mardi 27 mars 2018

Israël pourra continuer à jouer au foot durant Shabbat...


Le ministre du Travail et des Affaires sociales a signé une dérogation générale permettant le travail de tous les employés de l'industrie du football sur le terrain...

Les joueurs de foot pourront continuer à jouer en Israël le samedi, jour de repos hebdomadaire juif, le gouvernement ayant décidé de maintenir cette vieille exception sportive après un compromis avec les ultra-orthodoxes.
La tenue de matches pendant le Shabbat, jour sacré pour les juifs pratiquants, est un motif de discorde avec les Israéliens moins observants.
La religion juive proscrit le travail, dans une acception très large, le jour du Shabbat (du vendredi soir au samedi soir) et encourage l’étude de la Torah, la prière à la synagogue ou le sommeil.

Mais, dans l’histoire d’Israël, on a toujours joué au football le jour du Shabbat quand le reste de l’activité du pays est quasiment à l’arrêt.

Une partie des matches de première division est disputée le vendredi soir ou le samedi et regardée, au stade ou à la télévision, par des dizaines de milliers d’Israéliens.

Cette exception a été attaquée ces dernières années par les défenseurs de l’orthodoxie religieuse. En août 2015, un juge de Tel Aviv avait donné raison à des joueurs de deuxième division qui, par conviction religieuse, ne voulaient plus jouer pendant le Shabbat.

Le ministre du Travail et des Affaires sociales, Haïm Katz, a signé dimanche une dérogation générale, permettant le travail de tous les employés de l’industrie du football sur le terrain, joueurs ainsi que personnel technique et encadrement, ont indiqué ses services dans un communiqué consulté lundi par l’AFP.

La dérogation est conditionnée au paiement par l’employeur d’heures supplémentaires travaillées pendant le Shabbat, comme prévu par la loi, précise le communiqué.

« L’autorisation générale que j’ai accordée préserve le statu quo en vigueur depuis la création de l’Etat. Nous allons continuer et renforcer le sport en Israël », déclare Haïm Katz dans ce communiqué.
Haim Katz, ministre des Affaires sociales du Likud, pendant une réunion de la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé de la Knesset, en février 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
La décision de M. Katz est le fruit d’un compromis conclu avec les partis ultra-orthodoxes, nécessaires à la coalition gouvernementale. Les ultra-orthodoxes, qui respectent scrupuleusement les règles du judaïsme, ont obtenu que le ministre de l’Intérieur, Aryeh Déri, ultra-orthodoxe lui-même, puisse rejeter les autorisations accordées aux commerces pour ouvrir le samedi, à l’exception de Tel Aviv.
Cette querelle n’est que l’une parmi d’autres à illustrer la confrontation ancienne en Israël entre l’observance des règles juives et la vie moderne. La question de l’exemption des ultra-orthodoxes de service militaire a figuré en mars au centre d’une crise politique qui a failli faire tomber le gouvernement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un couple refuse une poignée de main du sexe opposé, la Suisse leur refuse la nationalité....

La Suisse a été envahie comme le reste de l’Europe de l’Ouest, mais elle n’a pas totalement baissé son pantalon ni renoncé à ses valeur...