jeudi 20 septembre 2018

Images : l’entrepôt de Latakia en ruines après la frappe d’Israël..Vidéo !...


Une frappe aérienne israélienne a laissé l’entrepôt d’armes en ruines, à Latakia, selon des images satellites 

Des soldats syriens auraient été arrêtés en liaison avec l’avion espion abattu ; Le commandant des forces aériennes israéliennes se rend à Moscou pour présenter les conclusions de l’enquête menée par Israël sur l’incident

Une photo avant et après d'un entrepôt de munitions détruit lors d'une frappe aérienne israélienne sur une base syrienne à Lattaquié, le 18 septembre 2018 (ImageSat International (ISI / Ynet)
Une photo avant et après d’un entrepôt de munitions détruit lors d’une frappe aérienne israélienne sur une base syrienne à Lattaquié, le 18 septembre 2018 (ImageSat International (ISI / Ynet)

Un entrepôt de munitions dans une installation militaire syrienne semble avoir été complètement détruit, lundi, par un raid aérien israélien dans la ville portuaire syrienne de Latakia, ont démontré des images satellite publiées mercredi.
Un avion de reconnaissance militaire russe a été abattu par la Syrie lors de l’attaque israélienne, tuant les 15 membres de l’équipage.
Mercredi, la Syrie a publié une vidéo du site de l’attaque, réitérant son affirmation selon laquelle Israël avait pris pour cible une usine d’aluminium, et non un entrepôt d’armes lundi, selon le site Ynet. La véracité du métrage n’a pas pu être vérifiée de façon indépendante.
Lundi, la Syrie a accidentellement abattu l’avion de reconnaissance russe lorsque ses défenses aériennes sont entrées en action contre l’attaque israélienne sur Latakia. Le ministère russe de la Défense a d’abord accusé Israël, affirmant que les avions de la force aérienne israélienne utilisaient l’avion russe comme couverture.
Cependant, le président russe Vladimir Poutine a déclaré plus tard aux journalistes que la destruction de l’avion par les défenses aériennes syriennes était une «chaîne de circonstances accidentelles tragiques»


