vendredi 16 décembre 2016

IsrActionDay : acheter pour contrer le boycott d’Israël© Vidéo !



IsrActionDay* est une campagne lancée par la Grande-Bretagne (collaboration des associations Sussex Friends of Israël et North West Friends of Israël) rejointe par les Etats-Unis (StandWithUs), destinée à lutter contre le boycott d’Israël. Son principe : acheter des produits israéliens et en faire don à des associations caritatives.




En France, deux associations ont rejoint la campagne : All With Us-Tous avec nous (à Toulouse) et IMPACT (à Paris).

Concrètement, voici les détails de l’opération.
« J’achète des produits non périssables israéliens pour des associations caritatives, je les dépose dans le caddie ISRACTION DAY dans les magasins participants :
Pour Toulouse : André KRIEF-2, avenue Georges Pompidou,
EDEN CASH-9 bis, Chemin du Prat Long,
MARKET 26-174 Chemin de Ramelet Moundi à Tournefeuille
Pour Paris : Franprix – 10 rue Custine
L’As du Falafel – 34 rue des rosiers
Carrefour Market – 3 rue pierre Demours
Hypercasher – 23 avenue de la porte de Vincennes

Ils seront récoltés ensuite le dimanche 18 décembre pour être distribués à des associations caritatives » (la Croix-Rouge, le Casit…)
Les responsables de ces deux associations, Alexandra Glanz pour IMPACT**, et Boaz Gasto pour All With Us*** ont bien voulu répondre à nos questions pour en savoir plus.
JFORUM : Alexandra Glanz, Boaz Gasto, dites-nous en plus sur vos associations.
Alexandra Glanz : L’association Impact s’est donné pour objectif de restituer une image d’Israël fidèle à la réalité, cette dernière étant régulièrement tronquée par les médias français. De promouvoir la culture israélienne et mettre en lumière toutes les facettes de la société israélienne, loin des clichés réducteurs et des polémiques stériles.
Nous avons organisé plusieurs actions en ce sens : on a organisé en janvier un concert devant l’Opéra pour réagir aux pressions d’associations anti-israéliennes, dont le B.D.S., qui l’invitaient à renoncer à la représentation de la Batsheva Dance Company,
Nous avons organisé en septembre à Paris une rencontre de boxeurs israéliens, juif et arabe, pour lutter contre le préjugé que Jérusalem serait cloisonnée. Également, une conférence à l’université d’Assas à laquelle étaient invités deux magistrats de la Cour suprême Israélienne, afin de montrer les contre-pouvoirs démocratiques.
Boaz Gasto : Je suis en effet Président de All With Us, mais également vice-président de la Licra Toulouse.
A All With Us, nous aimons Israël et nous souhaitons nous investir dans sa promotion et modifier la vision faussée que peuvent en avoir les gens en Europe : lutter contre la désinformation et rétablir la vérité sur les réalités de la démocratie israélienne
Des exemples de nos actions ? En 2014 année de notre création, nous avons emmené Latifa Ibn Ziaten en Israël afin qu’elle noue tous les contacts nécessaires pour effectuer de futurs voyages avec de jeunes écoliers. Le but est en effet de modifier la perception d’Israël au travers du regard des jeunes. En 2015, nous avons participé au projet Muza : nous avons sélectionné une jeune styliste française (la candidate retenue est issue du quartier défavorisé du Mirail à Toulouse). L’idée : faire découvrir les réalités de l’univers de la mode et d’Israël à 10 jeunes créateurs et bloggeurs du monde entier.
En 2016, nous avons également déposé et défendu un dossier sur le détournement de l’utilisation des fonds européens par l’autorité palestinienne à la Commission européenne à Bruxelles.
JF : Pourquoi avoir décidé de vous associer à la campagne IsrActionDay?
AG : IsrActionDay pourrait être renommé, « La journée internationale contre le Boycott ». En effet, c’est une action qui a lieu aux Etats Unis mais aussi aux Royaume Unis et depuis l’année dernière à Toulouse avec l’association All with Us.
Les américains ont toujours su militer de manière spectaculaire sans avoir peur des projets ambitieux. Ils savent faire le Buzz autour d’Israël, mais nous aussi les français nous en sommes capables.
