant.
© Guy Millière pour Dreuz.info

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire