samedi 22 octobre 2016

Irak : un milicien nous raconte la bataille pour libérer Qaraqosh la chrétienne....


REPORTAGE - Notre journaliste Thierry Oberlé se trouve aux portes de la plus grande ville chrétienne d'Irak. L'armée y est entrée ce samedi matin.
De notre envoyé spécial en Irak
La 9e division de l'armé irakienne est entrée ce samedi matin dans Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak occupée depuis août 2014 par le goupe Etat islamique. Les djihadistes avaient placé une ligne de défense à environ 50 mètres devant les premières maisons. Elles ont été percées par les blindés irakiens tandis que des pelleteuses ouvraient quatre passages. Des unités ont ainsi atteint le centre de la ville située à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Mossoul.
Les fantassins se sont ensuite rapidement déployés, accompagnés de guides locaux issus des rangs des NPU, les unités de protection de la plaine de la Ninive, une milice d'autodéfense chrétienne. Les membres de cette dernière ont rejoint le front en colonne.
Ces dernières heures, les combats ont été violents tant dans Qaraqosh, que dans les bourgades environnantes. Les djihadistes ont lancé des opéations suicides à l'aide de voitures piégées ou à moto. Ils ont également tiré de nombreux obus de mortier. Ce samedi matin, le ciel était obscurci par les fumées des explosions.
Un membre des NPU prénommé Nibras et âgé de 33 ans a pénétré à l'intérieur de la ville. Il nous raconte:
«J'ai accompagné une patrouille irakienne, nous sommes entrés dans le quartier nord, le quartier militaire. Nous avons pénétré dans la première maison, nous avons découvert un tunnel qui semblait vide, mais par précaution, nous y avons quand même jeté une grenade. Les maisons suivantes étaient à l'abandon. Nous avons alors continué à avancer quand nous avons été pris sous un tir de mortier. 
Un des soldats irakiens a été tué, le 2e a perdu une jambe, et un 3e a été blessé à l'épaule. Moi, je suis touché à la cheville. J'espérais pouvoir remonter jusqu'à ma maison qui se trouvait 300 mètres plus loin mais je n'ai pas pu. Je ne sais pas dans quel état elle se trouve. Ce qui est dur, ce sont les kamikazes: ils peuvent surgir de n'importe où. Il y a aussi beaucoup de mines. Nous avons écrit sur les murs des maisons où nous avions repéré des gensins explosifs piégés. Ils sont placés sur les portes de façon à exploser dès qu'on les ouvre. Enfin, j'ai pu voir les églises, et elles sont toutes debouts.»
Il pourrait y avoir encore 200 combattants djihadistes à Qaraqosh, selon un militaire américain cité par l'agence Reuters. La ville a été vidée de sa population dès sa prise par l'Ei.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Netanyahu à Bruxelles : Reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël « rend la paix possible »

BRUXELLES – En visite au siège de l’Union européenne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué lundi que la majorité des p...