Les restes d’un entrepôt de munitions syrien détruit lors d’une frappe aérienne israélienne sur une base à Latakia, le 18 septembre 2018. (ImageSat International (ISI / Ynet)
Mercredi, les Russes ont approuvé la proposition du Premier ministre Netanyahu visant à envoyer le commandant de l’armée de l’air, le major général Amiram Norkin, à Moscou pour présenter les conclusions de l’enquête menée par Israël sur l’incident.
Les médias syriens et des sources d’opposition ont rapporté mercredi que plusieurs soldats syriens impliqués dans la destruction de l’avion espion russe avaient été arrêtés et interrogés.
Des combattants de la base aérienne de Latakia auraient été arrêtés par des membres de la police militaire russe. Une unité syrienne aurait également pris part à l’arrestation, selon Hadashot TV.
En attendant, les restes d’un autre avion de ligne, un Boeing 747 qui a été détruit samedi lors d’une attaque israélienne présumée à l’aéroport de Damas, et qui serait utilisé par les gardiens de la révolution iranienne, sont visibles sur des images séparées fournies par ImageSat International. (ISI).
Les restes d’un avion iranien présumé touché lors d’une frappe aérienne israélienne, Damas, le 18 septembre 2018. (ImageSat International (ISI / Ynet)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu mardi avec le président russe Vladimir Poutine au beau milieu des tensions croissantes entre les deux pays, à la suite de la frappe aérienne de lundi.
Lors de cet appel, le dirigeant israélien «a souligné l’importance de la coordination continue de la sécurité entre Israël et la Syrie, qui a permis de prévenir de nombreuses pertes des deux côtés au cours des trois dernières années», indique un communiqué du bureau de Netanyahu.
Le Kremlin a déclaré que M. Poutine avait souligné que l’attaque israélienne avait violé la souveraineté de la Syrie et violé les accords russo-israéliens visant à éviter les affrontements en Syrie. Le dirigeant russe a exhorté Netanyahu «à ne pas autoriser de telles situations à l’avenir».
Israël a déclaré que ses avions avaient attaqué une installation militaire syrienne qui fabriquait des «armes précises et mortelles», qui étaient sur le point d’être transférées, au nom de l’Iran, au Hezbollah au Liban.
Netanyahu a dit à Poutine qu’Israël était “déterminé” à empêcher l’installation militaire iranienne en Syrie et les tentatives de l’Iran, qui appelle à la destruction d’Israël, de transférer au Hezbollah des armes meurtrières contre Israël.
Netanyahu a également réitéré qu’Israël partagerait complètement toutes les informations dont il disposait sur les circonstances du raid et a suggéré d’envoyer le chef des forces aériennes israéliennes à Moscou pour «fournir toutes les informations nécessaires».
La conversation a eu lieu mardi soir juste avant qu’Israël ne commence à observer Yom Kippour, le jour le plus saint de l’année juive.
Plus tôt mardi, M. Poutine a confirmé qu’Israël n’avait pas abattu l’avion, rejetant toute comparaison avec la destruction d’un avion russe par la Turquie en 2015.
Le président russe Vladimir Poutine (G) assiste à la cérémonie d’investiture au poste de maire de Moscou Sergueï Sobyaninin le 18 Septembre 2018. (AFP / Spoutnik / Alexey Filippov)
“Ce n’est pas un n avion israélienqui a abattu notre avion”, a déclaré le dirigeant russe.
Le ministère de la Défense russe a accusé mardi matin Israël de l’accident et a mis en garde contre des représailles (“contre-mesures”).
M. Poutine a déclaré qu’il avait approuvé la déclaration du ministère de la Défense. “Il ne fait aucun doute que nous devrions nous pencher sérieusement sur cette question”, a déclaré M. Poutine lors d’une conférence de presse après des entretiens avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban.
Israël a déclaré que son ambassadeur adjoint à Moscou, Keren Cohen-Gat, avait été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères. Le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré qu’il n’y aurait aucun commentaire sur ce qui a été discuté.
Poutine a également déclaré que Moscou renforcerait la sécurité du personnel militaire russe en Syrie en tant que réponse prioritaire. “Ce seront les étapes que tout le monde remarquera”, a-t-il déclaré, sans fournir plus de détails.
Il a exprimé ses condoléances aux familles des victimes, qualifiant cet accident de «tragédie pour nous tous».
L’incident était le pire cas de tirs amis entre les deux alliés depuis l’intervention militaire révolutionnaire de la Russie en septembre 2015.
L’avion russe a été abattu par une défense aérienne S-200 de fabrication russe fournie à la Syrie.
L’armée israélienne a reconnu mardi avoir mené la frappe aérienne la nuit précédente et «exprimé son chagrin» pour la mort des 15 aviateurs russes.
