vendredi 11 novembre 2016

« Mort à l’Amérique, mort à Israël ! » à la COP22 au Maroc où un drapeau israélien a été brûlé....

Le drapeau israélien au milieu des autres à la COP22 à Marrakesh Le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP / FADEL SENNA)

« Le Maroc, et c’est connu, est le premier défenseur de la cause palestinienne, » a déclaré le chef de la diplomatie marocaine...


La présence du drapeau israélien sur le site de la conférence internationale sur le climat à Marrakech a suscité des critiques au Maroc, rejetées par les organisateurs marocains de la COP22 comme de « l’exploitation politicienne ».

Mercredi, entre 200 et 300 personnes ont manifesté devant le Parlement à Rabat pour dénoncer la présence du drapeau israélien aux côtés des 196 autres États membres de la Convention sur le climat, sur le site de la COP22 qui s’est ouverte lundi à Marrakech.

« Mort à l’Amérique, mort à Israël ! », ont scandé les manifestants, qui ont brûlé un drapeau israélien.
« Le drapeau israélien à la COP22, c’est une reconnaissance symbolique par le Maroc de l’Etat d’Israël, c’est inacceptable », a dénoncé un manifestant, interrogé par l’AFP.
Plusieurs associations pro-palestiniennes étaient présentes à ce rassemblement, organisé par le « Groupe d’action nationale pour le soutien de la Palestine ».
En début de semaine, un communiqué de ce même collectif avait été relayé sur les réseaux sociaux et dans la presse locale, poussant les autorités marocaines à réagir.
Au cours d’une conférence de presse mardi, le ministre des Affaires étrangères, également président de la COP22, Salaheddine Mezouar, a rappelé que « toutes les réunions des Nations unies à travers le monde accueillent toutes les nations ».
Un juif se promenant dans les allées de la COP 22 à Marrakech, le 8 novembre 2016 (Crédit :  AFP/Fadel Senna)
Un juif se promenant dans les allées de la COP 22 à Marrakech, le 8 novembre 2016 (Crédit : AFP/Fadel Senna)
« Le combat du changement climatique est planétaire, (…) c’est un combat qui nécessite l’engagement de tous les gouvernements », a souligné M. Mezzouar.
« Le Maroc a défendu, a porté à bras-le-corps l’entrée de la Palestine en tant que membre observateur au sein des Nations unies. Donc, Le Maroc, et c’est connu, est le premier défenseur de la cause palestinienne », a-t-il assuré.
« Le Maroc n’a de leçon à recevoir de personne sur son engagement constant pour dénoncer et combattre les positions inacceptables d’Israël », a ajouté M. Mezzouar.
« Le Maroc abrite l’évènement (la COP22, ndlr). Le Maroc se conforme aux règles des Nations unies. Il n’y a pas de politique dans ces questions-là. (…) Le combat est ailleurs aujourd’hui, et il concerne un combat pour le climat », a plaidé le président de la conférence.
« Il ne faut pas faire de l’exploitation politicienne », a-t-il regretté, appelant à « respecter l’état d’esprit qui règne aujourd’hui dans cette lutte en faveur du climat et l’ambition portée par cette COP22 ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire