mercredi 8 août 2018

Une femme commandante d’un escadron aérien – une première.....


Le major G. qui dirigera l'escadron Nachshon de l'armée israélienne, qui gère des avions de surveillance, a dit que "c'est un grand privilège et aussi une grande responsabilité"


Pour la toute première fois dans l’histoire, une femme a été nommée mardi au poste de commandement d’un escadron de l’armée de l’air par l’armée israélienne.
Cette pilote, dont le nom ne peut être publié pour des raisons de sécurité, commandera l’escadron Nachshon, qui effectue des vols de surveillance.
Grâce à cette nomination décidée par le général de division Amikam Norkin, la pilote – que l’armée n’a désigné que par sa première initiale, le major « G » – sera promue au rang de lieutenant-colonel.
« Je suis heureuse de cette désignation », a commenté la femme dans un communiqué émis par l’armée. « C’est un grand privilège et c’est aussi une grande responsabilité. Le vrai travail à réaliser reste devant moi. Je suis fière de servir dans les forces aériennes ».
Le major « G. », 34 ans, a été commandante adjointe de l’escadron Nachshon entre 2015 et 2017. Les militaires ont fait savoir qu’elle avait achevé une formation au commandement il y a un mois et qu’elle remplacera l’actuel responsable de l’escadron dans les prochains mois.
Rentrée dans l’armée en 2003, les militaires ont indiqué que le major « G. » s’était formée comme pilote d’avion de transport et qu’elle a servi dans les 131ème et 135ème escadrons de transport.
Le major « Tet » qui a été nommée première commandante d’un escadron de l’armée de l’air israélienne, poste avec ses enfants et un chien le 16 janvier 2018 (Crédit : Armée israélienne)
Cette nomination a eu lieu après que les militaires ont désigné la toute première femme à la tête d’un escadron d’aviation au mois de janvier.
Contrairement aux escadrons de vol – qui gèrent les avions – les escadrons de l’aviation sont responsables des opérations terrestres.
Au mois de novembre, les forces aériennes avaient nommé la première commandante-adjointe d’un escadron d’avions-chasseurs pour servir au sein de l’escadron Fer de lance, une flotte d’avions-chasseurs F-15 sur la base aérienne de Tel Nof, dans le centre d’Israël.
L’armée avait également annoncé l’année dernière que le général de division Norkin, commandant des forces aériennes, avait nommé deux autres femmes à des postes de commandante-adjointe dans des escadrons de drones.
Tandis que des femmes avaient piloté des avions-chasseurs durant la guerre de l’Indépendance de 1948 et la guerre du Sinaï de 1956, elles avaient finalement été exclues du programme (ainsi que des autres positions de combat au sein de l’armée israélienne).
En 1993, Alice Miller avait tenté de se présenter aux cours, tant vantés, offerts aux pilotes de l’armée de l’air israélienne, mais avait été rejetée. Elle s’était alors tournée vers la Haute cour de justice qui avait statué qu’elle devait être intégrée dans le programme. Miller avait été finalement écartée du cursus après des examens médicaux non-concluants.
En 1998, cinq ans après la requête de Miller et cinq décennies après qu’Israël a eu sa première femme pilote, Sheri Rahat avait été diplômée à l’issue de son cursus de pilotage, devenant navigatrice à bord d’un avion de type F-16, sans être techniquement une pilote toutefois.
Trois années plus tard, Roni Zuckerman, petite-fille de Zivia Lubetkin et de Yitzhak Zuckerman, deux des leaders du soulèvement du ghetto de Varsovie, était devenue la toute première pilote de jet au sein de l’Etat juif.
Malgré ces avancées, une majorité écrasante de pilotes d’avions-chasseurs de l’armée de l’air israélienne reste des hommes, en raison surtout des exigences physiques réclamées pour cette fonction.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La leçon du Moyen-Orient: les fils d'anciens autocrates sont des autocrates modernes....

Encore et encore, les fils d'autocrates arabes aiment se présenter comme des «réformateurs» des régimes autoritaires mis en place ...