Dans un communiqué, cependant, Tsahal nié toute responsabilité dans la destruction de l’avion d’espionnage russe, affirmant que la Syrie, l’Iran et le Hezbollah étaient les vrais fautifs.
“Israël exprime sa tristesse pour la mort des membres de l’équipage de l’avion russe qui a été abattu ce soir à cause des tirs antiaériens syriens”, a indiqué Tsahal, ajoutant que l’avion russe qui avait été touché n’était pas dans la zone d’opération des forces aériennes israéliennes. ”
Une photo prise le 23 juillet 2006 montre un avion russe IL-20M (Ilyushin 20m) atterrissant à un endroit inconnu.
La Russie a accusé Israël le 18 septembre 2018 d’avoir provoqué le crash d’un avion militaire IL-20M dans un incendie syrien, qui a tué les 15 militaires à bord et menacé de réagir. (AFP PHOTO / Nikita SHCHYUKIN)
La frappe israélienne a été menée vers 22 heures par quatre avions de combat F-16, selon l’armée russe.
Les défenses aériennes syriennes ont ouvert le feu sur les missiles et les avions attaquants et, selon Israël, en particulier, dans le vide et à l’aveuglette. Le Russe Il-20 a été abattu au cours de la bataille aérienne.
“Les batteries antiaériennes syriennes ont tiré sans discrimination et, d’après ce que nous comprenons, n’ont pas pris la peine de s’assurer qu’aucun avion russe n’était dans les airs“, a déclaré l’armée.
Selon l’armée israélienne, l’objectif de sa frappe de lundi soir était une installation militaire syrienne qui fabriquait des «armes précises et mortelles», qui étaient sur le point d’être transférées, au nom de l’Iran, au Hezbollah au Liban.
Des explosions ont été vues dans la ville syrienne de Latakia après une attaque contre une installation militaire à proximité, le 17 septembre 2018. (Capture d’écran: Twitter)
La Syrie a identifié la cible de l’attaque israélienne comme une filiale de son ministère de la Défense, connue sous le nom d’Organisation des industries techniques, qui est soupçonnée d’être liée aux programmes d’armes chimiques et de missiles du pays.
“Ces armes étaient destinées à attaquer Israël et constituaient une menace intolérable contre elle”, a déclaré l’armée.
Bien que les responsables israéliens aient déclaré, de manière générale, que l’armée mène des opérations à l’intérieur de la Syrie contre des cibles iraniennes et du Hezbollah, Tsahal reconnaît rarement des frappes aériennes spécifiques, préférant adopter une politique formelle consistant ni à affirmer ni à infirmer les reportages étrangers sur de présumés raids aériens.
L’armée a déclaré que son enquête initiale conclut que sa frappe était achevée avant que l’avion russe n’entre dans la zone de l’opération et que l’avion de reconnaissance avait été abattu après le retour des avions de combat israéliens dans l’espace aérien israélien.
«Israël tient le régime d’Assad, dont l’armée a abattu l’avion russe, entièrement responsable de cet incident. Israël tient également l’Iran et l’organisation terroriste du Hezbollah responsables de ce malheureux incident », a ajouté l’armée.
Cela semblait réfuter l’affirmation de Moscou selon laquelle les pilotes israéliens utilisaient l’avion de surveillance pour couvrir leur attaque.
Un responsable militaire russe donne un briefing sur la descente d’un avion militaire IL-20 près de la Syrie le 18 septembre 2018. (capture d’écran: Spoutnik)
Le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a également accusé Israël de ne pas avoir informé les militaires russes de ses plans, qui, selon lui, auraient été dans «l’esprit» de la coordination israélo-russe en Syrie. Le ministère russe de la Défense a déclaré qu’Israël les avait avertis de la frappe imminente «moins d’une minute» avant qu’elle ne commence, ce qui ne leur laissait pas suffisamment de temps pour évacuer leur personnel de la zone.
Les militaires israéliens et russes maintiennent ce qu’ils appellent un «mécanisme de déconfliction», qui vise à coordonner leurs activités en Syrie afin d’éviter des incidents comme celui-ci. Jusqu’à lundi soir, ces efforts ont largement réussi à empêcher des affrontements directs ou indirects depuis que la Russie s’est impliquée plus profondément dans la guerre civile syrienne il y a trois ans.
L’armée israélienne a déclaré qu’elle s’était coordonnée avec la Russie avant l’attaque, bien qu’elle n’ait pas répondu aux revendications spécifiques de Moscou concernant le délai entre la notification et la frappe aérienne elle-même.
Tsahal a également déclaré qu’elle «partagerait toutes les informations pertinentes avec le gouvernement russe pour examiner l’incident et confirmer les faits dans cette enquête».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mahmoud Abbas effondré, Dieudonné en pleurs ,La Nazisphère en deuil après la mort de Faurisson....

Tous les négationnistes sont aujourd’hui en larmes car Faurisson ,leur maitre à hair le juif est mort. Nous n’avons qu’un conseil à d...