vendredi 14 octobre 2016

Les milices iraniennes creusent leur sillon vers la Méditerranée ©


Les milices supplétives de l’Iran percent un couloir de terres vers la Méditerranée, selon un rapport. 

Shiite militias in Iraq receive backing from Iran. Photo: Ali al-Saadi/AFP
Les Milices chiites en Irak reçoivent tout le soutien nécessaire de la part de l’Iran. Photo: Ali al-Saadi/AFP

ERBIL, Région du Kurdistan  –Les milices supplétives appuyées par l’Iran en Irak progressent dans la création d’un couloir terrestre s’étendant depuis la frontière iranienne vers la Syrie et, au bout du compte, vers la Mer Méditerranée, selon un reportage récemment paru dans un média.
« Après 12 ans de conflit en Irak et un conflit encore plus sauvage en Syrie, l’Iran est, à présent, plus près que jamais de parvenir à sécuriser un couloir terrestre qui l’ancrera dans la région – et transformera potentiellement la présence de la République Islamiste sur les territoires arabes », écrit le correspondant au Moyen-Oirent du journal The Guardian, Martin Chulov, samedi 8 octobre.
Chulov cite un responsable européen réputé sur cette question, qui a expliqué que ce but ultime est, àla fois, un sujet de fierté et de pragmatisme pour Téhéran.
3500
« Ils seront capables de déplacer les peuples et l’approvisionnement qui leur est nécessaire, entre la Méditerranée et Téhéran, dès qu’ils le décideront », dit ce spécialiste, « et ils pourront le faire le long de routes sécurisées par leurs hommes qu’ils y auront positionnés ou des supplétifs obéissants ».
Ce reportage affirme que ce couloir de conquête s’étend de la frontière iranienne à travers toute la province irakienne de Diyala ; son dernier ajout est la ville de Shargat, récemment prise aux djihadistes de l’Etat Islamique (Daesh) par les forces irakiennes appuyées par les milices chiites, bras armé de l’Iran.
Dans la partie ouest de l’Irak, le reportage affirme que les routes iraniennes courent à travers le territoire kurde de Syrie (Rojava), =où il subsiste de petites enclaves contrôlées par le régime syrien, vers la région d’Alep. Si les sbires de l’Iran arrachent un solide pied à terre dans cette région, ils pourront aller plus loin sur le territoire syrien à travers la Province d’Homs avant, de rejoindre, en définitive, leur destination finale, le Port Syrien de Latakia, un sanctuaire sûr de son allié le régime syrien.
« La Turquie s’est tout particulièrement opposée à cette poussée, craignant par-dessus tout ce qu’une telle évolution signifie pour les relations entre l’Iran et le PKK (le Parti des Travailleurs du Kurdistan), les Kurdes les plus rebelles en son sein, sur lesquels reposent l’essentiel de ce plan », souligne le reportage.
Ce plan complexe est, selon ce reportage, coordonné par les responsables de la sécurité et du gouvernement à Téhéran, Bagdad et Damas et supervisé par le fameux Général Qassem Soleimani, du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI) qui planifie toutes les opérations des supplétifs soutenus par l’Iran, à la fois en Irak et Syrie.
4669
Soleimani s’est rendu en visite auprès des forces supplétives de l’Iran, aussi bien en Syrie qu’en Irak, en plusieurs occasions, depuis que ces deux conflits ont été déclenchés.
6a01156fb0b420970c01b8d06d0a1e970c
Le reportage ajoute que ce plan « repose lourdement sur le soutien apporté par toute une gamme d’alliés, qui ne sont pas forcément au courant de la globalité du projet, mais ont développé un intérêt commun à sécuriser des parties différentes de territoires ».
En août, un commandant des Gardiens de la Révolution dirigeant les forces iraniennes en Syrie, le Général Mohammed Ali Falaki, a affirmé que l’Iran bâtissait des groupes de milices en Irak et en Syrie, à partir de nombreuses recrues afghanes et pakistanaises. 
L’Iran « a créé une armée chiite de Libération en Syrie sous la férule de Qassem Soleimani », se vantait Falaki sur Mashregh News, un organe de presse dirigé par les Gardiens de la Révolution Iranienne.
“« Cette armée combat désormais sur trois fronts en Irak, en Syrie et au Yémen », déclarait le Général Falaki,[en exposant un plan apocalyptique devant s’achever par l’éradication d’Israël.] 
Par Rudaw l

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Autriche: le vainqueur des législatives exige un engagement contre l'antisémitisme....Vidéo !

Une organisation a listé pas moins de 60 dérapages antisémites et xénophobes imputables à des cadres du FPÖ Le jeune conservateur...