dimanche 23 octobre 2016

La directrice de l’Unesco réagit à la décision du ministre israélien de l’Education Nationale...


La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a adressé une lettre au ministre de l’Education israélien Naftali Benett. Elle comptait réagir à sa décision de suspendre les relations entre Israël et l’organisation culturelle de l’Onu suite à l’adoption d’une résolution scandaleuse niant les liens pourtant évidents entre le peuple juif et le Mont du Temple.

Dans sa missive, Mme Bokova indique qu’elle croit au lien datant de 3 500 ans entre le peuple juif et la terre d’Israël et s’engage à œuvrer contre tout action antisémite et anti-israélienne au sein de son organisation.
Elle précise en outre qu’elle n’approuve pas la résolution qui a été votée et souligne son devoir et celui des Etats membres d’agir « par des moyens promouvant le dialogue et la paix’. Elle cite pour exemple une exposition organisée en partenariat avec l’Unesco et présentée dans le monde entier sur le thème suivant : ‘3 500 ans de liens entre le Peuple juif et la Terre Sainte’.
Elle poursuit: “Le patrimoine de Jérusalem ne peut être soumis à la moindre contestation, et chaque communauté a droit à une reconnaissance claire de son histoire et de son lien avec la ville. Je suis fermement convaincue que la négation ou la dissimulation de la tradition juive, chrétienne ou musulmane porte atteinte à l’intégrité du site et aux raisons fondamentales qui ont fait de cet endroit l’un des lieux du patrimoine mondial ».
Elle affirme ensuite : « Je prends l’engagement formel d’agir par des moyens divers contre toutes les formes d’antisémitisme, y compris celui qui présente l’histoire et la culture de façon incomplète ou erronée ou qui cherche à œuvrer contre l’existence de l’Etat d’Israël’.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire