mardi 5 juillet 2016

Ces banques qui font de l'œil aux bacheliers...


Pour séduire les nouveaux étudiants, les banques rivalisent d'ingéniosité. Objectif : récupérer dans leur giron ces emprunteurs potentiels et futurs salariés....


Oh, la belle manne que représentent les bacheliers flambant neufs pour les banques ! Tous ces étudiants en devenir, emprunteurs potentiels et futurs salariés, qui ne demandent qu'une chose : disposer d'une banque qui ne leur mettra pas de bâtons dans les roues et qui leur permettra de vivre pleinement leurs premiers instants d'adulte ! De quoi donner aux banques l'occasion de rivaliser d'arguments pour appâter le plus grand nombre.

Dès lors, chaque été, la parade des banques commence. Avec un objectif : convaincre les jeunes bacheliers que leur offre est la meilleure, en tenant compte de l'attachement à l'établissement familial. Trois jeunes sur quatre choisissent la banque de leurs parents, selon une étude du comparateur de frais bancaires Choisir-ma-banque.com.

Offres promotionnelles et mobilité

Pour ce faire, leur arsenal est lourd : gratuité des frais la première année et offre à 50 % les années suivantes, découverts autorisés entre 200 et 400 euros, offres exclusives grâce à des partenariats sur le thème de la musique (Société générale) ou du cinéma (BNP Paribas)… En effet, les jeunes sont avant tout très réceptifs aux offres promotionnelles.
Également très prisée des étudiants, la mobilité : ainsi, alors que de nombreuses banques mobiles ne sont accessibles qu'à partir de 1 000 euros de revenus, Soon, Freasy, Nickel, Monabanq ou ING proposent des services exclusivement en ligne, avec des offres disponibles à partir d'un dépôt de 40 euros, des options « zéro frais bancaires », des découverts autorisés, des comptes à deux euros par mois, ou encore une MasterCard Gold à 60 euros par an. 
Les banques vont même jusqu'à offrir le premier dépôt à ceux qui auront obtenu leur bac (jusqu'à 160 euros pour ceux qui auront été gratifiés de la mention très bien). Rien n'est trop beau pour acheter de futurs – et si possible brillants – salariés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire