samedi 26 novembre 2016

Fidel Castro, mort du «Comandante» Par Gérard Thomas !


Le leader cubain qui avait cédé le pouvoir à son frère en 2008 après avoir dirigé l'île pendant un demi-siècle est mort vendredi à La Havane.

Bête noire de onze présidents américains –  d’Eisenhower à Obama  – et porte-drapeau des luttes anti-impérialistes du siècle dernier, Fidel Castro s’est éteint vendredi à La Havane, terrassé par une maladie qui l’avait contraint à céder le pouvoir à son frère Raúl en février 2008 après quarante-neuf ans de règne sans partage sur l’île.
Le 13 août dernier, pour son 90e anniversaire, il était réapparu en public pour la première fois en quatre mois après avoir critiqué par écrit les Etats-Unis, l’ancien ennemi de la Guerre froide avec lequel Cuba est en plein rapprochement.
 Hérault du tiers-monde dans la deuxième moitié du XXe siècle, ce dernier dinosaure du socialisme était de la trempe des Nasser et des Nehru. Il restera un symbole pour les pays du Sud, Amérique latine en tête. En hommage à son action pour les luttes de libération, il avait été élu à la présidence du sommet des Non-Alignés à La Havane en septembre 2006.

Des jésuites aux factions révolutionnaires

Fidel Castro est né le 13 août 1926 près de Biran (province d’Oriente, au­jourd’hui province de Holguín) au sein d’une famille aisée de la bourgeoisie locale. Son père, Angel, est un riche planteur de canne à sucre émigré de Galice (Espagne) qui a fait fortune grâce au commerceavec les Américains. «Il graissait la patte des autorités pour obtenir des passe-droits, se souvenait le "Líder máximo". Il invitait les élus locaux, ouvrait les portes de l’armoire du salon et en sortait des enveloppes bourrées de billets qu’il leur distribuait  !»
Le reste du temps, Angel Castro trompe sa femme et collectionne les aventures. La mère de Fidel, Lina Ruz, est l’ancienne servante créole de la famille qui lui a déjà donné deux enfants illégitimes, Angela et Ramon. Le couple aura par la suite trois autres descendants  : Juanita, Raúl (qui deviendra le protégé de Fidel et son inséparable compagnon d’armes) et Augustina. Jusqu’à son baptême en 1935 et sa reconnaissance officielle par Angel, Fidel gardera le nom de sa mère.
Son père l’envoie en pension chez les jésuites, où il accomplira toute sa scolarité, d’abord en primaire au collège La Salle de Santiago de Cuba, puis en secondaire au collège catholique Bélen de La Havane. C’est là, au cours d’un tournoi de basket-ball contre le collège protestant La Progresiva qu’il tombe amoureux de Mirta Díaz-Balart, alors âgée de 15 ans. En 1943, Fidel Castro s’inscrit à la faculté de droit de La Havane, devient président de la Fédération des étudiants et s’engage progressivement dans l’idéologie révolutionnaire. Avec ses amis de l’Union insurrectionnelle révolutionnaire (UIR), il fait régulièrement le coup de feu contre une autre organisation terroriste étudiante, le Mouvement socialiste révolutionnaire (MSR). Les règlements de compte entre les deux factions ensanglantent les rues de La Havane. «C’était une période beaucoup plus dangereuse que toutes mes années passées à préparer et à faire la révolution», confiera-t-il plus tard.

