lundi 6 août 2018

Nouvelles manifestations en Iran: “Mort au Hezbollah”


La crise économique s’aggrave de jour en jour en Iran des suites des sanctions américaines et le mécontentement populaire se fait à nouveau entendre dans les rues. Les médias iraniens tentent de dissimuler ce phénomène mais la chaîne Al-Arabiya a révélé que des grandes manifestations se déroulent depuis quelques jours à travers le pays alors qu’un premier train de nouvelles sanctions américaines prendra effet dès mardi. Parmi les slogans inédits entendus, “Mort au Hezbollah!”. En effet, les protestataires sont conscients que d’énormes budgets sont consacrés par le régime à sa politique d’intervention régionale et au soutien d’organisations terroristes telles que le Hezbollah. Autant d’argent qui pourrait être affecté aux besoins intérieurs du pays.
Mais les manifestants ne protestent pas uniquement contre les conditions sociales de plus en plus difficiles et l’interventionnisme régional de l’Iran à leur détriment. Se sont joints à eux des citoyens qui refusent les lois religieuses sévères imposées par les mollahs ou qui protestent contre la pénurie d’eau dans le pays.
La carte des manifestations indique aussi que le mouvement protestataire s’étend désormais dans une grande partie du pays. La semaine dernière, les chauffeurs de camions se sont mis en grève, entraînant une pénurie d’essence dans les stations-services. Autant d’éléments qui commencent à mettre la population à bout.
De même, la monnaie iranienne, le rial, continue à plonger face au dollar et s’échange actuellement à 120.000 rials pour un dollar provoquant une nouvelle hausse de l’inflation déjà très importante.
Le président américain Donald Trump, qui a proposé de rencontrer les dirigeants iraniens “en tout lieu et à tout moment sans conditions préalables” a dit compter sur l’effet des sanctions (qui montent encore d’un cran ces jours-ci) pour faire finalement céder les dirigeants iraniens qui à un moment donné seront selon lui forcés de capituler et accepter de négocier un nouvel accord nucléaire. Et face à la fin de non-recevoir exprimée avec mépris par plusieurs hauts responsables du régime, Donald Trump a maintenu son optimisme: “J’ai comme le sentiment qu’ils finiront par accepter de parler avec nous car ils ont d’énormes difficultés maintenant (…) L’accord signé (sous l’Administration Obama) était horrible et unilatéral”.
Pendant ce temps, le Premier ministre Binyamin Netanyahou continue de s’adresser directement à la population iranienne au moyen de petits films vidéo, afin de lui faire prendre conscience à quel point les dirigeants iraniens se moquent d’elle  et de son bien-être. La semaine dernière, le Premier ministre a publié sur les réseaux sociaux un film de fiction en anglais montrant la vie quotidienne d’une jeune fille iranienne de 15 ans, Fatma, qui découvre que le régime des mollahs préfère investir des sommes colossales dans différents conflits au Moyen-Orient au lieu de les consacrer aux besoins de sa population. Après avoir montré divers exemples concrets des difficultés économiques  croissantes dans le pays ainsi que du manque de démocratie, Binyamin Netanyahou termine le film en disant: “Fatma est peut-être un personnage de fiction, mais tout ce qu’elle décrit est bel et bien réel. C’est l’histoire de millions d’Iraniens. Si vous désirez la paix et la prospérité, aidez Fatma, aidez les citoyens de votre pays à élever la voix contre ce régime qui vous opprime”.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La France est en guerre avec Israël. Par Guy Millière...

Peut-on le dire ? La France est en guerre contre Israël. La guerre qu’elle livre n’est pas une guerre militaire directe. L’Armée frança...