samedi 4 juin 2016

Paris : casseurs arrêtés, casseurs libérés, la routine socialiste....


Le 15e Arrondissement de Paris, jusqu’ici épargné par la guerre civile, a été mis à sac en marge d’une manif tolérée en phase « État d’urgence« .
C’est quoi exactement, l' »État d’urgence » ? Question subsidiaire : si l’État de guerre est décrété, est-ce qu’on pourra quand même continuer à embrasser la main des occupants, dans la rue, le lendemain des massacres ?
Les flics on fait le boulot, au risque de leur peau. Routine. Les casseurs saisis, menottés, ont été immédiatement libérés faute de flagrant délit. Routine. La Justice française, qui traite ses défenseurs comme des chiens, est une maman pleine d’attentions pour ses petits apprentis-tueurs.
Alors Monsieur le Maire du 15è Arrondissement de Paris se met en colère.
Pauvre chou.
Mais c’est ta France, mon canard !
C’est ta ville, ta société, ta morale publique. Faut assumer. Tout seul. Avec ta b..e et ton couteau suisse. Parce que les responsables de ces aimables turbulences sont à la pêche aux voix dans les inondations. Et ils s’en foutent royalement, des vitrines cassées, des citoyens humiliés, de la Loi bafouée, piétinée, conchiée. En vérité, ils s’en foutent depuis quarante ans.
Tu crois que cette chienlit en touche une sans faire bouger l’autre à Domenach, Plenel, Askolovitch, Debbouze, Duhamel, Roger-Petit, Tubiana, Hidalgo, Cayrol, Pujadas, Royal, Mano, Baupin-Bellepine, Mamère, Najat, Cazeneuve, et à la palanquée des vestiges de la République qui tant nous navrent dans leurs slips et leurs petites culottes « jaune devant-marron derrière » ? Tu crois ça, vraiment ?
Rêveur !
Ce bordel sans nom, ils l’ont voulu, toléré, organisé, financé, sous prétexte de faire barrage aux dé-diabolisés du Front National. Et comme tous les courageux par procuration du peuple depuis que le monde est monde, ils se tirent au moment où leur créature va mettre le feu à leur bagnole, menacer leur digicode, mettre une balle dans la tête de leur petite-fille, sur le bitume d’une cour de récréation.
Ils s’en foutent, Monsieur le Maire du 15e Arrondissement de Paris, tu n’as pas encore compris ? Ils s’en foutent parce qu’ils ont peur. Au passage, ils te crachent même à la figure. Sais-tu pourquoi ?
Parce que ce n’est tout de même pas au moment où le Ramadan se pointe, quand l’Hôtel de Ville de la capitale-du-pays-le-plus-intelligent-de-l’Univers, à moitié dans l’eau, va, aux frais des Parisiens et sous le regard attendri de la plus parfaite idiote utile que la France ait enfanté depuis 1917, résonner des youyous d’hystériques en mal d’alcool de figue, que tu vas faire ch..r le monde !
Ho, l’édile, tu dégages, tu mets du scotch sur tes vitrines et surtout, surtout, tu cesses de geindre. Il n’y a rien de plus énervant qu’un élu constatant les dégâts d’un demi-siècle ou presque d’inaptitude à gouverner un pays.
Un mot de plus et c’est la camisole informatique, façon censure d’Internet, pour commencer. Tous ceux que j’ai cités, sans exception, sont prêts, revêtus des uniformes de la pensée conforme, à l’appliquer. Demain matin dès 6 heures, en pleine nuit s’il le faut, et dans tout le pays.
Te voilà prévenu. Nous, on l’est depuis longtemps. On paye, même, pour l’avoir compris et clamé avant tout le monde.
Jean Sobieski

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...