Les noces américaines

En 1947, à la tête d’un corps expéditionnaire, il tente même de renverser le dictateur Rafael Trujillo en République dominicaine. L’opération est un échec. Mirta attend sagement son révolutionnaire d’amant à La Havane. Leur ­mariage est finalement prononcé le 10 octobre 1948 lors d’une cérémonie religieuse en l’église de Banes, le village des Díaz-Balart situé à quelques kilomètres de Biran. Les époux entament alors un long voyage de noce aux Etats-Unis. Miami d’abord, New York ensuite. Castro est conquis par l’Amérique triomphante de l’après-guerre  : il envisage même sérieusement de s’y installer. Le couple finit par rentrer à La Havane au bout de trois mois de lune de miel. Fidelito, le seul fils que Fidel Castro reconnaîtra officiellement, naît quelques mois plus tard.
Fidel boucle sa dernière année d’études et ouvre, en 1950, un cabinet d’avocat «pour défendre les déshérités». L’entreprise périclite car, si les clients existent bien, ils sont trop désargentés pour engager des procédures. D’ailleurs, le goût de la politique dévore Castro. Il devient membre du Parti du peuple cubain (dit Parti orthodoxe, qui se réclame du poète José Martí, un jacobin socialiste héros de l’indépendance) et se présente aux élections parlementaires de 1952. Mais le scrutin est annulé par le coup d’Etat du colonel Fulgencio Batista, le 10 mars 1952.
Après le coup d’Etat, l’avocat Fidel Castro tente un recours devant la Cour constitutionnelle, qui le rejette. Il se lance aussitôt dans l’action directe pour lutter contre la dictature. D’autant que la répression est féroce. Les opposants à Batista sont traqués, arrêtés, assassinés ou déportés. Cuba devient rapidement le bordel des Etats-Unis  : mafia, jeux, corruption prostitution, casinos, drogue… L’économie cubaine, dans son ensemble, est entre les mains des entreprises et des banques nord-américaines. Plus de 500  000 Cubains sont au chômage.
Pendant de longs mois, les Castro vi­votent aux crochets du père de Fidel, qui les soutient financièrement. On leur coupe régulièrement l’électricité pour non-paiement des factures (la Compagnie d’électricité, à capitaux américains, sera dans les toutes premières à être nationalisée après la révolution). Ce qui n’empêche pas Fidel Castro d’investir ses maigres économies dans… la collection des discours et articles de Benito Mussolini.

Le pénitencier de l’île des Pins

En compagnie de son frère Raúl, Fidel Castro et quelque 150 jeunes révolutionnaires déclenchent l’offensive armée contre la tyrannie de Batista le 26 juillet 1953 en prenant d’assaut la caserne de la Moncada à Santiago de Cuba. La tentative d’insurrection est réprimée dans le sang. Fidel et Raúl échappent au massacre, mais sont arrêtés. Le Parti communiste cubain, qui n’a aucune attirance pour les actions menées par ces jeunes activistes, dénonce l’entreprise de «petits-bourgeois aventuristes». Lors de son procès, le 16 octobre de la même année, Fidel Castro prononce lui-même sa plaidoirie, restée célèbre sous le nom de «L’histoire m’absoudra». Les deux frères sont condamnés à quinze ans d’emprisonnement et sont déportés au pénitencier de l’île des Pins. Mais Fidel Castro et ses idées commencent à gagner la sympathie de larges secteurs de la population.
Pendant la détention de son mari, Mirta découvre abruptement sa vie sentimentale cachée. En effet, Fidel entretient depuis plusieurs années une liaison secrète avec Naty Revuelta, une superbe blonde aux yeux verts, secrétaire exécutive de la Standard Oil Company à La Havane. De sa cellule, Castro écrit des lettres d’amour à Mirta et à Naty. Sournoisement, les responsables de la prison échangent un jour les courriers, faisant parvenir à la femme légitime la lettre destinée à la maîtresse et vice-versa. Mirta entame immédiatement une procédure de divorce. Elle se remarie par la suite avec Emilio Blanco Nunez, fils du représentant du dictateur Batista à l’Onu, avec qui elle aura deux filles. Naty, elle, donnera le jour à Alina, la seule fille de Castro, longtemps top-model à Cuba avant de stigmatiser la «tyrannie de son père» et de s’exiler en 1993 aux Etats-Unis. Quant à Fidel Castro, amnistié et libéré avec son frère en 1955, il se vengera après la révolution en faisant exécuter le directeur du pénitencier. Sa deuxième compagne officielle, l’institutrice Dalia Soto del Valle, lui donnera cinq autres fils. En tout, Castro aurait au moins huit descendants.
Désormais privé du soutien paternel, honni par sa belle-famille et inquiété par les sbires de Batista, Fidel Castro s’exile au Mexique en juillet 1955. Entouré d’une poignée de fidèles, il fonde à Mexico le Mouvement du 26-Juillet. Un jeune médecin argentin révolutionnaire, Ernesto «Che» Guevara, se joint à eux.