De plus, cette année, ce projet a une plus grande résonance dans la mesure ou la France vient de voter l’étiquetage des produits israéliens. La France prétend lutter contre le BDS mais leur donne en même temps un code pour mieux savoir quel produit boycotter. De plus avec cette décision, la France montre ouvertement du doigt Israël.
Nous voulons lutter contre la désinformation sur Israël par des événements positifs, c’est pour cela qu’il était important pour nous de trouver un format amusant et festif. Une camionnette à l’effigie d’IsrActionDay se déplacera toute la journée sur Paris et s’arrêtera dans des lieux de rendez-vous précis. Le but est que le maximum de personnes se mobilisent dans ces super marchés non casher et achètent le maximum de produits israéliens. Ces produits seront alors reversés au resto du cœur. Les lieux de rendez-vous sont sur l’event****.
BG : Il s’agit de la deuxième année en France pour cette campagne. Et donc pour nous.
Nous avons été contactés l’an dernier par la Sussex Friends of Israël suite à nos différentes actions.
L’an dernier, notre action s’est uniquement déroulée sur Toulouse, et nous avons travaillé avec la communauté libérale de Toulouse. Il y avait un problème de timing, car nous avons pris « le train en marche ». Malgré tout, la campagne a nous a permis de recueillir plus de 2 000 euros. Nous avons privilégié le CASIT, qui, cette année, s’est beaucoup investi avec nous au niveau de la campagne et de la logistique.
L’idée de l’IsrActionDay a tout de suite séduit les gens, et cette année nous pouvons dire qu’à Toulouse beaucoup de monde se mobilise et se sent concerné. N’oublions pas qu’au mois d’octobre s’est déroulé le procès BDS à Toulouse et que ce groupuscule est très virulent en région toulousaine.
D’autre part la communauté a été traumatisée par l’affaire Ozar Hatorah et elle reste très solidaire avec Israël.
JF : Quels sont vos autres projets ?
AG : IMPACT prépare de nombreux projets afin de lutter contre les préjugés sur Israël, dans la lignée de la venue des Boxeurs de Jérusalem ou la conférence sur la Cour suprême Israélienne. Il nous reste beaucoup de thèmes à aborder, les prochains événements tourneront autour de la liberté d’expression, principe fondamental de la démocratie ou encore l’éducation pilier d’un état.
Par ailleurs, le projet que nous avons lancé il y a plusieurs mois et qui nous tient à cœur, le voyage d’une délégation des syndicats étudiants en Israël, pour leur permettre d’appréhender la réalité de ce pays est plus que jamais d’actualité. La délégation est formée de futurs leaders avec qui on a travaillé tout au long de l’année, et que nous avons pris de soin de sélectionner dans tous les registres politiques, exemple eu sein de l’Université de Paris VIII, connue pour…son manque de chaleur envers Israël, et le programme est extraordinaire. Mais nous sommes toujours bloqués par le manque de fonds :  40 000 euros et on décolle.
BG : Nous avons d’autres projets en cours, notamment des voyages avec certains groupes spécifiques ou des personnalités, mais nous ne souhaitons pas communiquer sur ce point pour le moment. Nous avons l’habitude de communiquer sur nos actions quand elles sont bien enclenchées car les gens sont souvent pris à parti ou attaqués parce qu’ils décident de dire la vérité sur les réalités de la démocratie israélienne.
Revenir à Bruxelles, aussi, afin d’exiger une totale transparence de l’utilisation des fonds par l’Autorité Palestinienne. Grâce à notre action, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont arrêté les virements. Mais on n’arrive pas à en parler en France.
Nous avons interpellé les députés de tous bords, mais aucun n’a répondu.
C’est pareil pour la presse française.
Cette action est importante au moment où la France et l’Europe se battent contre le terrorisme, ce qui est devenu une priorité.
                                                                       Solange Hendi
*http://www.israction.org/
http://jforum.fr/isractionday-acheter-pour-lutter-contre-le-boycott-disrael-interview.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...