lundi 1 août 2016

Pokemon Go et le Juif errant.....


La réalité augmentée nous donne une leçon ! A nos consciences…


Soudain, durant une agréable promenade, un groupe d’adolescents en furie, armés de leurs Smartphones, convergent vers un immeuble de bureaux ou vers un parc. A la recherche de Pokemon, monstres cachés qu’ils doivent capturer. A la surprise succède la stupeur ou l’engouement. Le jeu à réalité augmentée Pokemon Go a déferlé sur le monde. Partout, on recherche les monstres à pédigrée différent afin de gagner la partie.
Ce jeu à « réalité augmentée » est passionnant car il est fait converger le monde fictif du jeu et notre monde réel. Notre environnement est littéralement transformé en plate-forme interactive et nous pousse au cœur de l'action, en projetant sur nos écrans des monstres que l'œil nu ne peut pas voir. Avec un peu de chance, on peut même apercevoir des Pikachu. Une banale flânerie devient une aventure captivante pour combattre les méchants, capturer des monstres et monter de niveau en niveau. La vie quotidienne se transforme en quête épique.
Ce phénomène m’a amené à établir une comparaison entre le double état de conscience qui anime le vaillant combattant de Pokemon et celui du Juif errant, à travers l’histoire et l’exil.
Depuis plus de 2000 ans, le peuple juif vit dans un état de « réalité augmentée ». Pour le commun des mortels, le Juif semble errer de pays en pays, sans raison apparente, exilé et persécuté, expulsé d’un pays à un autre et vivant dans l’espoir de reconstruire une communauté stable et prospère.
Or, le Juif est comme le joueur de Pokemon. Il sait que, durant ses pérégrinations, son intelligence lui révèlera les monstres cachés autour de lui afin de les capturer et de passer au niveau suivant. Avec une conscience nette de son destin juif, il sait que ses déboires ont un sens, et que s’il se déplace d'un endroit à un autre, c’est que chaque étape contient ses propres « monstres » cachés sous la forme de défis uniques à surmonter dans le cadre de la mission de la Peuple juif.
Le grand érudit Ravi Guedalia Shorr, décrit ce principe comme suit :
L'exil permet au peuple juif de déceler et de « récolter » les étincelles de sainteté qu'il découvre parmi les nations. Au temps du Temple, la sainteté était établie dans le monde et concentrée dans la Terre d'Israël. Mais le peuple juif a péché et a baissé de niveau. Il doit désormais passer par l'exil afin de régénérer la sainteté. Comme nous le constatons à travers notre histoire, de nombreux pays nous accueillent puis deviennent nos ennemis et nous expulsent de leurs terres. Grâce à cet exil, nous relevons à nouveau le défi et accomplissons notre mission. (Ohr Gedalyahu)
Le Juif en exil vit une réalité différente du reste du monde. Errant d’une terre à une autre, il reste fidèle à sa mission en s’attachant à la Torah. Il « capture » les forces positives de ces lieux et leur permet de revenir à la source sainte. C’est ainsi que nous nous rapprochons du but ultime et de la fin de notre mission, étape par étape, pour culminer à Jérusalem.
Nous traversons actuellement la période difficile des trois semaines entre le 17 tamouz et Tisha BeAv, marquant la destruction du Temple de Jérusalem et l'exil de notre peuple.
Notre objectif spirituel est de nous renforcer en réfléchissant aux deux millénaires passés et à tout ce que nous avons traversé. Il est temps de nous souvenir que nous avons franchi bien des étapes. Même si nous avons parfois échoué et que nous sommes loin de notre objectif, chaque événement de notre Histoire est un défi, partie intégrante d'une quête épique tracée par D.ieu pour nous ramener à notre vocation de lumière des nations.
Le joueur de Pokemon et le Juif errant accèdent à une autre réalité et relèvent les défis qu’ils sont seuls à appréhender. Ils ne perdent pas de vue l'objectif de monter de niveau afin de parvenir à l’accomplissement de leur quête.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Miracle de Hanoucca : une antique menorah gravée sur une dalle de pierre découverte dans une mosquée de Tibériade...Vidéo !

Un chandelier à sept branches (ménorah), symbole antique du peuple juif, gravé sur une dalle de pierre a été découvert dans une mosquée...