La révolution en barque

Le 25 novembre 1956, la révolution cubaine est lancée sur la rive droite du fleuve Tuxpan, près du golfe du Mexique, à quelque 300 kilomètres à l’est de Mexico. 82 hommes prennent la mer en direction de Cuba sur une petite embarcation en mauvais état, Granma, achetée par le Mouvement du 26-Juillet. «Il y avait tellement peu de place à bord qu’on a été obligé de laisser à terre les plus gros et les plus grands d’entre nous», raconte Castro. Les barbudos, ces guérilleros barbus et vêtus d’uniformes vert olive qui tendent des embuscades aux agents du pouvoir en place, deviennent rapidement populaires. La dictature de Fulgencio Batista s’écroule en janvier 1959.
Les transformations de la société cubaine n’inquiètent pas les principales puissances mondiales, Etats-Unis en tête, qui s’empressent de reconnaître le nouveau gouvernement.
Dès le mois d’avril, Fidel Castro entreprend un voyage officiel aux Etats-Unis pour expliquer qu’il «n’est pas communiste», et pour négocier au meilleur prix la récolte de sucre cubain. Mais Washington refuse de fixer le prix du sucre pour la saison. Castro s’énerve. «Nous le vendrons ailleurs», menace-t-il. En février 1960, l’URSS passe un premier accord avec Cuba pour acheter son sucre en échange de pétrole. Huit mois plus tard, les Etats-Unis décrètent un embargo total sur le commerce avec Cuba.

De la crise des missiles au pied de nez tiers-mondiste

En janvier 1961, les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues. En avril, John F. Kennedy, le premier des onze présidents américains que Castro verra défiler, fait débarquer des anticastristes dans la baie des Cochons. Leur défaite est cuisante et Castro devient le porte-drapeau des anti-impérialistes. En pleine guerre froide, le russe Nikita Khrouchtchev en fait son poulain et installe des missiles soviétiques en territoire cubain. Kennedy mobilise immédiatement 150 000 réservistes, organise le blocus naval de Cuba et lance un ultimatum à Moscou. Dans un premier temps, Khrouchtchev refuse d’obéir. Il finit cependant par obtempérer le 28 octobre, contre l’engagement américain de ne pas attaquer l’île. Castro tire ombrage de cet accord conclu entre les deux «grands» sans qu’il n’eût été consulté.
Dans un magistral pied de nez à Washington comme à Moscou, Cuba se lance alors dans le soutien aux guérillas tiers-mondiste  : Angola, Ethiopie, Guatemala, Salvador, Nicaragua… les conseillers et les combattants cubains sont de tous les fronts. Fidel Castro rengainera progressivement sa kalachnikov après l’exécution par l’armée bolivienne d’Ernesto Guevara, le 9 octobre 1967.
La dramatique situation économique du pays pousse définitivement Cuba dans les bras de l’Union soviétique au début des années 70. La Havane devient dépendante à plus de 80% du commerce avec Moscou. L’éclatement de l’URSS, en 1991, provoque à nouveau une terrible crise économique qui oblige Fidel Castro à faire de timides concessions au capitalisme jusqu’à ce qu’il trouve un nouvel allié économique en la personne du président vénézuélien, Hugo Chávez.

L’arsenal des régimes totalitaires

Les années Castro sont marquées par d’incessantes violations des droits de l’homme perpétrées par le régime  : dénonciations, détentions arbitraires, longues peines d’emprisonnement, persécution des opposants, fermetures de librairies, chasse aux homosexuels, purges, disgrâces et privations des libertés fondamentales. Tout l’arsenal des régimes totalitaires est mis en œuvre pour éviter les débordements. De nombreux compagnons de Fidel Castro –  ceux de la clandestinité, de la lutte armée dans la Sierra Maestra et des premiers mois de la révolution  – ont même souvent fait les frais de la répression pour avoir osé le critiquer. Etranglé par le blocus américain, Cuba a cependant mis en place des politiques d’éducation et de santé performantes et les Cubains restent généralement fiers de n’avoir pas plié l’échine face à leur grand voisin.
C’est d’ailleurs sur la scène internationale que Fidel Castro, uniforme de commandant, barbe en bataille et baskets aux pieds, a capitalisé la sympathie. Jusqu’au déclenchement, en 2006, de la maladie qui a eu raison de lui, il était devenu l’hôte de marque impromptu des forums internationaux. Son arrivée, dans une bousculade de photographes et de cameramen, et ses légendaires prestations au micro constituaient un gage de succès pour la manifestation.
Du sommet ibérico-américain de Madrid en 1992 (son premier voyage officiel en Europe occidentale) au sommet de l’alimentation (Rome, 1996), en passant par la réunion de l’Organisation mondiale de la santé (Genève, 1998) ou le sommet du millénaire de l’Organisation des Nations unies (New York, 2000), inviter Fidel Castro était devenu une sorte de mode, un pied-de-nez à l’omnipotence des Etats-Unis.
Gérard Thomas

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Miracle de Hanoucca : une antique menorah gravée sur une dalle de pierre découverte dans une mosquée de Tibériade...Vidéo !

Un chandelier à sept branches (ménorah), symbole antique du peuple juif, gravé sur une dalle de pierre a été découvert dans une mosquée...